background preloader

Industrie

Facebook Twitter

L'IoT fait parler les marchandises pour créer de nouveaux services. En connectant leurs produits, les industriels peuvent aller plus loin que suivre leur acheminement : ils génèrent de nouvelles lignes de business. 398 mètres de long sur 54 mètres de large.

L'IoT fait parler les marchandises pour créer de nouveaux services

Le plus gros porte-conteneurs du monde appartient à l'armateur tricolore CMA CGM et arbore le pavillon français. Ce géant des mers peut transporter jusqu'à 17 222 conteneurs. Pour gérer plus efficacement le ballet de ces grandes boites en métal qui pèsent plusieurs dizaines de tonnes lorsqu'elles sont pleines, l'entreprise a décidé de les connecter. Elle a pour cela fait appel aux services de la société marseillaise Traxens, dont elle est l'un des principaux investisseurs. Fondée en 2012, l'entreprise compte rendre les 20 à 25 millions de conteneurs qui circulent dans le monde communicants, grâce à son réseau maillé Trax-net et à ses objets connectés baptisés les Trax-box, qu'il suffit de fixer sur lesdits conteneurs. Traxens fait payer aux armateurs comme CMA CGM un abonnement à ces données. SNCF, ERDF : comment les entreprises utilisent l'IoT pour prévenir les pannes. Des capteurs intelligents placés sur les lignes de production, ou les réseaux d'infrastructures, permettent de limiter l'usure du matériel et d'anticiper les problèmes.

SNCF, ERDF : comment les entreprises utilisent l'IoT pour prévenir les pannes

Un agent de la SNCF est accroupi sur le bord des rails. Son équipement portatif lui permet de faire des analyses de l'usure du matériel, de scruter minutieusement des kilomètres et des kilomètres de voies pour éviter que ne se reproduisent des catastrophes ferroviaires comme celle de Brétigny-sur-Orge. La SNCF disposera prochainement de données précises remontées en temps réel par des capteurs C'est avec ce type d'inspections périodiques que la société de transport veillait jusqu'à présent au remplacement du matériel usé. Ces opérations de maintenance prévisionnelle sont censées prévenir la casse des équipements en amont au lieu de les réparer après. "Nous jouons la course en tête avec l'IoT. Vincent Champain (General Electric Digital) : "GE traite 50 millions de data collectées sur 10 millions de capteurs industriels"

Vincent Champain, directeur général de la Digital Foundry que le groupe a installé à Paris, explique comment ses équipes aident les industriels à tirer de la valeur de leurs données IoT.

Vincent Champain (General Electric Digital) : "GE traite 50 millions de data collectées sur 10 millions de capteurs industriels"

JDN. La fonderie numérique de GE Digital a officiellement ouvert ses portes à Paris en juin. A quoi sert cet espace ? Vincent Champain. General Electric a créé la "Digital Foundry" pour développer des applications d'IoT industriel. Combien de personnes allez-vous embaucher dans ce centre de développement d'outils digitaux ? Aujourd'hui, la fonderie numérique compte 75 salariés. Quels profils recherchez-vous ? Je veux créer une équipe composée de 40% de développeurs, de 40% de data scientists et de 20% de spécialistes du design. "Aujourd'hui, la fonderie numérique compte 75 salariés, ils seront plus de 250 en 2020" General Electric a un ADN industriel. Quel est le poids de l'activité IoT industriel chez General Electric ? Concrètement, quelle valeur ajoutée apportez-vous à vos clients ?

L’Internet des Objets, bras armé de la transformation digitale de l’entreprise. En quelques années, l’Internet des Objets (IdO) a tout balayé sur son passage.

L’Internet des Objets, bras armé de la transformation digitale de l’entreprise

Et parmi ses victimes figure la connectivité entre machines (M2M). Pourtant nombre d’observateurs continuent de confondre ces deux technologies. En quoi diffèrent-elles ? Et pourquoi l’IdO, plus que la communication M2M, est-il le véritable bras armé de la transformation digitale ? Les raisons de la supériorité de l’Internet des Objets sur la communication M2M La communication M2M existe depuis plus d'une décennie et est particulièrement bénéfique dans les marchés industriels. L'industrie face à la transformation numérique : Des industriels français frileux. Exclusif : comment Schneider Electric passe à l'ère des objets connectés - JDN. Schneider Electric passe à l'ère du pilotage temps réel de l'énergie.

Exclusif : comment Schneider Electric passe à l'ère des objets connectés - JDN

Dans cette optique, Microsoft Azure va fédérer les données de supervision de ses équipements électriques. De fournisseur de matériel électrique, le groupe français Schneider Electric a initié un vaste chantier de transformation visant à évoluer vers un modèle beaucoup plus digital. En ligne de mire : transformer en objets connectés tous ses équipements, des tableaux électriques aux armoires moyenne tension en passant par les capteurs de température... Le but ? IBM investit 3 milliards de dollars dans l'Internet des objets - JDN. Le groupe crée une business unit mondiale dans l'Internet des objets.

IBM investit 3 milliards de dollars dans l'Internet des objets - JDN

Elle est composée de 2000 consultants. IBM annonce la création d'une nouvelle entité mondiale dédiée à l'Internet des objets (IoT). Un investissement de 3 milliards de dollars lui sera consacré sur quatre ans. Fédérant pas moins de 2000 consultants du groupe, elle vient sans surprise se nicher dans la branche Analytics de Big Blue. Elle va ainsi pouvoir bénéficier de toutes les offres déjà développées par le géant informatique américain autour du Big Data et de l'analyse temps réel (avec l'offre Watson), en vue de traiter les flux de données en provenance des objets connectés. Les objets connectés des secteurs industriels comme cible privilégiée Dans le cadre de cette nouvelle entité, IBM prévoit le développement de solutions d'IoT verticales.

Le cloud de plateforme d'IBM (Bluemix) s'inscrit aussi dans cette offre, notamment pour outiller le déploiement de services exploitant les données produites par les objets.