background preloader

Génocide et camp de travail des Khmers rouges

Facebook Twitter

Témoignage d'un anvien détenu dans un camp de travail " khmer rouge " Témoignage T…: Ancien détenu dans un camp de travail « khmer rouge », 1975-1979 Fait à K… (Cambodge), le 19 octobre 2011 Recueilli par Michel Baury, écrivain, collecteur de mémoire « Avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir à Phnom Penh et demandent aussitôt aux citadins d’évacuer la ville, sous prétexte que les Américains vont la bombarder.

témoignage d'un anvien détenu dans un camp de travail " khmer rouge "

J’étais alors étudiant à Phnom Penh et je préparais la deuxième partie de mon baccalauréat. Je dois quitter mon domicile avec mes parents. Les habitants de la capitale sont poussés hors de la capitale. Crimes du régime Khmer rouge. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crimes du régime Khmer rouge

Crânes des victimes des Khmers rouges à Choeung Ek. Les crimes du régime Khmer rouge couvrent l'ensemble des meurtres, massacres, exécutions et persécutions ethniques, religieuses ou politiques commis par ce mouvement communiste radical, lorsqu’il contrôla le Cambodge de 1975 à 1979. Camp S21 - Tuol Sleng. Diploweb.com Histoire: Le genocide cambodgien : 1,7 a 2 millions de morts. Éd.

diploweb.com Histoire: Le genocide cambodgien : 1,7 a 2 millions de morts

L'Archipel, octobre 2000. 301 p. Voici le récit sidérant d'un cambodgien rescapé de l'enfer khmer rouge. Entre avril 1975 et janvier 1979, cette petite faction de révoltés dirigés par des "intellectuels" ayant souvent étudié en France, met en œuvre un génocide contre la population du Cambodge. L'auteur raconte d'une manière à la fois détaillée et contenue le meurtre organisé de 1, 7 à 2 millions de cambodgiens, sur une population d'environ 7, 5 millions d'habitants. Le pays devient un vaste camp de concentration. Le Cambodge des Khmers rouges : de la logique de guerre totale au genocide. Notes Je m’en tiendrai pour l’essentiel ici à cette investigation interprétative, les faits eux-mêmes commençant à être bien connus (cf. en particulier les divers travaux de Ben Kiernan et de David Chandler, ainsi que des témoignages comme ceux de Pin Yathay ou de Haing Ngor, tous mentionnés ci-dessous).

Le Cambodge des Khmers rouges : de la logique de guerre totale au genocide

J’ai moi-même décrit le génocide khmer rouge, tant dans Le livre noir du communisme (Paris, Robert Laffont, 1997) que, plus récemment, dans « Le “génocide” cambodgien : des particularités irréductibles ? », in Katia Boustany & Daniel Dormoy (dir.), Génocide (s), Bruxelles, Éditions Bruylant, 1999, p. 178-212. La répression de masse commença en Chine bien avant l’an I de la République Populaire (1949). Cf. Ma mère dans l’enfer des camps khmers rouges. 17 avril 1975, à Battambang, province natale de ma mère.

Ma mère dans l’enfer des camps khmers rouges

Celle-ci avait 19 ans lorsqu’elle et sa famille ont rencontré les Khmers rouges pour la première fois. Vêtus de noir, ils étaient souriants mais armés. Les faits. L'histoire récente du Cambodge est particulièrement complexe.

Les faits

Après la seconde guerre mondiale, le pays a du traverser de nombreuses crises: décolonisation, guerres civiles, génocide... Quelques dates clefs pour mieux comprendre l'histoire troublée de ce petit pays qui fut souvent le jouet des grandes puissances. Croisade pour l’indépendance menée par le roi du Cambodge, Norodom Sihanouk.Indépendance du pays proclamée le 9 novembre. 3 mai : rupture des relations diplomatiques avec les Etats-Unis. 31 juillet-3 août : le village cambodgien de Thlok Trach est attaqué par des hélicoptères américains.1er septembre : visite de De Gaulle à Phnom Penh.Le prince Norodom Sihanouk autorise les communistes vietnamiens à utiliser les zones frontières et le port de Sihanoukville.18 novembre : Norodom Sihanouk invente l’expression « Khmers rouges » pour désigner les communistes cambodgiens.

Témoignage d'un anvien détenu dans un camp de travail " khmer rouge "