background preloader

Humanités numériques

Facebook Twitter

Bibliothèques et humanités numériques - par Elydia Barret - épisode 2. 1- Relations des bibliothèques avec les humanités numériques : un partenaire naturel ? Dans un article paru en 2012 au BBF, Les digital humanities et les bibliothèques - Un partenariat naturel, Benjamin Caraco1 soulignait l’idée d’« un partenariat naturel » résultant d’une double dynamique. D'abord, parce qu'en consacrant l’alliance entre les chercheurs et les métiers d’accompagnement, les humanités numériques constituent en soi une opportunité pour les bibliothèques. Ensuite de nombreux savoir-faire utilisés par les DH sont présents dans le monde des bibliothèques, légitimant ainsi leur participation au mouvement. Ajoutons que les humanités numériques présentent un véritable intérêt stratégique pour les services de la documentation qui, dans un environnement de plus en plus concurrentiel et dans un contexte de rigueur budgétaire, se trouvent enjoints de faire la démonstration de leur utilité.

Un appel à la coopération avec les bibliothèques Des chercheurs en quête de bibliothécaires. Une analyse des contenus de thatcamp.org. Dans le cadre du THATCamp Paris 2015, qui s’est tenu la semaine dernière, nous avons organisé un datasprint. Les THATCamps (pour The Humanities and Technology Camp) sont des événements scientifiques appartenant à la famille des non-conférences, c’est-à-dire qu’ils mettent leurs participants au cœur même de l’organisation de l’événement. Les participants proposent des ateliers, votent pour les ateliers qu’ils jugent les plus pertinents, puis organisent l’emploi du temps de la non-conférences. Orientés vers les Humanités numériques, les THATCamps sont, en fait, une importation de modes de sociabilité venant de l’univers des sciences informatiques et technologiques. Le datasprint en est aussi inspiré: il s’agit d’organiser, pendant l’événement, une sorte de concours où des équipes traitent, dans ce cas, des données et exposent leurs résultats à la fin de l’événement.

J’expose ici le résultat peaufiné de ma participation au datasprint. Descriptif du corpus Limites du corpus Classification. Compte rendu de l’atelier « pour une histoire longue des humanités digitales » | THATCamp Paris. Compte-rendu: Olivier Le Deuff. Il est impossible de tout retraduire ce qui a pu être dit durant l’atelier.

Je tente ici une sorte de synthèse des points saillants et j’emploie tantôt l’expression d’humanités numériques, d’humanités digitales et de DH, car cela retraduit les différents usages qui ont été employés. Je laisse le soin aux autres participants de compléter éventuellement en commentaires. L’atelier souhaitait poser la question d’une histoire plus longue des HN. Il s’agissait de sortir de certaines représentations traditionnelles de l’histoire des HN, notamment celle qui situe, traditionnellement Robert Busa comme point d’émergence des HN. Le but était de prolonger l’article écrit avec Frédéric Clavert sur la petite histoire des humanités digitales.

Est-il donc possible de construire une histoire plus longue des HN qui permette de dépasser les lignes à portée courte des visions « étasuniennes » ? Roberto Busa posait ainsi l’Index comme point de départ des DH. JV_CJCSC_05062015.pdf. 4 | 2015 Le tournant numérique… et après ? HTTBU | Humanités numériques : prêt(sque) L’informatique est entré dans le monde des chercheurs en sciences humaines depuis longtemps déjà.

On présente souvent le père Roberto Busa comme l’un des initiateurs de ces pratiques, qui avec l’aide d’IBM a automatisé l’analyse lexicale des textes de Thomas d’Aquin dès le début des années 1950. Il est donc tout naturel que les recherches en linguistique soient déjà familiers de ces enjeux depuis longtemps. Y compris à Nice. Néanmoins, le traitement informatisé n’est pas la seule dimension de ce qu’on appelle désormais les humanités numériques. Il a fallu quelques années pour que la communauté scientifique intègre que les promesses apportées par le numérique changeaient non seulement les outils de la recherche, mais aussi ses perspectives.

