background preloader

Marketplace Algeria

Facebook Twitter

Stratégie industrielle : Une vision intégrée. L’ambition du nouveau modèle de croissance d’atteindre une croissance de 7% hors hydrocarbures, à l’échéance 2019, passe par la valorisation du potentiel industriel national. Un secteur à fort potentiel qui détient les clés de la diversification économique et les moyens de la transition préconisée. Aussi, la restructuration du secteur public marchand, qui s’inscrit dans une dynamique de rentabilisation des filières émergentes et structurantes, mais aussi de substitution aux importations, soit près de 30 milliards de dollars d’importations substituables, constitue la pierre angulaire de cette nouvelle approche du développement.

Une vision portée par des programmes d’appui aux entreprises industrielles et d’encouragement de l’investissement productif dans les segments à forte valeur ajoutée. 2016, l’année des réformes La politique des filières La nouvelle vision industrielle est basée sur l’approche filière. Groupes publics industriels : le devoir de performance L’exportation, un objectif.

L’Algérie à l'heure du décollage économique. En effet, l’Algérie avec un PIB algérien qui se situait à 16 700 milliards de dinars algériens (DA) (plus de 152 milliards de dollars) en 2015, et qui poursuit sa croissance pour atteindre 17 677 milliards de DA (plus de 160 milliards de dollars) à fin 2016, puis 22 000 milliards de DA (200 milliards de dollars) en 2019, avec un taux de croissance estimé à 3,5 % en 2016, 3,9 % en 2017 », et tout à fait prête pour conquérir l’Afrique, et mettre en exergue sa politique d’investissement et booster ses échanges dans divers domaines surtout que l’Algérie a terminé sa propre partie de la route transsaharienne qui permettra de relier Alger et Abuja (Nigeria) en passant par plusieurs pays africains comme le Tchad et le Niger. L’Algérie a également initié la fibre optique Alger-Abuja dans le but de faciliter les échanges dans divers domaines avec l’Afrique.

Stratégie industrielle : Une vision intégrée. Algérie: des projets structurants recherchent désespérément 4 milliards de dollars | Le360 Afrique. #Algérie : L’ensemble des projets structurants censés redonner un visage moderne à l'Algérie sont à l’arrêt. Il faudrait que le prix du baril de pétrole monte au-dessus de 60 dollars et s’y maintienne pour qu'ils redémarrent.

En attendant, le secteur privé en mal de subventions est appelé à la rescousse. C’est Amar Grine, le directeur général de la Caisse nationale d’équipement pour le développement (CNED), qui le déplore de la manière la plus solennelle qui soit, dans Algérie Focus. Selon lui, il faut absolument que l’Algérie trouve 452 milliards de dinars, soit un peu moins de 4,11 milliards de dollars US pour pouvoir relancer les travaux de quatre grands projets actuellement à l’arrêt. LIRE AUSSI:Algérie: le syndrome hollandais ou la malédiction du pétrole Il ne reste plus qu’à se tourner vers le secteur privé, affirme Amar Grine, pour trouver les ressources nécessaires au financement de ces quatre projets d’infrastructures publiques, et de 11 autres toujours en suspens. Explosion démographique en Algérie : quelles préconisations pour les années à venir ? Autres articles La crise, décourage-t-elle les couples à faire des bébés ? Dans les pays occidentaux, peut-être, mais en Algérie, certainement pas.

On aurait pu s’attendre à ce que l’incertitude suscitée par la crise pétrolière fasse chuter la fécondité et/ou le désir d’enfants chez les couples ou ceux en devenir, apparemment non. Ce désir d’enfant ou cette aptitude à la procréation sans limites ne sont pas dus au hasard, puisque, rappelons-le, dans notre pays, plus on procrée, plus on touche d’allocations. L'Algérie est devenue un véritable pôle de coopération interafricaine. ALGER-Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi a affirmé dimanche à Alger que l'Algérie était devenue ces dernières années un véritable pole de coopération interafricaine. "L'Algérie est devenue ces dernières années un véritable pole de coopération interafricaine notamment dans le cadre de l'union africaine" , a soutenu le diplomate dans une conférence intitulée "Relations internationales et situation dans le monde: réalité et perspectives" animée à l'école supérieure de police à l'occasion de l'anniversaire des événements du 11 décembre 1960.

