background preloader

Serge Halimi

Facebook Twitter

Le grand bond en arrière - Serge Halimi. Des sous et des hommes - emission du 29 novembre 2002. Pascale Fourier : Ces derniers temps, quand j’écoute les informations, je suis vraiment rassurée, parce que Raffarin ne laisse vraiment pas pourrir la situation… Après la réforme de la retraite, il va réformer la Sécurité Sociale : je me sens entre de bonnes mains puisque ça veut dire nécessairement progrès et nouvelles perspectives… Donc on ne peut être que tous d’accord… Serge Halimi : Bien sûr...

Des sous et des hommes - emission du 29 novembre 2002

On ne peut être que tous d’accord, surtout quand on a intérêt aux résultats escomptés de ces réformes, et ça, on sait à peu près depuis une vingtaine d’années qui y a plutôt intérêt… Pascale Fourier : Oui, c’est-à-dire ? …Soyons naïfs jusqu’au bout : qui ? Serge Halimi : C’est-à-dire ceux qui en général lancent les réformes, les présentent comme inévitables, et ceux qui en profitent, qui sont essentiellement les détenteurs d’actifs financiers, en quelque sorte le capital plutôt que le travail.

Serge Halimi : Vous avez raison. Serge Halimi : Oui, bien sûr. [Sociotoile] => Serge Halimi - Le grand bond en arrière. Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière. Le grand bond en arrière. Le Grand Bond en arrière. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Grand Bond en arrière

Ce long essai retrace d'un point de vue critique l'histoire de la montée des idées « néolibérales ». Serge Halimi explique l'essor des idées des penseurs libéraux à travers le XXe siècle comme Friedrich Hayek ou Milton Friedman, et comment leurs idées ont pu recevoir un écho dans le monde politique conservateur américain (Ronald Reagan), puis anglais (Margaret Thatcher), à travers des cercles de personnalités soigneusement sélectionnées[1] puis le financement d'institutions diffusant leurs idées (les think tank conservateurs[2]) par des grands dirigeants d'entreprises[3], et à travers la concentration des médias détenus par des capitaux privés[4].

La théorie posée par le livre[modifier | modifier le code] Historique[modifier | modifier le code] La montée d'une élite libérale[modifier | modifier le code] L'adhésion de la gauche au projet libéral[modifier | modifier le code] Les médias ont parfois été un vecteur important de soutien électoral. Agone. Dossier de presse • France Inter – « Là-bas si j’y suis », Le Grand bond en arrière (2 juillet 2004) • Radio libertaire – « Offensive », Au service du public (lien en bas de page, 21 janvier 2005) L'ordre libéral Si, depuis les années 1980, le capitalisme libéral a partout étendu son influence, ce n’est pas seulement du fait du libre-échange et de la dérégulation.

agone

C’est aussi que tout un travail idéologique est intervenu au préalable, qui a progressivement conduit les « décideurs » et les médias du monde occidental à interpréter de manière identique les situations de crise et les remèdes qu’elles appelaient. Éléments n° 149, octobre-décembre 2013 Compte-rendu Edition revue et augmentée, mais toujours aussi pessimiste quant à nos chances de rompre avec la contre-révolution néolibérale qui a fini par s’imposer presque partout dans le monde. Monumental, l’essai de Serge Halimi explore les soubassements de cette réussite. Nous déployons désormais des solidarités dévoyées. Joel Jegouzo. Serge Halimi - Les Nouveaux Chiens de Garde.

Serge Halimi et Evelyne Pieiller sur Alain Soral 08/10/13. Les-nouveaux-chiens-de-garde.pdf. Serge Halimi - La Collusion Politique/Média. Serge Halimi.