background preloader

Mon corps, mes choix

Facebook Twitter

Des femmes dénoncent la méthode Essure. Aux États-Unis, un millier de femmes ont porté plainte contre le laboratoire Bayer.

Des femmes dénoncent la méthode Essure

En France, elles sont déjà plus de cent vingt à avoir rejoint une association de patientes. En cause ? Le dispositif médical de stérilisation Essure du géant allemand qui serait, selon elles, à l’origine de nombreux effets secondaires. Épuisement chronique, douleurs musculaires intenses, troubles neurologiques… Si l’Agence nationale de sécurité du médicament ne condamne pas le dispositif, elle a lancé en avril une étude visant à « évaluer la sécurité de l’implant Essure ». Septembre 2016, nous recevons un appel : une certaine Isabelle Ellis souhaite « porter à [n]otre connaissance des éléments inquiétants sur la pose d’implants tubaires Essure. » Essure, c’est cette méthode de contraception définitive (ou stérilisation) qui consiste à insérer deux petits implants de 4 centimètres, essentiellement composés de nickel-titane et de fibres de PET1, dans les trompes de Fallope, sans incision ni anesthésie.

Auto Gyneco

FAQ autour de l’IVG et de la nécessaire poursuite de la lutte : questions courantes et propositions de réponses. Cet article a été écrit et publié par Gaëlle-Marie Zimmermann sur son site, A Contrario.

FAQ autour de l’IVG et de la nécessaire poursuite de la lutte : questions courantes et propositions de réponses

Je le trouve clair, synthétique et très, très important dans le contexte actuel. Elle écrit en préambule : "Ce texte est mis à votre disposition : vous pouvez donc le copier et le republier sur vos propres sites, l’imprimer, le distribuer, en sélectionner des morceaux… Indiquez simplement la source et ne modifiez pas les propos, puisque j’engage mon nom sur le contenu. Mais à part ça, c’est en libre-service". Je la prends donc au mot, la remercie et vous incite à faire de même, ainsi qu’à partager cette FAQ. « Lutter pour défendre le droit à l’IVG ? En effet, l’avortement est légal en France. Et émotionnellement, il est très compliqué de comprendre comment chacun.e le perçoit, en fonction de sa sensibilité, de ses convictions et de ses choix de vie. 1 – Je ne comprends pas pourquoi il faut lutter pour le droit à l’IVG : en France, l’avortement est déjà légal !

Que signifie le mot « banal » ? Like this: J'y vais, j'ai les adresses. Tribune contre la levée de l'anonymat sur le don de gamètes. La tribune ci-dessous nous a été proposée de façon anonyme.

Tribune contre la levée de l'anonymat sur le don de gamètes

Elle nous a paru extrêmement intéressante à plus d'un titre : elle concerne un problème biologique en progression dans la population qui devient un problème de société, une réponse politique sujette à débat qui est à l'ordre du jour parlementaire, elle apporte un peu de pédagogie sur la notion de gène et contre une vision déterministe du gène encore trop répandue... Nous la publions en espérant vos réponses nombreuses. NB : l'auteur de la tribune participe à la discussion sous le pseudonyme Albertine Proust. Mon mari et moi avons fait, il y a quelques années, un don de gamètes. La garantie de notre anonymat a été l'élément décisif de ce geste altruiste. Les annonces de Mme Bachelot doivent certainement beaucoup à l'importante agitation médiatique de quelques personnes. Qui sommes nous. Sexe, sexualité et contraception : comment en parler de manière constructive.

Les centres du Planning familial : un accès libre et gratuit à la contraception pour les mineur(e)s, Nantes, le 26 mai 2010 (JS.EVRARD/SIPA) On est actuellement dans un simulacre de sexualité libérée, avec l’impression trompeuse, en 2012, que "tout le monde sait", et plus précisément que les femmes "savent" : elles seraient bien informées sur la sexualité, la contraception, le fonctionnement du cycle menstruel, et il n’y aurait plus vraiment de lacunes ni de carences.

Sexe, sexualité et contraception : comment en parler de manière constructive

Une réalité bien différente sur le terrain : ignorance et désinformation Or, c’est une grosse illusion car sur le terrain, on parle de sexe, mais pas vraiment de sexualités. Dans la presse féminine par exemple, on va apprendre comment faire "un peu plus" plaisir à son compagnon/mari, comment lui plaire ou comment atteindre l’orgasme en 10 leçons. En gros, le discours sous-jacent est le suivant : "Ma pauvre fille, si tu n’es pas capable de faire jouir ton mec, tu es une imbécile. Cet interdit-là est toujours aussi fort.