background preloader

Estampes

Facebook Twitter

Dévorer des yeux les images qu’on leur montre… "Qu’un marchand de tableaux, de plâtres, d’estampes, de photographies même, ouvre sa boutique sur une voie fréquentée, et vous verrez tous ces travailleurs dérober un instant à leur-gagne pain pour dévorer des yeux les images qu’on leur montre.

Dévorer des yeux les images qu’on leur montre…

" Adolphe Martial-Potemont, Siège de la Société des aquafortistes, eau-forte. Henry Havard, Lettre sur l’enseignement des beaux-arts, Paris, A Quantin, 1879, p 66. (en ligne sur Gallica) Like this: J'aime chargement… Sur le même thème Tutoyer le musée du Louvre. Le Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie de Jacques Gamelin (1779) « cracher en l’air de façon que ça lui retombe sur le nez «  Tous les mercredi, Gallica ( @GallicaBNF ) lance sur twitter la #chasseauxtrésors.

« cracher en l’air de façon que ça lui retombe sur le nez « 

Il s’agit d’inviter les internautes à farfouiller dans les documents mis en ligne dans la semaine (de 1000 à 5000 doc) pour y trouver des perles, des trésors, des documents anecdotiques. Ma trouvaille de la semaine a été cette estampe plutôt amusante: Ce saltimbanque fort connu, se livre tous les jours devant un nombreux public, à un exercice dans lequel il excelle, et qui consite [sic] : à cracher en l’air de façon que ça lui retombe sur le nez. La femme qui pisse de Rembrandt. Rouen: les impressions gravées de Pissarro. Avec 67 tableaux, une soixantaine de gravures et de nombreux dessins, Camille Pissarro (1830-1903) est l’artiste impressionniste qui a le plus représenté la ville de Rouen, dans laquelle il a séjourné à quatre reprises, entre 1883 et 1898.

Rouen: les impressions gravées de Pissarro

Grâce au programme de numérisation des collections du département des estampes menée par Gallica, il est maintenant possible d’admirer en ligne une partie des eaux-fortes et zincographies rouennaises de Pissarro. Enquête à propos d’un lot de matrices de cuivre : épisode 1. J’ai reçu à Noël un original cadeau : un lot d’une quinzaine de matrices d’estampes (plaques de cuivres) achetées par mon grand-père lors d’une brocante.

Enquête à propos d’un lot de matrices de cuivre : épisode 1

Mon sujet de mémoire à l’Ecole du Louvre étant la conservation des matrices d’estampe dans les collections françaises, un tel cadeau ne pouvait pas mieux tomber ! [ill. 1] : Petit cuivre XVIIIe et son tirage en bistre Plus que de posséder ces matrices, c’est l’enquête qui leur est associée qui m’amuse, car de ces cuivres je ne sais rien : ni leur auteur, ni leur histoire matérielle, ni leur provenance… Il va falloir trouver des indices, remonter des pistes pour connaître leur histoire : De quand datent-ils ? Qui les a gravés ? Cette petite aventure sera l’occasion de plusieurs billets où je vous relaterai l’avancée de mon investigation… La première étape a constitué a regarder un à un tous les cuivres.

[ill. 2] Pochette d’un cuivre sur laquelle est collé son tirage en bistre [ill. 3] La danse, détail Mon corpus est assez hétérogène. Bl. Christian Borstlap visite le Rijksstudio. Pour accompagner la réouverture prochaine du Rijksmuseum (Amsterdam), un nouveau site web a été lancé à la fin de l’année 2012.

Christian Borstlap visite le Rijksstudio

Il s’agit du Rijksstudio, une immense base numérique des collections du musée, entièrement en usage libre. La vidéo promotionnelle de ce nouveau site internet, très réussie, est signée du designer Christian Borstalp. Pour en savoir plus sur le Rijksstudio, lisez donc l’article sur le blog buzzeum… En attendant mon prochain retour utilisateur, car il est a prévoir que je fasse quelques infidélités à Gallica!

De l’amour en estampe… De la Tamise à Venise, l’oeuvre gravé de Whistler. Au département des Estampes et de la photographie de la BnF, la numérisation de l’œuvre gravé de Whistler s’achève.

De la Tamise à Venise, l’oeuvre gravé de Whistler

Près de deux cent cinquante lithographies, pointes-sèches et eaux-fortes que vous pouvez désormais admirer sur Gallica. Pour fêter l’évènement, je vous propose une sélection personnelle de mes œuvres préférées. Whistler, Old Westminster bridge, 1859-1871, eau-forte, 2e état D’origine américaine, James Abbott McNeill Whistler (1834-1903) ne s’est pas d’emblée destiné à une carrière artistique. Après avoir entamé des études à l’Académie militaire – qui se soldent par un échec, Whistler intègre le bureau des cartes marines de Washington avant de quitter son emploi pour rejoindre la France, décidé à se consacrer à une carrière artistique. Vues parisiennes de Jacques Beurdeley. La marie du 8e arrondissement accueille pour une courte durée – du 2 au 12 avril – une exposition réunissant une centaine d’oeuvres de l’aquafortiste Jacques Beurdeley (1874-1954).

Vues parisiennes de Jacques Beurdeley

Destiné à une carrière juridique par son père, Jacques Beurdeley abandonne rapidement ses études de Droit pour fréquenter l’atelier de Cormon à l’Ecole des Beaux-Arts. Sa rencontre avec Auguste Delâtre, l’imprimeur des peintres-graveurs, qui compte parmi les principaux acteurs du renouveau de l’eau-forte qui s’opère en France dans la seconde moitié du XIXe siècle va être déterminante dans sa destinée artistique.