Et c’est finalement tout une nouvelle culture qui se met en marche. Manifeste des Digital humanities – THATCamp – Paris 2010 – image Wikimedia Commons – CC-BY-SA-2.0 Bref, il est question de plein de dimensions dont les bibliothèques sont familières. Projet de mode d’emploi sur les humanités numériques. Cela fait quelques années que ce blog s’intéresse aux traitements automatisés de données (extraction, enrichissement, exploitation), et quelques mois que je me penche sur les questions de datavisualisation (encore que si je cherche à forcer le trait, j’arrive à y raccrocher la géolocalisation des postes de conservateur ouverts au mouvement national). Mais le concept d’humanités numériques est vraiment en train de se répandre, depuis environ 18 mois : d’abord comme concept, comme avenir, comme futur. Désormais, de plus en plus, comme objectif, comme exigence, voire comme projet. A terme, les humanités numériques seront certainement un des outils, parmi d’autres, utilisés par les chercheurs lorsque le besoin s’en fera ressentir : au même titre que le dépouillement d’archives, l’archéologie, ou l’analyse iconographique.

Mais en attendant, nous en sommes encore à la phase des pionniers, qui expérimentent, qui rendent compte de leurs premières exploitations d’outils novateurs. J'aime : Fil d'actus humanités numériques | Laboratoire HISOMA. Humanités et numérique - A Video PlayList on Dailymotion. FYP Editions - Editeur de la prospective et des questions de société. Le temps des humanités digitales Les humanités digitales se situent à la croisée de l’informatique, des arts, des lettres et des sciences humaines et sociales. Elles s’enracinent dans un mouvement en faveur de la diffusion, du partage et de la valorisation du savoir.

Avec leur apparition, les universités, les lieux de savoir et les chercheurs vivent une transformation importante de leur mode de travail. Cela entraîne une évolution des compétences et des pratiques. Cet ouvrage explique les origines des humanités digitales et ses évolutions. Il décrit leurs réussites, leurs potentialités, leur rapport à la technique et comment elles transforment les sciences humaines, la recherche et l’enseignement. Il examine les enjeux des nouveaux formats, modes de lecture, et des outils de communication et de visualisation. Contributeurs :Sous la direction d’Olivier Le Deuff. Broché : 176 pagesÉditeur : FYP ÉditionsCollection : Société de la connaissanceLangue : françaisEAN 13 : 978-2-36405-122-5. Cultures et recherche : vers un moment post-numérique ? | archives mondes contemporains. En guise d’introduction par Serge Wolikow, coordinateur du consortium Ce texte répond à l’appel que nous avons lancé en décembre 2014 pour que reprenne la réflexion et les échanges entre les chercheurs à partir de leurs expériences respectives.

Dans cette contribution est présentée l’ambition d’un projet à la fois documentaire et scientifique autour de la constitution sous forme numérique des collections de disques des immigrés dans l’Est de la France – dans les années 60-90. Les possibilités offertes par le numérique pour étudier et constituer ces collections sont soulignées par les auteurs pour autant ils insistent sur les limites eut égard à la collecte des sources mais aussi à leur usage. Le terme de post numérique dans ce cas mérite attention car il leur sert de cadre pour penser les usages paradoxaux des outils numériques commerciaux ou grands publics pour envisager de reconstituer des collections lacunaires … Par Pa « C’était.

CE QUE LE NUMÉRIQUE FAIT AUX HUMANITÉS PAR BRUNO LATOUR. Ceci n’est pas une pipe: l’importnace de la modélisation pour les humanités numériques. Récemment, on a vu émerger de l'ombre de l'inter-disciplinarité une discipline nouvelle qui s'appelle les Humanités Numériques (Humanités Digitales en Suisse, Digital Humanities ailleurs). Elle représente pour tout le domaine des sciences humaines la confrontation, puis l'adaptation aux méthodes et possibilités des technologies nouvelles. Ces technologies comprennent notamment l'informatique, mais aussi la statistique, la linguistique computationnelle, et la visualisation de données. Mais cette émergence ne serait en fait qu'une évolution, voire une continuation, d'un débat assez ancien – déjà perceptible au XIXe siècle -- qui opposerait les sciences dures aux sciences humaines.

Dans cette communication, j'avance l'idée que cette opposition semble d'origine plus sociale que méthodologique, et que les méthodes des SHS et celles des sciences dites dures ne sont pas si éloignées. Blog UniVersDoc: Digital Humanities. Quand les sciences humaines et sociales rencontrent le numérique. Du 29 juin au 3 juillet prochains se tiendra, à Sydney, la Conférence annuelle des humanités numériques (Digital Humanities, DH) (1). Le choix de ce lieu qui, pour la première fois, se situera hors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, rend compte, de manière emblématique, de l’expansion de ce "champ de recherche" au niveau international, au-delà des barrières disciplinaires, culturelles ou linguistiques.

