background preloader

Intelligence collaborative / Travail collaboratif

Facebook Twitter

Économie collaborative, repose en paix ? Son oraison funèbre, ces dernières semaines, semble de plus en plus prononcée dans des think-tanks dédiés et même dans la presse.

Économie collaborative, repose en paix ?

Alors, paix à son âme ? Un lieu commun à son propos : nous sommes tous partagés pour la définir. Aussi parait-il présomptueux d’acter sa mort et la question est moins « L’économie collaborative est-elle morte? » que « Qu’est-ce qui se meurt dans l’économie, soit-elle collaborative? » Introduite il y a des décennies avec la mise en collectivité du matériel agricole, l’économie collaborative a pris un essor incroyable cette dernière décade avec des formes diverses et des modèles financiers tout aussi divers.

Collaboratif VS profits ? Pour autant, ces sociétés offrent des solutions nouvelles et des sources de revenus non négligeables dans une société qui tend à se paupériser et qui verra, d’ici à 2020, des millions d’emplois disparaître - corollaire de notre développement technologique. Comment les "Makers" inventent l'usine du futur. Comme souvent, la nouveauté est venue des Etats-Unis.

Comment les "Makers" inventent l'usine du futur

Plus précisément de l'entrepreneur Dale Dougherty, à l'origine de l'expression "Web 2.0" et éditeur du magazine "Make", qui, au début des années 2000, structura une communauté naissante : les "makers" (à traduire par "Faiseurs"). Pour ces artisans du numérique, il y a d'abord la volonté de produire soi-même plutôt que d'acheter.

Adeptes de l'innovation à la portée de tous et prônant le travail collaboratif, ces techno-bricoleurs adhèrent aux valeurs de l'économie du partage et de la volonté d'en finir avec l'obsolescence programmée des objets impersonnels fabriqués à la chaine. Des outils à la portée de tous Ces makers apprennent ou savent déjà manier imprimantes 3D, fraiseuses, découpeuses au laser et autres logiciels de conception pour produire toutes sortes d'objets difficiles voire impossibles à trouver à l'unité. "On peut fabriquer presque n'importe quoi avec le numérique" Les secteurs d’activité de l’économie collaborative en 2015. L’économie collaborative ou « sharing economy » est un sujet tendance, il représente une nouvelle façon de créer, produire ou consommer des richesses (produits ou services) en se basant sur les échanges entre les individus ou les organisations…

Les secteurs d’activité de l’économie collaborative en 2015

Sharing economy : quel business model ? Les start-up de la consommation collaborative sont nombreuses.

Sharing economy : quel business model ?

On ne peut pas en dire autant de leurs moyens de s'enrichir. Et dire que ce sont les Etats-Unis, chantres de la propriété individuelle, qui sont à la pointe de la sharing economy, en français l'économie du partage... Nul doute que cette ironie du sort aurait amusé les partisans du kolkhoze d'hier – littéralement économie collective.

Aujourd'hui, c'est bien l'américaine AirBnB, une plateforme de réservation de nuitées chez les particuliers, valorisée 2,5 milliards de dollars, qui est érigée en symbole de ce mode de consommation alternatif. Lancé en 2008, le site recense 4 millions d'utilisateurs dont 2,5 millions gagnés la seule année 2012. Et pour cause, monétiser la notion de partage n'est pas chose aisée. Regards croisés sur le futur de l’économie collaborative. Quel nouveau modèle pour le travail à l'ère numérique ? C'est une certitude : demain, le marché du travail sera très différent de celui que nous avons connu.

Quel nouveau modèle pour le travail à l'ère numérique ?

Du recrutement à l'organisation même de la production, la révolution digitale fait éclater le modèle actuel. Mais pour aller où ? Vers quoi ? Premier constat : le système est à bout de souffle. La mécanique des Trente Glorieuses, fondée sur une croissante forte, une consommation effrénée et le plein-emploi est grippée depuis longtemps. Economie collaborative : le casse-tête de la législation. Les nouveaux visages de l’économie collaborative. Enseignant en lycée et à la fac, loueur de voiture, hôtelier, et coach sportif à domicile : à 40 ans Grégory est un peu tout cela à la fois grâce à Internet.