"L'action commune africaine a fait ses preuves par rapport à l'action arabe commune", a soutenu M. Brahimi qui rappelé la situation désastreuse qui prévaut dans le monde arabe en dépit du potentiel que les pays arabes recèlent en termes de ressources humaines et énergétiques. Selon M. IL a regretté le niveau actuel des relations entre l'Algérie et le Maroc estimant que rien ne le justifiait. Pour M. «L’Algérie doit mettre à profit son capital sympathie en Afrique» - Qu’attend exactement l’Algérie de cette rencontre de haut niveau avec les pays africains ?

D’abord, il faut situer les choses dans leur contexte historique. L’Algérie a investi et réalisé, à travers les différents plans quinquennaux, de grandes infrastructures de base — chemins de fer, barrages, aéroports, route intermaghrébine, gaz naturel, ports, comme celui de Cherchell, route Transsaharienne Alger-Lagos etc. En plus, il faut le souligner, l’Algérie a réalisé dans le domaine de la communication sa quote-part de projets relatifs à la fibre optique pour atteindre l’objectif fixé par le Nepad, à savoir le projet de gazoduc.

Que l’on soit clair : le développement de l’Afrique est conditionné par celui de l’Algérie. Toutes ces infrastructures citées, si elles étaient exploitées judicieusement, permettraient un véritable décollage économique de notre pays et, par ricochet, celui du continent africain. Algérie et Afrique ont besoin l'une de l'autre. Évidemment, les mauvaises langues n’y voient qu’une réponse à l’énergique politique marocaine à destination de l’Afrique subsaharienne. La réponse du berger à la bergère pour contrecarrer la volonté du royaume chérifien de réintégrer l’Union africaine (UA), si possible en éjectant la République arabe sahraouie démocratique (RASD), dont Alger est le fidèle allié. De fait, l’organisation, du 3 au 5 décembre, par le gouvernement et le patronat algérien du premier Forum africain d’investissements et d’affaires au flambant neuf Centre international des conférences Abdelatif-Rahal, dans la capitale, interroge.

Nul besoin cependant de chercher les motivations de cette réorientation économique dans le trop long et vain bras de fer entre Alger et Rabat. Elles sont bien plus logiques et pragmatiques : l’Algérie, qui doit impérativement diversifier son économie, cherche de nouveaux marchés et de nouveaux partenaires. Entre l’Algérie et l’Afrique les liens demeurent étroits Marwane Ben Yahmed. L’Afrique, une ambition trop grande pour l’Algérie. Le Forum africain de l’investissement et des affaires s’est ouvert samedi 3 décembre à Alger. Co-organisé par le gouvernement et le Forum des chefs d’entreprises (FCE), l’événement est déjà un échec.

L’incident qui a poussé Abdelmalek Sellal à quitter la salle en compagnie de plusieurs ministres au moment où Ali Haddad prenait la parole pour vanter les atouts de l’Algérie a donné une ultime raison à ceux qui doutent de la capacité de l’Algérie à concrétiser son ambition africaine. | LIRE AUSSI : Pourquoi Sellal et les ministres ont quitté la salle en plein discours de Haddad Les Africains, présents hier à Alger ou absents, ont beaucoup de raisons de douter. D’abord, la politique africaine de l’Algérie n’a jamais été constante. En 2001, le président Bouteflika était parmi les initiateurs du très ambitieux Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad) aux côtés du Sud-Africain Thabo Mbeki, du Sénégalais Abdoulaye Wade et du Nigérian Olusegun Obasanjo. Sur le même sujet : «L’Algérie est prête à soutenir des projets concrets» Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a assuré, hier à Alger, les entreprises et hommes d’affaires participant au Forum d’investissement et d’affaires, organisé conjointement par le FCE et le ministère des Affaires étrangères, du soutien de l’Algérie aux projets d’investissement qui pourraient se dégager de cette rencontre africaine.

