background preloader

Régulation des GAFAM

Facebook Twitter

Ressources TRAAM

Les GAFAM plus forts que les États ? Ce soir, on s'interroge sur les GAFAM et leur pouvoir.

Les GAFAM plus forts que les États ?

La suppression du compte de Donald Trump soulève 1000 questions. Elle parle de réseaux sociaux qui sont juges et partis. CAE060_TribuneEchos-1.pdf. 250 - Plateformes numériques et concurrence. Les plateformes numériques facilitant les interactions entre différents utilisateurs ont acquis une place croissante dans de multiples secteurs.

250 - Plateformes numériques et concurrence

Grâce aux effets de réseaux et aux possibilités offertes par le numérique, les plateformes les plus efficaces ont en effet pu croître rapidement à une très large échelle, acquérir des positions dominantes et bénéficier d'avantages comparatifs pour se diversifier. Malgré les bénéfices liés à l'économie numérique et au développement des plateformes, la tendance à la concentration des marchés et à la dégradation de la concurrence soulève des inquiétudes économiques grandissantes.

La capacité du droit de la concurrence à appréhender l'économie numérique et à lutter efficacement contre d'éventuelles pratiques abusives des plateformes est de plus en plus discutée dans le monde. Plusieurs travaux ont mis en évidence les risques concurrentiels accrus liés au modèle des plateformes et aux situations de forte domination. Veille informationnelle sur les GAFAM.

"Démantelons les Gafa" Scott Galloway est professeur de marketing à la Stern School of Business, de l'Université de New York, créateur de nombreuses entreprises et l'un des experts les plus écoutés de la révolution digitale.

"Démantelons les Gafa"

Son dernier essai sur les secrets des fameux Gafa est enfin traduit en français - "The Four". Le règne des quatre : la face cachée d'Amazon, Apple, Facebook et Google (éd. Quanto) -, après avoir fait un carton aux Etats-Unis. Vous avez des droits sur vos données personnelles : profitez-en ! Facebook cible la publicité avec le « profil fantôme » des utilisateurs. Selon le réseau social, il n’est pas possible de désactiver ce type de ciblage publicitaire dans les paramètres. Facebook le martèle sans cesse ces derniers mois : ses utilisateurs peuvent contrôler les données personnelles qu’ils fournissent au réseau social et la manière dont elles sont utilisées.

Ça, c’est la théorie. En pratique, des chercheurs des universités américaines de Northeastern et de Princeton ont découvert et prouvé que Facebook utilisait des informations que leurs utilisateurs n’avaient pas consenti à donner ou n’avaient pas fournies à des seules fins de sécurité, pour cibler leurs publicités. Les informations que les utilisateurs n’ont pas fournies Facebook offre aux entreprises qui veulent afficher des publicités via le réseau social une fonctionnalité très puissante : Audience personnalisée. Il était connu que Facebook récoltait ainsi sur ses utilisateurs des informations que ces derniers ne leur avaient pas directement données. Avec 88 milliards de dollars, les revenus publicitaires du web écrasent les autres médias. Comme chaque année, l’IAB publie son baromètre des revenus publicitaires dans le monde.

Avec 88 milliards de dollars, les revenus publicitaires du web écrasent les autres médias

Entre l’année 2016 et 2017, les revenus publicitaires sur le web ont augmenté de 21%, passant de 72,5 à 88 milliards de dollars. Le mobile toujours en tête Parmi ces 88 milliards de revenus pub, 57% sont dus à la publicité sur mobile. Vers une taxe européenne de 2 à 6 % sur les revenus des GAFAM. Publié le 05/03/18 à 13h06 Bruno Le Maire annonce qu'une nouvelle taxe sur les revenus des géants américains de la tech devrait être annoncée sous peu.

Vers une taxe européenne de 2 à 6 % sur les revenus des GAFAM

Si celle-ci pourrait décevoir ceux qui appellent à la moralisation de leurs pratiques, il s'agirait pour le ministre de l'Économie d'une première étape néanmoins importante. De toutes parts, les géants américains de l'univers des nouvelles technologies — également présentés sous l'acronyme GAFAM pour Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft — sont invités à moraliser leur approche de l'optimisation fiscale, dont ils sont friands pour faire sensiblement baisser leurs taux d'imposition moyens.

Pour Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, "la France est à la pointe de cette bataille pour que les Gafa paient leurs impôts au niveau approprié", comme il l'indique au JDD. Vers une taxe à 2 % sur les GAFAM en 2020 au Royaume-Uni. Quels sont Les 10 chiffres qui illustrent la puissance des GAFAM? Les revenus publicitaires de Google estimés à 1,4 milliard d'euros en France. Ce n'est qu'une estimation non officielle mais les chiffres donnent le vertige.

Les revenus publicitaires de Google estimés à 1,4 milliard d'euros en France

Le moteur de recherche aurait des revenus publicitaires en France de près de 1,4 milliard d'euros selon l'agence VRDCI spécialisée dans le référencement sur internet. Des millions de mots-clé analysés Pour établir cette estimation des revenus de la firme de Mountain View, l'agence VRDCI a analysé près de 4,2 millions de mots-clés et expressions qui pourraient être recherchés par les internautes français. De ces 4,2 millions l'agence a retenu, pour son calcul, les 3% (soit 126 000 mots-clé) qui étaient associées à une enchère AdWords, la régie publicitaire interne de Google.

Adwords permet de mieux se positionner sur le moteur de recherche moyennant un paiement pour chaque clic d'internaute. 2,6 millions d'euros de recettes publicitaires par jour Google engrangerait 2,6 millions d'euros de recettes par jour en France. Apple reconnait avoir bridé certains de ses iPhone ! Faut-il avoir peur d'Amazon ? Les GAFAM contre l'Internet : « Leur objectif, c'est d'absorber le marché » Le sociologue Nikos Smyrnaios propose une critique radicale de l'histoire d'Internet.

Les GAFAM contre l'Internet : « Leur objectif, c'est d'absorber le marché »

L'objectif : offrir un cadre théorique cohérent à la critique de l'économie politique du réseau, et de ses acteurs économiques principaux, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (GAFAM). Les GAFAM et les NATU, nouveaux maîtres du monde de l’économie numérique. Encore des néo-acronymes anglo-saxons au menu aujourd’hui !

Les GAFAM et les NATU, nouveaux maîtres du monde de l’économie numérique

Levons le suspens tout de suite. GAFAM regroupe les initiales de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et NATU ceux de Netflix, Air BNB, Telsa et Uber. En gros les dix plus grandes sociétés américaines de l’économie numérique. Deux acronymes pour une valorisation boursière comparable, tenez vous bien, au budget annuel de la France et un chiffre d’affaire annuel supérieur à celui du Danemark avec « seulement » 300 000 employés. Une sacré efficacité économique par employé, une croissance annuelle supérieur à celle de la Chine et surtout, une position dominante sur le marché qui commence à faire réfléchir. Le CLUB. Sommes-nous prisonniers des Gafam ? Qui se souviendra de Google ou Facebook en 2037 ?

Le CLUB. Sommes-nous prisonniers des Gafam ?

Dans vingt ans, ces deux sociétés auront rejoint les archives d’internet, remplacées par d’autres réseaux sociaux, encore plus puissants, encore plus modernes. A moins qu’en 2037, Google ou Facebook aient donné leur nom à une nouvelle entité politique, transnationale, encore plus puissante et encore plus moderne que les Nations Unies. YouTube. Les GAFAM.