Les humanités numériques ? Une nouvelle manière de pratiquer la recherche Opérant un rapprochement entre les sciences humaines et sociales (SHS) et les technologies de l'information et de l'informatique, les humanités numériques tiennent compte non seulement de l'usage croissant, voire hégémonique, des nouvelles technologies au sein de la recherche, mais prennent également en considération les modifications générées par cette utilisation sur les objets, les méthodes, les pratiques mêmes de la recherche, ainsi que des conditions de sa diffusion. Les humanités numériques ? Ce n’est pas le code qui importe, c’est le modèle. « Non, le code n’est pas la nouvelle littératie« , nous prévient Chris Granger (@ibdknox) dans un article portant ce titre. Pourtant, ce développeur n’appartient pas à la cohorte de ceux qui ne voient dans la programmation qu’un savoir technique qu’il n’est pas nécessaire d’acquérir.

Non, pour lui, nous nous trompons d’apprentissage ; ce qui importe ce n’est pas le code, mais ce que ce dernier sous-tend : autrement dit notre capacité à modéliser les phénomènes. Granger, qui a travaillé sur de nombreux projets (il a été un temps chez Microsoft) a notamment coécrit un éditeur de programme, LightTable, doté de plusieurs fonctionnalités originales.

Tout d’abord, nous explique Wired UK, il permet de voir les résultats de son code au fur et à mesure qu’on l’écrit ; une chose qui existe déjà avec des systèmes comme Logo ou Scratch, nous rappelle le magazine, mais pas pour des programmes professionnels impliquant des milliers de lignes de code. Les quatre phases de la modélisation Rémi Sussan. Projet de mode d’emploi sur les humanités numériques. Bibliothèques et humanités numériques - par Elydia Barret - épisode 1. Conservateur de bibliothèque depuis 2014, Elydia Barret est actuellement en poste au Campus Condorcet où elle est chargée de mission archives. Elle revient pour enssibLab avec beaucoup de perspicacité sur un mouvement complexe qui interroge de plus en plus la profession, les Humanités Numériques. Son mémoire d'étude soutenu en 2014 à l'enssib sous la direction d'Isabelle Westeel, pose justement la question cruciale : Quel rôle pour les bibliothèques dans les humanités numériques ?

L'occasion pour nous de revenir sur les conclusions de son travail et de prolonger la réflexion initiée dans ce cadre. Délibérément axées sur l’une des facettes multiples des DH, les lignes qui suivent ont vocation à défricher un terrain qui s’étend et se reconfigure sans cesse. Les Digital Humanities (DH) ou humanités numériques, qui conjuguent sciences humaines1 et technologies numériques, sont par essence transversales et collaboratives. 1- Qu’est-ce que les DH ? Une définition problématique Un concept récent. Bibliothèques et humanités numériques - par Elydia Barret - épisode 2. Blog UniVersDoc: Humanités numériques et Réseaux sociaux. Ou comment l’Histoire est analysée par les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il ? L’anthropologie computationnelle est cette branche des “humanités numériques” qui cherche à comprendre la mentalité des peuples en utilisant les ressources de l’ordinateur et du Net.[1].

Cette discipline profite de la puissance des ordinateurs pour acquérir une nouvelle dimension et ouvrir la voie à de nouveaux domaines de recherche. Une méthode de « ranking » Les chercheurs du MIT ont ainsi utilisé Wikipédia de quatre nationalités pour établir quels étaient, pour chaque « Humanité», les personnages les plus importants puis ils ont ensuite cherché à créer un “réseau social” de ces personnes en analysant les liens qui pointaient dans chaque page vers un de leurs contemporains. L’utilisation d’un algorithme de type « page rank » a permis de classer les grands “influenceurs”, témoignage de la dynamique sociale existante. Le projet Pantheon [2] D’autres expériences en cours Enfin, Pour aller plus loin. Carte des digital humanities francophones. Quels outils numériques pour les SHS ? #enquête | Penser/Classer. - · Hidden Histories: Digital Humanities 1949 – Present. Publication des éditions de textes : information et recommandations (La)