«Nous voulons des projets concrets et nous sommes là pour les soutenir», a indiqué le Premier ministre. Intervenant à l’ouverture du rendez-vous d’Alger auquel participent plus d’un millier d’hommes d’affaires, des ministres, des banquiers et des chefs d’entreprise de tout le continent africain, Abdelmalek Sellal a d’abord précisé que cette rencontre «n’est pas une manifestation politique», mais plutôt «une réunion d’investisseurs et d’hommes d’affaires qui veulent créer de la richesse pour les Africains». L’Algérie se tourne vers l’Afrique. Un forum économique en décembre à Alger El Watan, 8 novembre 2016 Pour l’heure, la priorité est certes d’investir en Algérie même, mais il faut dès à présent chercher des parts au sein de l’économie africaine, a estimé hier le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. Le Forum africain d’investissements et d’affaires, qui se tiendra du 3 au 5 décembre à Alger, permettra à l’Algérie de montrer qu’elle peut tenir un rôle de pionnier au sein du continent, a affirmé hier le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, lors d’une conférence de presse tenue à l’hôtel El Djazaïr.

Cet important rendez-vous, a-t-il précisé, accueillera quelque 1600 opérateurs économiques d’Afrique et même d’ailleurs, dont un tiers sont des Algériens des secteurs public et privé. Aussi, a-t-il indiqué, plus de 2000 acteurs économiques d’Afrique et d’ailleurs sont attendus à ce rendez-vous d’Alger pour se concerter et agir ensemble en faveur du développement de l’économie africaine. “L’exportateur algérien, un suspect en puissance”: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com. Jusqu’à la fin de l’exercice précédent, il n’y avait pas une volonté réelle d’aller vers les exportations hors hydrocarbures.

Il en veut pour preuve les 37 recommandations que l’Anexal a proposées dans le cadre de la dernière tripartite desquelles seules 3 ont été réalisées. “La réglementation des changes considère l’exportateur algérien comme un suspect en puissance”. Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal), M. Ali Bey Nasri, trouve anormal que cette réglementation contienne 19 articles pour les opérations d’export et 15 à l’import ! Pourtant, précise-t-il, “nous importons tout et nous n’exportons pratiquement rien”. Ce qui le pousse à dire qu’“exporter est perçu par les autorités comme un acte suspect”. Pis, l’ordonnance 96-22, relève-t-il, “menace l’exportateur de prison”. Algerie - Les produits satellites algériens sont commercialisés dans le monde entier.

Selon M Azzedine Oussedik, les produits d’Alsat2A étaient de même, et parfois de meilleure, qualité notamment en ce qui concerne l’image, que ceux du satellite français Spot6.Il a, dans le même sillage, précisé que les coûts de réalisation de ces satellites du programme d’Alsat2A a coûté environ 3 milliards de dinars, tandis qu’Alsat2B revenait à 1,9 milliard de dinars, tout en expliquant cet écart par le fait que ce dernier avait été réalisé par des Algériens sur le sol national. Oussedik a révélé que ce projet du lancement des trois satellites algériens (Alsat-1B, Alsat-2B et Alsat-1N) se faisait en partenariat avec les Chinois, avec lesquels l’Algérie avait un programme de formation " très vaste ", indiquant que 150 Phd et master sont en formation.

Et " en plus de cet effectif, 170 autres sont en train d’apprendre et de participer à la réalisation des satellites ", selon le même responsable. Algeria to Stop Importing Cement in 2017. Adrar — The year 2017 will mark the end of cement import in Algeria, said Sunday Minister of Industry and Mining Abdessalem Bouchouareb during a working visit to Adrar (1543-km south of Algiers). "The year 2017 will mark the end of cement import in Algeria, with the commissioning of all cement plants across the country, whose total annual production capacity is expected to reach 6 million tonnes," said Bouchouareb during his inspection visit to the cement plant of the commune of Timegtane, in the sub-prefecture of Aoulef (260km east of Adrar).

