background preloader

Bouquin SF

Facebook Twitter

Bientôt des organes artificiels pour tout le corps humain ? La quête d'organes artificiels a commencé à la fin du XIXe siècle, avec la mise au point de machines à respirer pour remplacer des poumons défaillants.

Bientôt des organes artificiels pour tout le corps humain ?

La science-fiction des années 1940 imaginait un monde où tous les organes pourraient être régénérés dans des machines. Les deux idées se rejoignent aujourd'hui: la régénération tissulaire est possible pour certains organes, avec l'aide de matrices artificielles pour guider les cellules qui reconstituent peu à peu tout un organe. Bien des progrès sont attendus avec l'utilisation des cellules souches. Si les poumons (ou à plus forte raison le cerveau) restent trop complexes pour pouvoir espérer un remplaçant artificiel à court terme, il y a de belles réussites dans d'autres domaines, telle la vision. Est-il possible de créer un cerveau artificiel?

Le Dr Miguel Nicolelis n’est pas du genre à affirmer que quelque chose est impossible.

Est-il possible de créer un cerveau artificiel?

Après tout, l’exosquelette directement relié au cerveau qu’il a mis au point a permis à un paraplégique de donner le coup d’envoi de la dernière Coupe du monde. Il s’est servi d’implants cérébraux pour donner à des rats un sixième sens (la perception de la lumière infrarouge). Et il a connecté les esprits de plusieurs singes afin de leur permettre d’accomplir diverses tâches ensemble, une technologie qui pourrait selon lui servir un jour à connecter les cerveaux de différentes personnes en un "réseau mental".

Et pourtant, dans son dernier livre, The Relativistic Brain: How It Works and Why It Cannot Be Simulated by a Turing Machine, ce directeur du département neuro-ingénierie de l’université Duke affirme qu’il est impossible d’imiter le cerveau humain à l’aide d’un ordinateur, et que s’y efforcer est aussi malavisé que dangereux. Intelligence Artificielle. Hawking : « L'intelligence artificielle pourrait mettre fin à l'humanité » L'astrophysicien britannique Stephen Hawking, qui s'exprime par l'intermédiaire d'un ordinateur en raison d'une maladie, met en garde contre le développement de l'intelligence artificielle.

Hawking : « L'intelligence artificielle pourrait mettre fin à l'humanité »

Dans un entretien à la BBC, le scientifique affirme que ce type de technologie pouvait évoluer rapidement et dépasser l'humanité, un scénario comparable à celui des films Terminator. « Les formes primitives d'intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d'une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l'humanité », a affirmé le professeur dans cet entretien. « Une fois que les hommes auraient développé l'intelligence artificielle, celle-ci décollerait seule, et se redéfinirait de plus en plus vite », a-t-il déclaré. « Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés », poursuit M.

Hawking, considéré comme un des plus brillants scientifiques vivants. M. Intelligence artificielle. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Intelligence artificielle

L'intelligence artificielle est le nom donné à l'intelligence des machines et des logiciels. Elle se veut discipline scientifique recherchant des méthodes de création ou de simulation de l'intelligence. Définition[modifier | modifier le code] Le terme « intelligence artificielle », créé par John McCarthy, est souvent abrégé par le sigle « I.A. » (ou « A.I. » en anglais, pour Artificial Intelligence). Intelligence artificielle : le robot Nao est désormais capable d'apprendre et d'enseigner. Nao, le petit robot expérimental vient de franchir un pas décisif dans l'histoire de l'intelligence artificielle.

Intelligence artificielle : le robot Nao est désormais capable d'apprendre et d'enseigner

Il est maintenant capable d'apprendre, mais aussi d'enseigner ce qu'il a appris. Dans ce laboratoire, cet ingénieur lui enseigne à réparer une carte électronique en anglais. Après avoir mémorisé ce qu'il vient d'apprendre, le robot reproduit, et ce même quelques jours après. Pour réaliser cet exploit, les chercheurs se sont directement inspirés du cerveau humain. Mémoriser des phrases et des successions d'images, c'est la mémoire autobiographique. Ce fonctionnement du cerveau humain est reproduit sous forme de programme informatique dans le cerveau électronique de ce robot de recherche. Intelligence artificielle : Toute l'actualité sur Le Monde.fr. L'apprentissage profond : une révolution en intelligence artificielle - Informatique et sciences numériques (2015-2016) - Yann LeCun - Collège de France - 04 février 2016 18:00. L'Intelligence artificielle au cinéma.

Le thème de l’intelligence artificielle (IA) est de plus en plus présent dans les salles de cinéma à mesure que les progrès scientifiques de la discipline deviennent visibles du grand public.

L'Intelligence artificielle au cinéma

Depuis trois décennies, Hollywood s’est emparé du sujet de l’IA et le décline désormais sous tous les angles qu’offre la science fiction. La leçon d’un maître de l’intelligence artificielle au Collège de France. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par David Larousserie.

La leçon d’un maître de l’intelligence artificielle au Collège de France

Les 37 projets d’Elon Musk contre les dangers de l’intelligence artificielle. Avec Bill Gates et Stephen Hawking, le milliardaire américain Elon Musk fait partie des grandes figures qui ont exprimé, ces derniers mois, leur inquiétude vis-à-vis des progrès de l’intelligence artificielle (IA).

