background preloader

Agrobusiness au Brésil

Facebook Twitter

Agriculture familiale et agrobusiness, le témoignage d'une ONG brésilienne. Alors que la paralysie de la réforme agraire au Brésil a conduit sa présidente Dilma Roussef à limoger le ministre du développement agraire (plus d'infos), le magazine Transrural Inititiatives publie un interview de Joaquim Apolinar, coordinateur de l’ONG brésilienne ACC qui appuie les communautés rurales et l’agriculture familiale dans l’État du Rio do Norte.

Agriculture familiale et agrobusiness, le témoignage d'une ONG brésilienne

Photo: Champs irrigués sous rampe à pivot dans l'état du Goias, au centre du Brésil (crédit : H.THERY) Agrobusiness, agro-exportations. L'agrobusiness brésilien (ou "agronegócio"), basé sur la production agroalimentaire du pays et tourné vers la commercialisation et les exportations, représente environ le 1/3 de son PIB.

Agrobusiness, agro-exportations

Il y a, au Brésil, trois sources principales de croissance de l'agronegócio : l'insertion dans le processus de modernisation de nouvelles terres et de nouveaux producteurs, la croissance du marché intérieur et celle de la demande à l'exportation. Les exportations agroalimentaires du Brésil ont connu une croissance régulière depuis le milieu des années 1980, avec une véritable explosion depuis 2001. Entre 2001 et 2005, elles ont ainsi progressé de 16,3% par an en moyenne, cette augmentation ayant été encore plus soutenue, s'établissant à 26% par an, à destination de certains pays émergents, comme la Russie ou la Chine.

Les territoires de l’agrobusiness au Brésil. 1 Ce travail a été présenté lors du Séminaire d’Agriculture d’entreprise dans les Amériques : formes (...) 2 Je remercie le CNPq, le Ministère des Sciences et de la Technologie (MCT), pour financer quelques- (...) 1Le présent texte1 reflète une ligne de recherche sur laquelle je travaille et qui s’intitule l’Agrobusiness et les Nouvelles Dynamiques Socio-spatiales.

Les territoires de l’agrobusiness au Brésil

Cette ligne de recherche a comme objectif central l’analyse de la production et la reproduction des espaces agricoles, urbains et régionaux associées au processus de restructuration productive de l’agriculture brésilienne. De telles recherches se réalisent au sein du Groupe de Recherche Globalisation, Agriculture et Urbanisation (Globau), certifié par le Ministère des Sciences et de la Technologie. Les questions que nous traiterons dans ce texte s’associent à des recherches développées dans un ensemble de régions brésiliennes2. Il y aurait aussi l’utilisation sélective des espaces agraires.

Photo 1. Brésil: les territoires de la question agraire. L’agrobusiness dans le monde : deux décennies de pillage. Avec cet aperçu de l’expansion de l’agrobusiness dans le système alimentaire mondial au cours des vingt dernières années, nous amorçons une réflexion sur ce qu’on peut attendre de ces entreprises dans les années à venir.

L’agrobusiness dans le monde : deux décennies de pillage

Au début des années 1990, une grande partie des pages de Seedling étaient consacrées à des discussions sur les accords internationaux et les programmes de recherche publique. Les grandes sociétés apparaissaient certes dans ces discussions, mais surtout comme une menace à l’horizon, un groupe soutenant de façon agressive le modèle d’agriculture industrielle qui détruisait la biodiversité agricole. Vingt ans plus tard, la situation n’est plus du tout la même. Le pouvoir des grandes sociétés dans le système alimentaire s’est en effet étendu à pas de géants. Aujourd’hui, ce sont elles qui définissent les règles mondiales, tandis que les gouvernements et les centres de recherche publique suivent le mouvement.

Les semences L’agriculture Table. Brésil : agrobusiness contre agriculture paysanne. Lorsque début 2003, « Lula » devient le premier président de gauche, il soulève un formidable espoir de changements, dont celui de s’attaquer, par le biais d’une réforme agraire, au problème historique des grandes concentrations de terres.

Brésil : agrobusiness contre agriculture paysanne

Dix ans plus tard, Dilma Roussef lui a succédé au pouvoir et le bilan contradictoire de cette politique divise profondément le pays. Ainsi, le 5 mars 2013, la présidente du Brésil promettait d’« accélérer la réforme agraire ». Le jour même pourtant, le plus important mouvement paysan, le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), montait un campement permanent à Brasilia, afin de faire pression sur le gouvernement pour mettre en œuvre la réforme agraire, bloquée selon lui. Comment expliquer ces appréciations divergentes ? Donner de la terre ne suffit pas.

Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso. On dit ici et là que le Brésil est devenu « la ferme du monde », comme la Chine est devenue sont usine et l’Inde son bureau.

Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso

De fait, il a le rare privilège de disposer de millions d’hectares de terres arables disponibles, qui sont progressivement mises en culture par un puissant complexe agro-industriel. Déjà premier producteur mondial de café et de sucre, premier exportateur mondial de viande de bœuf et de jus d’orange concentré, il est aussi plus récemment devenu le second producteur mondial de soja, alors que sa culture n’a commencé au Brésil que dans les années 1970. Cette montée en puissance est en grande partie due à la mise en place dans les régions pionnières du Centre-Ouest, principalement dans le Mato Grosso, d’immenses domaines agro-pastoraux comme celui du groupe Bom Futuro, situé à Campo Verde, à une centaine de kilomètres à l’Est de Cuiabá, la capitale du Mato Grosso (figures n° 1 et 2).

Figure n° 1 Localisation du Mato Grosso. L’agrobusiness en accusation. Zoom sur les bouleversements produits par l’activité du géant Cargill aux Etats-Unis et en Inde (lundi 6 avril à 22 h 55 sur Canal+) Cargill est un géant de l’agroalimentaire qui réalise deux fois le chiffre d’affaires de McDonald’s et Coca-Cola réunis.

L’agrobusiness en accusation

Pourtant, son nom reste inconnu du grand public. Les produits que l’entreprise américaine a achetés, transformés et vendus sont cependant bel et bien dans nos placards et nos frigos. Cargill est implanté dans 67 pays et emploie 143 000 personnes. Son chiffre d’affaires annuel est supérieur au produit intérieur brut de la Hongrie. Une équipe du magazine « Spécial investigation » a mené l’enquête afin de tenter de définir l’influence que pouvait avoir sur l’agriculture ce mastodonte dont les méthodes d’industrialisation sont jugées dangereuses par les paysans. Désertification des campagnes Dans une ultime interview, un dirigeant de Cargill tente de réfuter toutes ces accusations et plaide la bonne foi.