background preloader

Chap 2 Géo - Nourrir les hommes - Etude de cas: le Brésil

Facebook Twitter

Deux objectifs clairs : développer la production pour développer les exportations et soutenir l’agriculture familiale Le potentiel agronomique, les réserves de productivité, la disponibilité des surfaces (le gouvernement affiche toujours le chiffre de 80Mha supplémentaires cultivables, essentiellement des pâturages dégradés, sans toucher à la forêt amazonienne ni aux biomes fragiles), et les perspectives de croissance de la demande mondiale dans les prochaines années, font de l’augmentation de la production pour exporter l’objectif majeur de la politique agricole brésilienne depuis de nombreuses années.

Toutefois, malgré l’importance du secteur pour l’économie du pays, l’emploi, l’inclusion sociale et l’aménagement des territoires, il n’y a pas de planification pluriannuelle de la politique agricole, reposant sur des objectifs stratégiques définis. La répartition est déséquilibrée : Images Site Web pour cette image L'association brésilienne de "Capoeira Arte et Récréation Berimbau de Ouro" ... acarbofrance.free.fr Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur.

Images Site Web pour cette image mondesfrancophones.com Recherche par imageImages similaires.

Population, total. Croissance de la population (% annuel) Le Brésil va bientôt nourrir la planète à la place des États-Unis. INFOGRAPHIES - Le Brésil devrait devenir le premier exportateur de produits agricoles et alimentaires dans le monde, selon le rapport de la FAO qui détaille l'immense progression des secteurs agricoles et alimentaires brésiliens ces dernières années. Selon le rapport annuel sur les perspectives agricoles 2015-2024 de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), publié mercredi 16 juillet, «le Brésil est prêt pour devenir le plus grand fournisseur» de produits alimentaires et agricoles au monde, détrônant les États-Unis. Selon les statistiques des deux organisations, les exportations agricoles et alimentaires brésiliennes s'élevaient à 89,5 milliards de dollars en 2013, soit 6 fois plus qu'en 2000, date à laquelle elles atteignaient 14,3 milliard de dollars.

Alim'agri. Brésil : le géant vert ? Sans égaler les niveaux récemment atteints par l'Inde ou la Chine7(*), la croissance de l'économie brésilienne a été relativement soutenue au cours des dernières années8(*), notamment sous l'effet du dynamisme de son commerce extérieur.

Brésil : le géant vert ?

Même si l'agriculture ne représente que 8 % du PIB brésilien, ce secteur économique, dans son acception la plus large, a apporté une contribution déterminante à cette croissance grâce à la progression particulièrement vive des exportations agroalimentaires. A cet égard, la délégation a pleinement pris la mesure de la volonté du Brésil de se positionner comme le véritable nouveau « grenier » du monde, sans pour autant que la poursuite de cet objectif ne le conduise à négliger la satisfaction des besoins de son marché intérieur. Cette évolution est d'autant plus spectaculaire que le pays présentait encore, dans les années 1980, toutes les caractéristiques d'une économie fermée9(*).

L'agriculture au Brésil présentation. Le produit intérieur brut par habitant de 10.000 dollars masque d’importantes disparités.

L'agriculture au Brésil présentation

Alim'agri. 1.

Histoire de l'agriculture familiale 2. Expériences sociales et politiques publiques : un projet pour l'agriculture familiale. Images Site Web pour cette image Au Brésil, à Campo Novo do Parecis, dans l'État du Mato Grosso.

Dans la porcherie de l’entreprise Nutribras, au Brésil, les truies sont isolées dans des cages afin d’allaiter leurs petits sans les écraser.

Les exploitations porcines peuvent être très polluantes, mais Nutribras recycle les déjections des animaux pour produire des engrais et de l’électricité à base de méthane. © George Steinmetz. La FAO au Brésil. Le brésilien JBS se revendique numéro 2 mondial de l’alimentaire. Le groupe, emblème d'un secteur brésilien conquérant des années Lula, a vu ses ventes progresser de près de 30 % en 2014.

Le brésilien JBS se revendique numéro 2 mondial de l’alimentaire

Il reste encore loin du numéro un mondial, Nestlé. Au terme d’une année 2014 marquée par une hausse de 29,7 % du chiffre d’affaires, à 120,5 milliards de rais (36 milliards d’euros), le groupe brésilien JBS revendique le rang de « deuxième entreprise alimentaire du monde », comme l’a indiqué son PDG, Wesley Batista, dans un communiqué publié jeudi 12 mars. Le géant brésilien (215 000 salariés) se classe encore loin derrière le groupe suisse, Nestlé, dont le chiffre d’affaires a dépassé 85 milliards d’euros en 2014, et juste devant l’américain Tyson Foods, qui a annoncé 34,8 milliards d’euros de chiffres d’affaires pour l’année fiscale clôturée fin septembre 2014. L'agriculture productiviste au Brésil. 1.

Poids et performances de l'agriculture brésilienne 2. Agriculture et territoire 3. Deux agricultures dans un seul pays D'où la planète pourra-t-elle tirer les aliments nécessaires aux trois milliards d'habitants supplémentaires qu'elle devrait accueillir avant le milieu du XXIe siècle ? Le Brésil est de loin la principale puissance du continent et il est déjà un très grand pays agricole. Les dynamiques de l'agriculture brésilienne. 1. Des productions agricoles différenciées 2. Un élevage conquérant 3. Réactivité et mobilité. Publié le 18.09.2009 • Mis à jour le 13.02.2013 En 2009, le MST commémore 25 ans de travail, de luttes et de réussites, en partenariat avec plusieurs organisations françaises de solidarité internationale dont le CCFD-Terre Solidaire. © CCFD-Terre Solidaire Considéré actuellement comme l’un des plus grands pays en développement, le Brésil présente pourtant encore de forts taux d’inégalités sociales.

Principalement caractérisé par son potentiel agricole international, le pays n’a pas réussi à résoudre les problèmes d’une partie de la population paysanne qui englobe aujourd’hui plus de 30 millions de personnes.