background preloader

Répression manifestations loi travail 2016

Facebook Twitter

Manifestants interpellés: enquête sur de faux témoignages de vrais policiers - BuzzFeed News. Foix. Lettre ouverte aux camarades qui gagnent leur pain dans l’éducation nationale. Nous relayons ci-dessous un article et une lettre ouverte publiés sur iatta.info : Notre camarade Marianne T. est convoquée devant la justice le 11 octobre.

Foix. Lettre ouverte aux camarades qui gagnent leur pain dans l’éducation nationale

Il lui est reproché d’avoir pris une part jugée trop active au mouvement contre la loi travail. Elle comparaît pour « outrage », « organisation d’un rassemblement non autorisé » et « incitation à la rébellion ». Sans idéaliser les conditions précédentes du salariat, rappelons que cette loi travail réduit à néant les maigres droits qui restaient aux salariés.

Toutes les limites à l’exploitation des salariés par leurs patrons (le plus souvent issues de luttes collectives) doivent sauter pour que le contrat individuel de travail règne en maître. Violences policières : un témoignage sur la nuit du 15 au 16 avril. Moi, Lluc Valverde i Ros, étudiant de 19 ans en études théâtrales à la Sorbonne nouvelle de Paris, je vais raconter ce qu’il m’est arrivé dans la nuit du 15 au 16 avril 2016 et ce qu’il s’ensuivit.

Violences policières : un témoignage sur la nuit du 15 au 16 avril

J’ai fini le service au bar dans lequel je travaille vers 2h20 du matin et je me suis dirigé vers la place de la République. Quand je suis arrivé à l’entrée de la rue du Temple, j’ai pu constater que la police était en train de déloger les occupants de la place, et que cela avait débouché sur des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre. Une arrestation ultra musclée, ciblée et préméditée ? J’ai vu que les policiers lançaient des bombes lacrymogènes sur la zone où se trouvaient les manifestants et j’ai contourné la place. Juste à côté de moi, rue du Temple, se trouvait l’endroit où les affrontements directs entre les manifestants et la police avaient lieu. 2017 : j’appuie sur la gâchette? 24 Juin La police a pris l’habitude de braquer la population.

2017 : j’appuie sur la gâchette?

Elle le fait dans le consensus quasi total depuis trente ans dans les banlieues. De l’intimidation, on est passé au tir. La plupart du temps avec des armes non létales allant du « flashball » ou au pompe chargé au caoutchouc. C’est passé crème et ça s’est inscrit dans nos mœurs. Il y a eu certaines manifestations et actions de gauchistes qui ont eu droit à ce traitement de faveur ces dernières années. Depuis le début de l’état d’urgence, la police a généralisé cette pratique à n’importe quel type de foule. La police a pris l’habitude de braquer la population qui manifeste légalement. Violences policières : les vidéos qui nourrissent la colère. « Filme un flic, sauve des vies !

Violences policières : les vidéos qui nourrissent la colère

», pouvait-on lire dimanche 1er mai, en lettres énormes, le long d’un défilé particulièrement tendu, boulevard Diderot, à Paris. Photo prise le 1er mai, boulevard Diderot à Paris - « La vie ou rien » Manif du 15 septembre : chagrins croisés. PARIS: Une manifestation lycéenne et étudiante lourdement réprimée, le 5 avril 2016. Ce mardi 5 avril, les lycéens et les étudiants se donnaient rendez vous pour une nouvelle journée d’action contre la loi travail El Khomri.

PARIS: Une manifestation lycéenne et étudiante lourdement réprimée, le 5 avril 2016

Deux rendez-vous étaient prévus. Le premier, à 11h Place de Nation pour former un cortège qui devait rejoindre la manifestation(second rendez-vous) syndicale , étudiante et lycéenne , celle de 13h30 à Bastille. Nous avons suivis celle du matin. Nous arrivons à 10h00 sur place. On se fera quasi immédiatement contrôler par 2 CRS , suivis de 4 policiers en civils. Violences policières : le rapport qui dit les faits. La situation devenait insupportable : manifestation après manifestation, nous observions des violences de plus en plus nombreuses de la part des forces de police, bien au-delà de ce que pourrait exiger le maintien de l’ordre.

Violences policières : le rapport qui dit les faits

C’est pourquoi, fin avril, avec l’appui initial de plusieurs députés, nous avons lancé une Mission civile d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis le début, en mars 2016, des manifestations d’opposition à la loi sur le travail. Ce rapport, établi par les correspondants de Reporterre à Nantes, Rennes, Toulouse et Paris, nous le présentons ce mercredi 29 juin, alors qu’à l’Assemblée nationale, une conférence de presse réunit des députés, des organisations des droits de l’homme et de la société civile, des syndicats de salariés et de policiers, pour tirer l’alarme sur la dérive dangereuse en matière de maintien de l’ordre.

Nous avons conduit cette mission avec le souci d’assurer que le droit de manifester soit pleinement respecté. De la désastreuse manipulation des mots. « Il faut mettre fin aux grands écarts entre les discours et les actes » réclame le politiste Yves Sintomer.

De la désastreuse manipulation des mots

C’est, selon lui, l’un des moyens de la « démocratisation de la démocratie » qu’il appelle de ses vœux, mais surtout une condition sine qua non de l’endiguement du risque de dérive vers un régime autoritaire. Riot in a cell block - Par Alèssi Dell'Umbria. [DOSSIER] LOI TRAVAIL : ENCYCLOPÉDIE DES VIOLENCES...

Bientôt quatre mois de mobilisation contre la #LoiTravail en France, avec de nombreuses accusations visant les méthodes de la Police.

[DOSSIER] LOI TRAVAIL : ENCYCLOPÉDIE DES VIOLENCES...

