background preloader

Neutralité du réseau

Facebook Twitter

Vingt-cinq ans après avoir créé le Web, Berners-Lee veut une « charte de l'Internet » Pour le 25e anniversaire du World Wide Web, son créateur a appelé mercredi 12 mars à la création d'une charte de l'Internet, dans le cadre des récentes révélations sur l'importance de la surveillance gouvernementale.

Vingt-cinq ans après avoir créé le Web, Berners-Lee veut une « charte de l'Internet »

Voir tous nos contenus sur le scandale Prism et ses conséquences Tim Berners-Lee, qui publia le 12 mars 1989 un article considéré comme l'acte de naissance du World Wide Web, a fait cette proposition dans le cadre de la campagne « le Web qu'on veut » pour un Internet libre. « Nous avons besoin d'une Constitution mondiale – une charte, a-t-il déclaré au quotidien britannique The Guardian. A moins d'avoir un Internet libre, neutre, sur lequel nous pouvons nous appuyer sans nous demander ce qui se passe en coulisse, nous ne pouvons pas avoir de gouvernement libre, de bonne démocratie, de bon système de santé, des communautés connectées et la diversité des cultures. » Lire : Le « www » fête ses 25 ans. « Le Web fait de plus en plus partie des droits de l'homme » LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Yves Eudes et Damien Leloup Tim Berners-Lee est le principal concepteur du World Wide Web, qui fête, jeudi 13 mars, ses 25 ans, et le président du W3C, l'organisme chargé d'établir les normes du réseau utilisé au quotidien par des milliards de personnes.

« Le Web fait de plus en plus partie des droits de l'homme »

Quel regard portez-vous sur le Web, vingt-cinq ans après sa création ? Nous devons nous poser un moment, réfléchir au Web que nous voulons créer pour les vingt-cinq prochaines années. La Toile fait partie de notre quotidien, et je crois que le Web fait de plus en plus partie des droits de l'homme. Quand vous avez accès au Web, vos droits sont plus importants que quand vous n'y avez pas accès. Mais ils nous espionnent déjà ; comment y mettre fin ? C'est vrai. Nous devons mettre en place de nouveaux systèmes de responsabilisation. Voir tous nos contenus sur le scandale Prism et ses conséquences N'est-ce pas un peu utopique ? Beaucoup de choses le sont. Je suis de nature optimiste. A peine instaurée, la neutralité du Net va bientôt être remise en question aux US - JDN.

Les opérateurs ne pourront ni favoriser un site, ni en pénaliser un autre, ni faire payer pour améliorer l'accès à un service Web.

A peine instaurée, la neutralité du Net va bientôt être remise en question aux US - JDN

La FCC a mis en place la neutralité du Net, mais pour combien de temps ? [Article mis à jour à 12h03] La FCC vient de prendre une décision pour installer la neutralité du Net aux Etats-Unis. Les cinq commissaires qui planchaient sur ce dossier depuis des années, viennent d'installer l'accès à Internet comme un bien public, comme peut l'être le réseau téléphonique, l'eau ou le gaz. Cette décision lui permet de décider, dans tous les états américains, d'empêcher les FAI (Web fixe et mobile) de brider ou bloquer certains sites ou services, et de privilégier l'accès à d'autres. Concrètement, elle pourra interdire aux opérateurs de faire payer les éditeurs pour favoriser leurs services. Cette décision va dans le sens des éditeurs, en premier lieu Youtube et Netflix, les principaux consommateurs de bande passante outre-Atlantique, mais ne ravit pas les FAI. La neutralité du Net jugée inconstitutionnelle aux Etats-Unis.

L'Europe veut un Internet libre ! Aussi surprenant que cela puisse paraître dans un contexte dominé par ACTA, le Conseil de l’Europe a publié le 15 mars dernier une stratégie ambitieuse pour un Internet ouvert, libre, responsable et centré sur le citoyen. Réaliste ou utopique ? Mi-mars 2012. Les parlementaires européens discutent de l’opportunité de saisir ou non la Cour de Justice européenne à propos du traité de lutte anticontrefaçon baptisé ACTA, qui devrait être finalement soumis au vote du Parlement européen cet été. Au même moment, le 15 mars 2012, est publié un document intitulé "Gouvernance de l’Internet, stratégie du Conseil de l’Europe 2012-2015".

Il passe presque complètement inaperçu. Dans le silencePourtant le texte, librement accessible à tous, vient d’être adopté par les 47 états membres du Conseil de l’Europe, soit la presque totalité du continent européen. 6 objectifs essentiels : Deux conventionsUne gageure ? C’est probablement là le vrai défi d’aujourd’hui.