Les nouveaux visages de l’économie collaborative

Dans quelques jours, ce sont à nouveau 500 euros qui « vont tomber, comme ça, sans rien faire », explique-t-il lorsqu’on lui aura ramené le véhicule qu’il met régulièrement en disponibilité sur un site de location entre particuliers. Economie du partage ou partage de l’économie ? Jeremiah Owyang (Crowd Companies) : "L'économie collaborative finira par bouleverser tous les secteurs d'activité" Evolution des réseaux sociaux : vers une intelligence collective ? Les récents rachats tendent à dresser des voies stratégiques différentes chez les grands acteurs du web.

Evolution des réseaux sociaux : vers une intelligence collective ?

Analyse, décryptage et tentatives de projections du web et de nos sociétés de demain. Au cours des dix dernières années, les médias sociaux se sont généralisés, bouleversant la manière dont nous communiquons, collaborons, consommons et créons de l’information.La multiplication des interactions sociales redessine progressivement les fondements de la société. On assiste à l’émergence d’une intelligence collective, qui repose sur trois tendances majeures :le volume croissant de données personnelles géolocalisées, partagées de manière implicite (recherche, navigation, achats) ou délibérées (publication de profils, de statuts, check-ins).

Une société qui se reconstruit autour du lien social. Pouvons-nous devenir plus intelligents, individuellement comme collectivement. Pour préparer la 3e édition française de la conférence Lift qui aura lieu du 6 au 8 juillet à Marseille, nous vous proposons de redécouvrir quelques-unes des plus stimulantes présentations qui s'y sont tenues ces dernières années et que nous avons couvertes.Retour sur l'édition 2010 avec les présentations d'Anders Sandberg et François Taddéi.

Pouvons-nous devenir plus intelligents, individuellement comme collectivement

Elaborer de nouveaux systèmes d'intelligence collective Anders Sandberg travaille à l’Institut pour le futur de l’humanité d’Oxford, un lieu “à la limite de la philosophie” ou l’on s’efforce d’être bizarre, affirme-t-il (voir notre récente interview). La plupart des grands problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui n’auraient même pas été compris il y a quelques années, estime Sandberg. Pourquoi ? Parce que résoudre les problèmes contemporains exige de plus en plus d’intelligence : comprendre les problèmes écologiques d’aujourd’hui implique de meilleures connaissances en physique par exemple. Pour cela il existe une grande gamme de méthodes.

Le marché mondial de l'économie collaborative devrait atteindre 335 milliards de dollars en 2025 - JDN. La finance collaborative et le recrutement en ligne devraient être les secteurs les plus dynamiques sur le marché dans les prochaines années.

Le marché mondial de l'économie collaborative devrait atteindre 335 milliards de dollars en 2025 - JDN

Selon l'étude "The Sharing Economy" par PwC, le marché mondial de l'économie collaborative devrait passer de 15 milliards de dollars en 2014 à 335 milliards d'ici 2025. Pour expliquer cette évolution, PwC prévoit que 5 grands secteurs du marché de l'économie collaborative vont croître beaucoup plus rapidement que les secteurs de la location traditionnels d'ici 2025 : la finance peer-to-peer (prêts entre particuliers), le recrutement en ligne, le logement (comme l'échange d'appartements), l'autopartage et la musique/vidéo en streaming. La finance collaborative et le recrutement en ligne devraient être les secteurs les plus dynamiques dans les prochaines années avec respectivement +63% et +37% de croissance annuelle.

Le logement et l'autopartage suivent ensuite avec +31% et +23%. L'économie collaborative n'est pas sociale et solidaire. L'économie collaborative n'a pas toutes les vertus qu'on lui prête souvent.

L'économie collaborative n'est pas sociale et solidaire

Cette économie de services à la demande à travers des plateformes d'intermédiation numérique cache en réalité un idéal principalement mercantile, bien éloigné des notions d'intérêt général induites par le terme « collaboratif ». « Il y a une certaine confusion de langage subtilement entretenue », dénonce dans une interview très intéressante à Rue 89 Hugues Sibille, le président de Labo de l'économie sociale et solidaire. « Les gens utilisent de manière synonyme, économie collaborative, économie du partage et économique sociale et solidaire.