background preloader

Le bonheur en biologie

Facebook Twitter

La science du bonheur. INFOGRAPHIE - Le bonheur n'est pas seulement dans le pré, il est surtout dans la tête.

La science du bonheur

Les neurosciences dévoilent la chimie de cet état de grâce et s'invitent dans un débat jusqu'alors réservé aux philosophes et aux poètes. Paradoxalement, c'est en étudiant les mécanismes impliqués dans la douleur, la dépression ou les troubles bipolaires que les chercheurs ont découvert certaines sources du bonheur. L'amour, le plaisir, le bien-être, la plénitude, facteurs que l'on considère comme des composants du bonheur, ont des constituants biologiques.

Les neurobiologistes ont pénétré les structures cérébrales qui interviennent lorsque les émotions nous envahissent, ils ont observé les rouages mis en jeu dans la régulation des humeurs et décrypté les processus qui s'enchaînent pour nous remplir d'un sentiment de bonheur... ou nous plonger dans celui du malheur.Ces travaux se succèdent depuis les années 1970, grâce aux progrès des techniques d'investigation biologique et de l'imagerie cérébrale. Cerveau : le précunéus serait-il la zone du bonheur ? Savons-nous ce qu'est réellement le bonheur et surtout, où il se situe ?

Cerveau : le précunéus serait-il la zone du bonheur ?

C'est pour répondre à cette question universelle que Waturu Sato, chercheur à l'université de Kyoto et son équipe, ont travaillé sur le sujet. Ils ont découvert que la combinaison des émotions positives et de la satisfaction tirée des évènements de la vie devenait active au sein du précunéus, une zone du lobe pariétal. D'un point de vue neurologique, le bonheur peut être considéré comme une expérience subjective fondée sur un ressenti plus ou moins intense selon les personnes. Les psychologues ont déjà cherché à en déceler les mécanismes. Ils restent mal connus, en particulier des neurologues qui, jusqu'à présent, n'étaient pas encore vraiment parvenus à identifier avec précision les structures cérébrales impliquées.

Les neuroscientifiques de l'équipe du docteur Sato ont donc utilisé l'IRM pour analyser le cerveau de 51 participants et mesurer leur bonheur subjectif ainsi que le ressenti de leurs émotions. Le bonheur, c’est simple comme un fragment d’ADN. Des porteurs de la version longue d'un gène jouant sur la sérotonine se disent en moyenne plus satisfaits de leur vie "Certaines personnes voient le verre à moitié plein, d'autres à moitié vide.

Le bonheur, c’est simple comme un fragment d’ADN

Nous avons voulu donner un sens à cette observation du quotidien. " C'est avec cette idée en tête que Jan-Emmanuel De Neve et son équipe de la London School of Economics and Political Science, ont cherché dans l'ADN la source du bonheur. Leur étude, publiée début mai dans le Journal of Human Genetics, la situe sur le chromosome 17, et plus précisément au niveau du gène 5-HTT. Pour en arriver à cette découverte, les chercheurs sont partis de ce que d'autres scientifiques ont mis en évidence depuis quelques années sur le rôle du gène 5-HTT.

Dans sa version avec deux allèles "longs", l'activation des transporteurs de sérotonine est trois fois plus importante que dans le cas de deux allèles "courts". Quelque 2 500 Américains ont répondu. Bien que jugeant l'étude "pas inintéressante", M. La science a-t-elle déniché le bonheur ? Les chercheurs estiment que notre degré d’aptitude au bonheur est une caractéristique personnelle.

La science a-t-elle déniché le bonheur ?

Chacun d’entre nous aurait ainsi une capacité variable à se sentir heureux. Et les scientifiques qui sont partis en quête des sources de ce sentiment de plénitude ont aussi découvert sa complexité. Le bonheur se nicherait ainsi aussi bien dans nos gènes, d’où les inégalités entre individus, dans notre cerveau, ce qui n’est guère une surprise, mais aussi dans notre corps. C’est donc à une véritable mécanique que nous avons affaire. Par chance, le bonheur n’est pas seulement génétique. Mathias Pessiglione: Le rôle important du circuit de la récompense pour agir sur l'humeur En partenariat avec Science & Vie ## ANNONCE : **Samedi 13 février 2016 de 10h 18h à La Sorbonne à Paris : **FORUM L'année vue par ... *_11h30-12h30 : «Sexe, hypnose, méditation: peut-on percer les derniers mystères de la conscience ?

Entrée libre et gratuite** _ Intervenants.