Hollande 2012

Facebook Twitter

Hollande An 1

Elections2012. Cantonales. Catho en 2012. Sondages et petits calculs. Véritomètre - 2012 - i>TÉLÉ - Le discours politique passé au vérificateur. La droite et le centre droit pour 2012. Gauche 2012. La part des choses 2011 « Thomas More. Il y a des choses importantes dans la vie.

La part des choses 2011 « Thomas More

Il y en a de plus importantes que d’autres. Un récent sondage donne quelques indices sur l’ordre des priorités de Français en cette fin d’année 2011. Les journalistes ont toutefois souvent présenté les choses sous un jour contestable. Le Nouvel Observateur comme Le Figaro notamment ont manifestement repris une dépêche AFP qui insistait lourdement sur trois évènements de l’année 2011. Ainsi, l’entrée en vigueur de l’interdiction du voile intégrale, l’interdiction de la prière dans la rue (ou du moins ce qu’on a pris l’habitude d’appeler ainsi…) et l’interdiction du Bisphénol A seraient particulièrement "applaudies" par les français… Ce ne sont pourtant pas les seuls évènements à atteindre un haut score dans l’enquête de Médiascopie pour Le Monde.

D’abord, ce sont des interdictions. Ensuite, ces mesures portent majoritairement sur la place de l’Islam en France. Enfin, le pessimisme est globalement de mise dans toutes les analyses. Joyeux Noël ! Les mesures les plus applaudies en 2011. L'entrée en vigueur de la prohibition du port du voile intégral, l'interdiction des prières dans la rue et celle du Bisphénol sont trois des mesures prises en 2011 les plus applaudies par les Français, très sévères par contre sur la hausse du chômage et les hausses de prix, selon une enquête de l'institut Médiascopie*.

Les mesures les plus applaudies en 2011

Sur une échelle de 1 à 10, les Français, appelés à se prononcer sur les événements de l'année 2011, accordent en moyenne la note de 7,7 à l'instauration d'une taxe sur les hauts revenus, 7,5 à la hausse du Smic, 7,1 à l'entrée en vigueur de la loi interdisant le port du voile intégral et à l'interdiction du Bisphénol A dans les contenants alimentaires, 6,7 à la prime aux salariés des entreprises ayant augmenté leurs dividendes, 6,4 à l'interdiction des prières dans les rues. Au niveau international, la démission de Silvio Berlusconi (7,3) a été la nouvelle la plus appréciée, avant même la mort d'Oussama ben Laden (7) et la chute de dirigeants arabes.

Interdiction du voile, des prières de rue et du Bisphénol, mesures les plus applaudies en 2011 - Société. L'entrée en vigueur de la prohibition du port du voile intégral, l'interdiction des prières dans la rue et celle du Bisphénol sont trois des mesures prises en 2011 les plus applaudies par les Français, très sévères par contre sur la hausse du chômage et les hausses de prix, selon une enquête de l'institut Médiascopie.

Interdiction du voile, des prières de rue et du Bisphénol, mesures les plus applaudies en 2011 - Société

Sur une échelle de 1 à 10, les Français, appelés à se prononcer sur les événements de l'année 2011, accordent en moyenne la note de 7,7 à l'instauration d'une taxe sur les hauts revenus, 7,5 à la hausse du Smic, 7,1 à l'entrée en vigueur de la loi interdisant le port du voile intégral et à l'interdiction du Bisphénol A dans les contenants alimentaires, 6,7 à la prime aux salariés des entreprises ayant augmenté leurs dividendes, 6,4 à l'interdiction des prières dans les rues.

Au niveau international, la démission de Silvio Berlusconi (7,3) a été la nouvelle la plus appréciée, avant même la mort d'Oussama ben Laden (7) et la chute de dirigeants arabes. Le financement des partis politiques : ce que dit la loi - LeMon. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Judith Duportail Liliane Bettencourt a-t-elle versé 150 000 euros en liquide à l'UMP pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy ?

Le financement des partis politiques : ce que dit la loi - LeMon

"Evidemment pas", répond Eric Woerth, alors trésorier de campagne. Confirmés ou pas, les soupçons à l'égard de l'UMP relancent le débat sur le financement des partis politiques. Pour remplir leurs caisses, les partis peuvent s'appuyer sur deux sources de financement : les dons privés d'un côté et les ressources publiques de l'autre. Avant 1988, l'Etat ne donnait pas un centime à la vie politique, excepté pour l'impression des bulletins de vote et les affiches officielles de campagne. "L'Etat décide alors d'aider au financement de la vie politique, explique-t-on à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). D'autres dispositions ont ensuite été votées. Les dépenses électorales sont remboursées aux candidats à partir d'un certain seuil.