Littératies et humanités numériques en bibliothèques, des compétences à identifier : le projet HUBIC - Par Olivier Le Deuff. LaTeX en amont des humanités numériques. (Nota Bene : Ce billet a été écrit il y a quelques jours, avant les opérations de maintenance de la plateforme. Depuis, j’ai croisé sur mon chemin le livre de Maïeul Rouquette (qui tient sur Hypothèses le carnet Apocryphes), (Xe)LaTeX appliqué aux sciences humaines, qui sauvera votre vie ou au moins votre santé mentale. Puisse-t-il en être infiniment remercié.) tex, pdf, pages, doc, docx, txt, rtf, html sont quelques unes des extensions que j’ai utilisées, ces derniers jours, pour travailler mes fichiers à l’occasion de différents projets. La plupart d’entre elles n’apparait jamais dans les échanges que je peux avoir avec d’autres membres de l’Université, au fil des courriels, quand il s’agit de rendre un article à une revue, de partager des informations, de préparer des cours collaboratifs ou de relire des épreuves.

Quelques anecdotes des deux derniers mois, désormais. De semblables messages de détresse sont légions. Certes. Sur quoi, deux anecdotes. François-Ronan Dubois Follow Me: Our Mission | ADHO. Qu’est-ce que chercher ? (3) L’instrumentation de la recherche. 2. L’instrumentation de la recherche La recherche dans les humanités, dans les sciences historiques et sociales a une technicité propre. Elle a ses instruments, ses procédures, ses lieux, ses protocoles. La pensée la plus abstraite, le discours théorique le plus conceptuel s’appuient sur des opérations, sur des phases successives de documentation, de formalisation, de rédaction. Ils se déploient dans un environnement matériel et technique aussi déterminant que les paillasses de laboratoire, les microscopes ou les cyclotrons de la physique des particules.

L’une des hypothèses fortes de mon travail est de reconnaître la part de cette matérialité et de ces techniques dans différentes traditions savantes, et d’en faire un objet de comparaison et de réflexivité. Je prendrai l’exemple d’un auteur grec qui m’a beaucoup occupé ces dernières années, Athénée de Naucratis, un polymathe du IIe siècle de notre ère. Il me semble que les humanités numériques aujourd’hui doivent affronter deux défis : Suis-je une humaniste digitale ? | Espaces réflexifs. 10 juin. #diahd. Aujourd’hui on célèbre le « Día de las Humanidades digitales » (« Jour des Humanités numériques ou Digital Humanities ») dans le monde hispanophone et lusophone.

J’en profite l’occassion pour me demander ici, à la Villa réflexive: « Suis-je une humaniste digitale ? ». Pendant ce mois, j’ai lu entre autres un billet très intéressant dont les auteurs s’interrogeaient sur la question des HD: « La stra­té­gie du Sauna finlandais », article sur l’étude Les fron­tières de Digi­tal Huma­ni­ties. On y découvre une très grande diver­sité lin­guis­tique et géo­gra­phique, l’existence d’un hors-​monde qui n’a pas vu l’enquête ou n’y a pas prêté atten­tion, la mar­gi­na­lité de l’anglais comme pre­mière langue, mais sa domi­na­tion comme second idiome.

HD: quelle langue ? Quelques liens intéressants se trouvent dans les espaces occupés par Paul Spence (¿Cómo surgió el Día de humanidades digitales?) HD: quelles disciplines ? HD: quelles humanistes ? Suis-je une humaniste digitale ? THATCamp Paris 2012. Manifeste des Digital humanities | ThatCamp Paris. Humanités numériques | UE INF4_1 – Introduction aux humanités numériques. Read/Write Book 2.

Digital Humanities Blog | Un blog sur les Humanités Digitales. Digital Humanities à l'IHA | Huma-num | Le carnet de la TGIR pour les Humanités numériques. Humanités numériques. QU'EST-CE QUE LES HUMANITÉS NUMÉRIQUES. Humanités numériques : des outils, des méthodes, une culture — DHnord2014. THATCamp Saint-Malo 2013. Les suites d’Humanlit : Hubic – HUmanités digitales et BIbliothèques, des Compétences à identifier | HUMANLIT. Humanistica | Association francophone des humanités numériques. Introduction aux digital humanities.

Théorie et pratique dans un centre de recherche interuniversitaire en humanités numériques | Observatoire de l'imaginaire contemporain.