The minister underlined that those "industrial projects will allow the country to achieve self-sufficiency in cement, and begin to export it. " On the project site, the minister listened to a brief presentation on the cement plant, which is the fruit of an Algerian-Chinese partnership. This ambitious project, which has reached nearly 90% completion, is due to be commissioned by the end of the year. L’Algérie 1er importateur d’armes en provenance d’Allemagne. Untitled. Algérie: le déficit commercial dépasse les 15 milliards de dollars | Le360 Afrique. #Algérie : Le déficit commercial de l’Algérie a augmenté de 20,03% à fin septembre 2016, comparativement à la même période de l’année dernière. Si la hausse des importations a été contenue, les exportations du pays ont par contre continué sur leur trend baissier qui a tendance à s’aggraver. En dépit des mesures prises par les autorités pour freiner les importations, avec quelques succès, le déficit commercial continue à se creuser de mois en mois.

A fin septembre, selon les données de la Douane algérienne, celui-ci ressortait à 15,04 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de l’année, en hausse de 20% comparativement à la même période de l’année dernière. En détails, on note que les importations se sont contractées de 11,1% à 35,08 milliards de dollars grâce notamment aux mesures mises en place par l’Etat pour réduire la facture et éviter des sorties de devises. Toutefois, la chute des exportations a été beaucoup plus importante.

Algérie: la diplomatie du baril de pétrole au lieu d'investissements en Afrique | Le360 Afrique. #Algérie : A ce jour, aucun groupe algérien ne s'est développé sur le continent. L’Algérie nourrit pourtant des ambitions de puissance régionale, voire continentale. Jusqu'ici, le producteur de pétrole et de gaz a privilégie l'envoi de quelques barils çà et là. Son retard est malheureusement irrattrapable. Officiellement, l’Algérie veut bien aller en Afrique, mais visiblement elle ne sait pas quel chemin adopter, ni comment s’y prendre.

Absente depuis toujours du continent, sur le plan économique, elle doit apprendre et adopter des réflexes hérités d'un socialisme imporductif. Ses seules relations avec le reste de l’Afrique se limitent à quelques échanges commerciaux. La diplomatie du baril de pétrole En 2015, les échanges se sont limités à quelques pays africains et ne dépassent pas 200 millions de dollars, essentiellement constitués d’hydrocarbures. Côté investissements, il faut dire que les rares entreprises qui ont osé aller en Afrique se comptent sur les doigts d’une seule main. Fabrication du pain - 90% des boulangers algériens utilisent du sel non iodé - allAfrica.com. Nouveau code des douanes - Simplification des procédures - allAfrica.com. Afrique du Nord: L'Algérie, pays le moins touché dans le monde par le recrutement terroriste (Irin) - allAfrica.com. Le smartphone, locomotive de l’exportation algérienne | ITMAG. Algérie: près de 2000 produits interdits d’importation pour limiter l’hémorragie des réserves de change | Le360 Afrique.

Algérie: une mission d’hommes d’affaires dans 3 pays africains | Le360 Afrique. 32 970 Projets Créés Dans Le Cadre De L'ANDI En 5 Ans | Alhubeco. Un forum économique prévu en novembre/ L'Algérie découvre enfin l'Afrique. Un forum économique prévu en novembre/ L'Algérie découvre enfin l'Afrique. Lorsque des entrepreneurs algériens s'allient et s'unissent pour gagner des marchés à l'export. L’Algérie parviendra-t-elle à rattraper le Maroc dans la conquête de marchés africains ? L’Algérie parviendra-t-elle à rattraper le Maroc dans la conquête de marchés africains ?

中國—非洲 Chine-Afrique. Ce que révèlent les chiffres officiels sur le marché algérien du véhicule. Alger, 5e ville la moins chère au monde. Sonatrach lance le processus de réalisation de trois raffineries. Algeria: Draft Revised Constitution Includes All Commitments Made By President of the Republic On This Issue. Un partenariat algéro-turc pour la fabrication des cabines sahariennes. 50 Algérien(ne)s qui feront parler d’eux en 2016. Consommation/ Plus de 40% des revenus des Algériens consacrés à l’alimentation. CE QUI ATTEND LES ALGÉRIENS EN 2016: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com. Elmihwar Elyoumi - Engouement des investisseurs pour le recyclage des déchets urbains.

