USA - Democratie, rêves et désillusions

Facebook Twitter

Paul Ryan, le républicain qui veut faire chuter Obama l’Européen. Paul Ryan et Mitt Romney, le 11 août 2012 en Virginie (Saul Loeb/AFP) Choisir entre le rêve américain et le cauchemar européen : voilà l’enjeu de la présidentielle aux Etats-Unis selon Paul Ryan, qui deviendra vice-président en cas de défaite de Barack Obama.

Paul Ryan, le républicain qui veut faire chuter Obama l’Européen

Ce « quadra » promet carrément d’en finir avec le « socialisme », le « despotisme » et la « sclérose » importés d’Europe. Pour une fois, Mitt Romney n’a peut-être pas dit de bêtise : Paul Ryan est « un leader intellectuel », s’est-il enthousiasmé samedi, en présentant son colistier pour l’élection de novembre. A 42 ans, cet élu du Wisconsin à la Chambre des représentants est la star des « young guns », ces « jeunes loups » bousculant un Parti républicain qu’ils jugent trop modéré.

L’avortement, le droit de porter des armes, d’éventuelles guerres contre la Syrie ou l’Iran ? La droite décomplexée à l’américaine C’est sur ses idées, plus que sa personne, que Paul Ryan entend attaquer le président démocrate sortant. L'Angleterre du XVIIe, plus égalitaire que les Etats-Unis actuels. Nous conclurons sur une note historique cette analyse des revenus américains : le graphique suivant montre la distribution des revenus aux Etats-Unis en 2007 et en Angleterre au XVIIe siècle (grâce au remarquable travail de Peter Mathias qui a analysé les revenus de l’ensemble des classes de la population).

L'Angleterre du XVIIe, plus égalitaire que les Etats-Unis actuels

Comparaison de la distribution des revenus par déciles aux Etats-Unis en 2007 et en Angleterre aux XVIIe siècle. Le résultat est édifiant : les inégalités sont nettement plus accentuées aux Etats-Unis actuellement que dans l’Angleterre du XVIIe siècle ! Essentiellement en raison de l’accaparement du millile (top 0,1 %) supérieur. Photographies artistiques de la ville de Détroit en ruine. Lorsque l’on pense au mot « Ruine », on pense à des bâtiments ayant plusieurs centaines d’années ou de villes oubliées par les générations d’aujourd’hui.

Photographies artistiques de la ville de Détroit en ruine

Cependant, lorsque l’on mentionne le mot ruine, on peut également penser à des villes bien connues qui ont souffert grandement des différentes crises économiques. Les photographes français Yves Marchand et Romain Meffre ont capté des images très artistiques et saisissantes du déclin de la ville américaine de Détroit et des ruines de celle-ci. En décembre 2010, ils ont publié un livre nommé : « The Ruins of Detroit » (Ruines de Détroit), dans lequel sont rassemblées différentes photographies artistiques d’édifices délabrés et qui semblent s’être figés dans le temps.

Cet article est paru originalement en anglais sur le blogue du site web de Denverpost.com et est publié en partenariat avec Top10Banques.com, le meilleur de la banque en ligne. La maison de William Livingstone. Crossing a St Louis street that divides communities. Le déclin du rêve américain. The Reproduction of Privilege.

Instead of serving as a springboard to social mobility as it did for the first decades after World War II, college education today is reinforcing class stratification, with a huge majority of the 24 percent of Americans aged 25 to 29 currently holding a bachelor’s degree coming from families with earnings above the median income.

The Reproduction of Privilege

Seventy-four percent of those now attending colleges that are classified as “most competitive,” a group that includes schools like Harvard, Emory, Stanford and Notre Dame, come from families with earnings in the top income quartile, while only three percent come from families in the bottom quartile. Anthony Carnevale, director of the Georgetown University Center on Education and the Workforce and co-author of “How Increasing College Access Is Increasing Inequality, and What to Do about It,” puts it succinctly: “The education system is an increasingly powerful mechanism for the intergenerational reproduction of privilege.” The Great Gatsby Curve. Alan Krueger, the chairman of the Council of Economic Advisers — who is not only a colleague of mine at Princeton, but gets a lot of my mail and vice versa — gave a very informative speech on inequality last week that should have received more press than it did.

