background preloader

AI

Facebook Twitter

Affiche enfant maltraité. Yann Gouriou Yvette Quéré surnommée le « Bourreau de Pleubian », a battu et torturée son fils pendant les 12 premières années de sa vie.

Affiche enfant maltraité

Le fils d’Yvette Quéré va passer 10 ans à la DASS en faisant de nombreux séjours chez ses parents bourreaux « week-ends et vacances scolaires » pendant lesquels il va subir les pires horreurs que l’on puisse faire à un être humain. Le fils d’Yvette Quéré passait tous ses jours de vacances enfermé dans le noir sous l’escalier ou dans le garage. Yvette Quéré l’affamait pour après le gaver jusqu’à le faire vomir et l’empêchait d’aller aux toilettes jusqu’à se faire dessus, il était contraint sous les coups d’ingurgiter ses restes…

Site jeunesviolencesecoute

VIOLENCES FAITES AUX ENFANTS. Page entièrement écrite par le Dr Muriel Salmona lire également l'article qu'elle a écrit en juillet 2013 les violences faites aux enfants - un silence assourdissant et un scandale sanitaire, social et humain De toutes les violences, les violences envers les enfants sont certainement les plus cachées.

VIOLENCES FAITES AUX ENFANTS

La loi du silence y règne en maître. Et c'est particulièrement vrai pour les maltraitances, c'est à dire les violences subies par des enfants alors qu'ils sont sous la garde d'une personne de confiance ou dont ils dépendent, comme un parent, un frère ou une sœur plus âgé, un autre membre de la famille, une nourrice, un baby-sitter, ou par une personne ayant une autorité sur l'enfant (enseignant, éducateur, personnel soignant, prêtre, etc.), et parfois même par des personnes travaillant dans une structure sociale censée protéger les enfants d'un tel danger (institution, famille d'accueil, etc.).

Maltraitance : 100.000 enfants en danger. Ce chiffre, stable d'année en année, est au cœur d'un colloque organisé ce vendredi au Sénat.

Maltraitance : 100.000 enfants en danger

Valérie Trierweiler, qui préside cette réunion, évoque un futur texte législatif qui devra notamment aborder la question du signalement des cas de maltraitance. En France, deux enfants meurent chaque jour sous les coups de leurs parents. Autrement dit, chaque année, 600 à 700 décès sont imputables aux mauvais traitements se déroulant au sein même de la famille. C'est sur ce constat qu'un colloque a lieu ce vendredi à l'initiative du sénateur socialiste de l'Isère André Vallini, en présence de Valérie Trierweiler et de plusieurs ministres, dont Vincent Peillon, Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem et Dominique Bertinotti. En France, 100.000 enfants sont en danger, selon les associations spécialisées dans la protection de l'enfance.

Quelques chiffres sur la Maltraitance en France - L'enfant Bleu - Enfance Maltraitée - Toulouse. Enfants maltraités : deux morts par jour. L'Inserm juge le nombre d'infanticides sous-évalué en France.

Enfants maltraités : deux morts par jour

La revue médicale "The Lancet", elle, évaluait à 10 % en moyenne la proportion d'enfants maltraités ou négligés dans différents pays développés. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gaëlle Dupont L'enfance maltraitée, ce n'est pas seulement une succession de faits divers effroyables mais apparemment isolés, comme l'affaire de la petite Marina Sabatier, morte en 2009 à l'âge de 8 ans sous les coups de ses parents, ou celles de ces bébés retrouvés dans des congélateurs (trois cas depuis mars). La maltraitance est "un phénomène de santé publique massif", estime l'épidémiologiste Anne Tursz, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Des apparences trompeuses. 119. Déposer une candidature Le Groupement d’Intérêt Public peut être amené à recruter des collaborateurs.

119

L’institution ne recourt pas au bénévolat.Envoyer une candidature Prendre connaissance des postes à pourvoir actuellement Contacter le webmaster Vous avez des réactions, des idées, des remarques à faire sur ce site internet, vous pouvez contacter le webmaster. Espace presse Vous êtes un média et vous souhaitez joindre le SNATED, merci de contacter la responsable de la communication. Découvrir les dernières infos presse. « Il faut reconquérir le coeur de la population » Entretien Nicolas Laurent, 36 ans, nouveau lieutenant de la communauté de brigades de gendarmerie de Challans.

« Il faut reconquérir le coeur de la population »

Vous arrivez de Castelnaudary pour un premier poste de lieutenant à Challans. Résumez-nous votre parcours... Je suis originaire du Gard, à côté de Nîmes. J'ai fait mes études à Montpellier, et j'ai ensuite travaillé cinq ans en tant qu'ingénieur statisticien. Vous découvrez la région depuis le 1er août. Je vois une différence de « culture » entre ce que j'ai vécu dans le Languedoc-Roussillon et la Vendée. Votre hiérarchie vous a-t-elle fixé un objectif ou des priorités pour Challans et ses environs ?

Je précise, juste, qu'en aucun cas, ma hiérarchie ne me donne d'objectif chiffré. Avez-vous un objectif plus personnel ? L'idée est aussi de reconquérir le coeur de la population, montrer que nous sommes présents. De quel effectif disposez-vous ? Protection de l'enfant contre la violence et les mauvais traitements - Violence. La violence se rencontre dans les écoles, les établissements spécialisés (tels que les orphelinats et autres établissements de soins), dans la rue, sur le lieu de travail et dans les établissements pénitentiaires.

Protection de l'enfant contre la violence et les mauvais traitements - Violence

Les enfants sont confrontés à la violence chez eux, au sein de leur famille et de la part d'autres enfants. Une faible proportion des actes de violence commis contre les enfants entraînent leur mort, mais le plus souvent, la violence ne laisse même pas de traces visibles. C'est pourtant l'un des plus graves problèmes auxquels les enfants soient confrontés aujourd'hui.

Une grande partie de la violence n'est pas déclarée. La protection de l'enfance en danger. Maltraiter un enfant, ce n’est pas seulement lui faire subir des violences physiques, c’est aussi négliger ses besoins, physiologiques et affectifs, ou lui imposer un mode de vie incompatible avec son âge et sa maturité.

La protection de l'enfance en danger

Signaler un enfant en danger En votre qualité de citoyen, si vous avez connaissance d’une information préoccupante sur un enfant, vous devez contacter les services compétents : Chaque année, plus de 300 enfants maltraités sont signalés dans l’Orne. Le facteur temps est déterminant : plus le cas est détecté tôt, et plus l’enfant a de chances de retrouver rapidement un environnement familial équilibré. Le Conseil général protège les enfants en danger Le service de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) assure les missions suivantes pour protéger les enfants en danger ou en risque de danger :