Algérie-Afrique: Le FCE organisera une rencontre économique en 2016. Près de 62% des communes de l'Algérie sont classées "pauvres" en 2015. Infographies : où en sont les grands chantiers algériens ? “L’Algérie peut devenir un Canada euro-africain”: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com. Transports et communications : Le consommateur dépense 540 milliards de dinars annuellement. Consommation : 2,7% du budget des ménages vont aux équipements domestiques. Algérie FocusLe nouveau Code des investissements algérien va-t-il doper les IDE. L'Algérie 7e pays africain comptant le plus de millionnaires (RAPPORT)

‘Huge’ growth potential for frozen fish in Algeria, as imports see 70% hike | Undercurrent News. Industrie agroalimentaire : Le slogan « Consommons algérien » exige l’augmentation de la production agricole. Oil rich Algeria embraces recycling. La diversification de l'économie algérienne passe par le marché africain, selon Karim Mahmoudi. Algérie : Complexe sidérurgique de Bellalara, opérationnel en 2017. Algérie-La 1ère carte d’identité biométrique délivrée avant la fin du 1er semestre 2015. Les opportunités économiques de l'Algérie sous-exploitées. Industrie : Création de douze groupes publics. Algérie FocusACIA : Ces entreprises 100% algériennes qui boostent la production nationale. Algérie FocusL’Algérie achète le quart de l’armement de toute l’Afrique. Algérie - le premier ministre Sellal lance plusieurs projets à Alger. L’Algérie compte 35 multimillionnaires - Presse-Algerie.net.

Algérie - la règle des investissements 51/49% sera bientôt modifiée. Une étude indépendante sur l’adhésion à l’OMC recommandée. Algérie/Les entreprises désormais autorisées à investir à l’étranger. Algeria says to produce supersonic drone by 2016 | Africa. Algérie Presse Service - Actualité à la Une. Étude d'un projet de transport des déchets ménagers par voie ferroviaire (Boudjemaa) Les habitants du sud-est du Sahara algérien rêvent à l'or nigérien. Ruée vers un nouvel eldorado. Contrat de 180 millions de dollars pour Arab Contractors - Investissement. Le nouveau programme 2015-2019 d’investissements et de développement : 130 milliards de dollars pour le parachèvement des grands projets. Algeria to get Tank assembly plan | Medafrica Times. Algeria to launch R2.8 trillion plan - International | IOL Business | IOL.co.za. Le nombre des nouvelles entreprises étrangères en Algérie a baissé de 19% en 2013. L’Algérie et la Chine scellent leur partenariat - Partenariat. L’Algérie va aménager la règle 51/49% régissant les investissements étrangers.

Gaz de schiste : le président Bouteflika donne son accord pour son exploitation en Algérie. OMC, L’Algérie compte accélérer le processus de son adhésion. Registre du commerce : Lancement dimanche prochain du premier registre du commerce électronique. Investissement: plus de 57% des projets déclarés au 1er trimestre 2014 sont de nouvelles créations (Andi) Algeria's foreign reserves stand at $194 billion-minister. Le think-tank Défendre l’Entreprise ; La synthèse du « Livre blanc » sur les 50 ans de l’économie algérienne. | Maghreb Network. ANIREF - Atlas of the new industrial parks. World Highways - Algeria’s near US$55 billion investment in road infrastructure. IMF forecasts 4.3% growth for Algeria in 2014. L’Algérie veut développer son économie hors hydrocarbures | Economy | Algeria. Retailing in Algeria.

Hausse de 110% des investissements déclarés en Algérie, selon l’ANDI. Algérie – Le foncier industriel national élargi à 14.000 ha en 2014 (Amara Benyounès) Instability in Sahel region a hindrance to Algeria's tourism boom. L’Algérie doit réduire sa production pétrolière pour préserver ses réserves (Expert) L'Algérie a enregistré des projets d'investissement en hausse à 2,81 milliards de dollars en 2013.

Algérie Le miracle économique Boutef/Louiza, les espagnols migrent vers l'Algérie pour travailler. Général Electric compte diversifier ses investissements en Algérie. Algeria launches investment projects. Algerian women get down to business. Algérie FocusLes Algériens investissent dans l'immobilier en Espagne. Une nouvelle trémie pour désengorger la ville de Constantine. Algérie- Les premiers parcs industriels dès le 1er trimestre 2014 (ANIREF) L’Algérie compte 35 milliardaires et 4100 millionnaires.