Les 37 projets d’Elon Musk contre les dangers de l’intelligence artificielle

En guise de passage à l’acte, le célèbre PDG du constructeur de voitures électriques Telsa et de SpaceX a attribué la semaine dernière des millions de dollars dans 37 projets de recherche destinés à prévenir les risques liés à l’IA. Lire : Des scientifiques américains s’inquiètent de l’évolution de l’intelligence artificielle Une démarche initiée en janvier : il avait alors donné 10 millions de dollars (9 millions d’euros) au Future of Life Institute (FLI), un organisme américain à but non lucratif qui se focalise, peut-on lire sur son site, sur « les risques potentiels du développement d’une intelligence artificielle de niveau humain » et qui « travaille à atténuer les risques existentiels auxquels doit faire face l’humanité ».

Berkeley, Stanford, Oxford. Les promesses de l'impression 3D pour la recherche médicale. Ce rêve s'inscrit dans l'histoire des techniques au cours de laquelle les technologies d'impression ont sensiblement modifié les relations sociales, culturelles et économiques.

Les promesses de l'impression 3D pour la recherche médicale

L'invention des caractères mobiles par Gutenberg a ainsi conduit à la diffusion d'écrits religieux, littéraires, scientifiques puis journalistiques. Aujourd'hui, la diffusion de l'impression 3D s'accélère pour sortir des premières applications de prototypage et gagner les domaines de la culture, du loisir, de la gastronomie et de la santé. Pour cela, les technologies d'impression 3D profitent du développement des technologies numériques qui facilitent la création si bien que chacun peut devenir le propre designer de ses objets. Concernant le domaine de la santé, celui-ci n'a pas tardé à s'approprier ces technologies tant l'opportunité de délivrer des traitements personnalisés, sur mesure, est perçue comme l'une des meilleures voies d'amélioration de l'efficacité thérapeutique.

Les surpromesses de l’intelligence artificielle. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurent Alexandre (chirurgien urologue, président de DNAVision) Les scientifiques de l’après-guerre avaient deux convictions : l’intelligence artificielle (IA) capable de conscience d’elle-même était à portée de main, et elle était indispensable pour réaliser des tâches complexes.

Les surpromesses de l’intelligence artificielle

C’était une double ­erreur. Les bases de l’IA avaient été posées par Alan Turing dès 1940, mais la recherche n’a vraiment décollé qu’après la conférence du Dartmouth College, aux Etats-Unis, pendant l’été 1956. Les scientifiques y étaient persuadés que l’avènement de cerveaux électroniques égalant l’homme était imminent. Beaucoup des fondateurs de la discipline étaient présents : Marvin Minsky, John ­McCarthy, Claude Shannon et Nathan Rochester. Marvin Minsky, pionnier de l’intelligence artificielle, est mort. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Hervé Morin Le test de Turing, qui consiste à voir si une machine peut se faire passer de façon crédible pour un humain ? « Une blague ! » Dans un entretien vidéo mis en ligne en 2013, Marvin Minsky, lui-même prix Turing (1969), qualifiait de plaisanterie ce qui passe souvent pour l’épreuve définitive qui permettrait de qualifier d’intelligent un artefact créé par l’homme. Toutes les API Microsoft pour l'intelligence artificielle - Sciences.

Vous êtes développeur et souhaitez utiliser des outils d'intelligence artificielle ? Microsoft met une partie de son savoir-faire à disposition via des API, dont voici la liste. S’il est un domaine où le logiciel libre accuse un retard considérable sur les logiciels propriétaires, c’est bien celui de l’intelligence artificielle. C’est sans doute moins dû au fait que les mathématiciens et autres scientifiques de qualité seraient tous recrutés par les géants du Web, qu’au fait que l’intelligence artificielle repose de plus en plus sur l’analyse statistiques de quantités énormes de données (pensez Big Data, Deep Learning…), qui ne sont pas à disposition des petites startups et des développeurs amateurs. Ces derniers sont donc contraints et forcés de reposer sur des technologies mises à disposition par les rares entreprises en capacité de traiter les données pour répondre aux différents besoins en IA.

Vision Une API pour détecter les émotions. Reconnaissance vocale Traitement du langage Lire. Yann LeCun, le temps des machines. Au bas de la carte de visite qu’il nous tend après l’interview, une citation inspirée de 2001, l’odyssée de l’espace. Une heure avant, Yann LeCun disait avoir vu le film de Kubrick à l’âge de 9 ans et en être ressorti «absolument fasciné». De là à en déduire que c’est sa rencontre avec HAL, l’ordinateur de bord du vaisseau Discovery One, qui a décidé de son devenir de chercheur, il n’y aurait qu’un pas, qu’on ne franchira pas tout à fait. Parce qu’il y a aussi, au rayon des souvenirs, les «bidules électroniques» bricolés dès l’enfance, les premiers ordinateurs - «il fallait tout programmer soi-même en langage assembleur, c’était assez sportif». Et surtout, en 1981, la découverte du débat qui opposa six ans auparavant le linguiste américain Noam Chomsky au psychologue suisse Jean Piaget, sur la part de l’inné et de l’acquis dans l’intelligence.