The Great Gatsby Curve

From WikiChina. The Chinese Wikileaker and the real headlines: What Tom Friedman doesn’t see. The idea that the main stream media are preoccupied with irrelevant trivia is hardly a new one.

The Chinese Wikileaker and the real headlines: What Tom Friedman doesn’t see

Des statistiques de l'OCDE font s'évanouir le rêve américain. On y va pour faire fortune.

Des statistiques de l'OCDE font s'évanouir le rêve américain

Pour laisser son bagage derrière soi et recommencer à neuf. On y va pour se mesurer aux meilleurs. Puis devenir les meilleurs. Car les Etats-Unis sont l’endroit où chacun peut se hisser vers les sommets. Mais qu'est ce qu'ils lui trouvent donc à ce Ron Paul? Un partisan de Ron Paul sur le camp d'Occupy Site: People of color, organize!

Mais qu'est ce qu'ils lui trouvent donc à ce Ron Paul?

Alors, qui est ce type, candidat à l'investiture républicaine pour les élections présidentielles, qui recueille les suffrages d'une certaine "gauche" ? Ron Paul , 77 ans, vieux briscard de la politique, semble retrouver une seconde jeunesse ces dernières années. Il est un des fers de lance du "paléo-libertarianisme", doctrine politique qui prône la « non-agression » et qui place la liberté comme principe absolu de vie, il préconise un État fédéral au rôle limité, de faibles impôts, des marchés libres, une politique étrangère non interventionniste, ainsi qu'un retour à des politiques monétaires basées sur des métaux (or, argent) pour étalon.

Rien que du rêve, donc. Mais voyons, de plus près la "philosophie" de cet homme.

USA - Réforme santé, un jour peut-etre publique

D'Obama, il ne reste que le charme. Les impressionnantes cotes de popularité de Barack Obama du printemps ne sont plus qu’un vague souvenir et l’homme peine à rassembler la moitié du pays derrière lui.

D'Obama, il ne reste que le charme

Même dans les rangs progressistes, la base électorale d’Obama, le désenchantement est de mise. La faute aux contradictions de ce président qui avait rendez-vous avec l’Histoire mais se dérobe. En 2008, le sénateur de l’Illinois a remporté l’investiture du parti démocrate pour la présidentielle en s’opposant à la guerre en Irak. Mais une fois à la Maison Blanche, il a tellement retardé le retour au pays des « boys » qu’il n’a toujours pas réduit de manière significative l’engagement américain. La guerre en Afghanistan est, quant à elle, devenue « la guerre d’Obama ». Aux yeux des progressistes, Barack Obama a également trop traîné des pieds pour fermer la sinistre prison de Guantanamo et refuse maintenant de poursuivre en justice les responsables de l’administration Bush ayant ordonné le recours à la torture.

Noam Chomsky sur l'état d'esprit qui règne aux États-Unis : « je. Noam Chomsky est le plus grand intellectuel des États-Unis.

Noam Chomsky sur l'état d'esprit qui règne aux États-Unis : « je

La quantité impressionnante de ses écrits, qui comprennent prés de 100 livres, ont depuis des décennies démonté et exposé les mensonges des élites au pouvoir et les mythes qu’elles entretiennent. Et Chomsky l’a fait malgré la censure des médias commerciaux qui l’ont mis sur une liste noire, malgré son statut de paria au sein du monde universitaire et, de son propre aveu, malgré le fait qu’il soit un orateur pédant et parfois légèrement ennuyeux. Il combine une indépendance intellectuelle avec une démarche rigoureuse, une capacité remarquable de saisir les détails et une intelligence hors du commun.

. « La situation actuelle est très similaire à l’Allemagne de Weimar, » m’a dit Chomsky au téléphone depuis son bureau à Cambridge, Massachusetts. « Les similarités sont frappantes. Chomsky : L'éducation est ignorance (Extrait du livre Class Warfare -1995) par Noam CHOMSKY. Interview mené par David Barsamian DAVID BARSAMIAN : L’un des héros du renouveau actuel de la droite… est Adam Smith.