Et comme ils nous ont mis en “Rétention Administrative” avec StreetPolitics pour la manif du 23 juin : ça nous a libéré du temps pour faire un petit florilège ! 2017 : j’appuie sur la gâchette? Le policier: «Tu veux ma main dans la gueule?» A l'entrée d'une station de métro, j'assiste à contrôle opéré par deux policiers, comme on peut le voir tous les jours.

Le policier: «Tu veux ma main dans la gueule?»

Un appel téléphonique me fait m'arrêter et du coup, j'assiste à toute la scène. Les deux hommes contrôlés sont Arabes, comme à chaque fois que l'on assiste à une telle scène ou presque (il y a aussi les Noirs et les Roms). Je remarque que les deux policiers sont agressifs. Ils parlent fort et mettent leur visage à proximité de ceux qu'ils contrôlent, dans un face à face très provoquant. Police personne ne bouge. 23 mai 2016. Un fascisme « à visage humain » ?, par Gérard Soulier (Le Monde diplomatique, décembre 1975)

Durant sa longue agonie avant de mourir, Franco a subi une étrange mutation d’innombrables interventions et tout un appareillage ayant progressivement relayé ses fonctions vitales.

Un fascisme « à visage humain » ?, par Gérard Soulier (Le Monde diplomatique, décembre 1975)

Le fascisme n’est pas mort, mais il mute, lui aussi, par la vertu d’une civilisation technicienne. Violences policières : « Les procureurs sont trop dépendants des forces de l’ordre » Alors que les polémiques sur les violences policières se sont multipliées lors des manifestations contre la « loi travail », Christian Mouhanna, directeur du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip), évoque la faiblesse de la réponse judiciaire. Le Cesdip, qui réunit des sociologues, des anthropologues et des juristes, est une unité mixte de recherche du CNRS, en cotutelle avec le ministère de la justice et l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

L’association Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) dénonce, dans un récent rapport, une « impunité créée de facto » pour les forces de l’ordre. Partagez-vous un tel constat ? Saint-Malo : onze enfants blessés après l'évacuation musclée du collège Surcouf. FRANCE 3 BRETAGNE  Intervention musclée de la police à Saint-Malo ce jeudi pour évacuer l'entrée du collège Surcouf, occupée par des élèves, des parents et des enseignants, qui menaient une action depuis le matin, pour manifester leur opposition à la décision de fermeture de l'établissement à la rentrée 2017. Par Krystell VeillardPublié le , mis à jour le © Mélanie Anger Les élèves empêchés d'entrer dans le collège Surcouf à saint-Malo Action musclée de la police ce jeudi matin au collège Robert Surcouf de Saint-Malo.

10. La localisation de l'effroi. Les mêmes coups qui l’envoyait au sol le lançait en même temps loin devant sa vie, vers les futures années où, quand il saignerait, ce ne serait plus à cause de l’iniquité d’un seul.L’adolescent souffleté, René Char, Commune Présence 1- La terrasse Les jambes croisées, le bras étendu sur le dossier de chaise de mon voisin et ami, je scrute le vide, la tête renversée en arrière, et j’écoute à demi la conversation qui se déroule devant moi. Elle bloque parfois sur une fille, parfois sur un son, souvent sur du boulot. Les remarques, je les sens voleter autour de moi, placides. Violences policières à Rennes : le préfet sommé de s'expliquer - Le Mensuel de Rennes. 2 juin 2016, 21h50 le 2 juin 2016, 21h50 (Actualisé le 3 juin 2016, 11h23 aujourd'hui, 11h23). Des collégiens blessés à Saint-Malo, des manifestants hospitalisés, des journalistes molestés à Rennes, le défenseur des droits saisi par le club de la Presse, un préfet poussé dans ses retranchements...

Cette journée de jeudi a placé l’action des forces de l’ordre au centre des débats. Résumé des faits de ce jeudi 2 juin. Au collège Surcouf de Saint-Malo, onze personnes dont plusieurs collégiens, qui bloquaient l’accès à l’établissement pour protester contre sa fermeture prévue en 2017, ont dû être pris en charge par les pompiers en milieu de matinée après avoir été évacués manu militari et « sans sommation », selon des témoins, par les policiers malouins.

Saint-Malo. La complexe réalité de la radicalisation du mouvement social en France - Louis WITTER. Dans les manifestations contre le nouveau projet de loi du travail en France, le rapport de force entre policiers et manifestants évolue. Violences contre les journalistes, silence dans les grands médias. Trois mois après la première journée de mobilisation nationale (le 9 mars dernier), la contestation de la Loi Travail se poursuit. Cette mobilisation est confrontée à des violences policières ciblant des militant-e-s, des manifestant-e-s, mais aussi des journalistes, violences que nous avons pu nous-mêmes constater et subir lors des manifestations et à propos desquelles les témoignages s’accumulent sur les réseaux sociaux et les médias alternatifs, mais fort peu dans les grands médias, qui préfèrent réserver leur « une » aux « échauffourées » et autres arrestations de « casseurs ».

Criminaliser la contestation, par Riccardo Petrella (Le Monde diplomatique, août 2001) Les actions spectaculaires par lesquelles s’est parfois traduite la contestation de la mondialisation ne doivent pas conduire à sous-estimer l’importance des autres formes d’opposition, en profondeur celles-là, menées par les mouvements sociaux et les syndicats tant au Sud qu’au Nord : paysans indiens en lutte contre la biopiraterie de Monsanto (1), Mouvement des sans-terre au Brésil, Marche mondiale des femmes, communautés indigènes, luttes contre les privatisations en Amérique latine, contre les licenciements de convenance boursière, pour la défense des travailleurs menacés par les délocalisations d’entreprises, etc. Contre les violences policières, le succès de la pétition de Quentin. Plus de 100 000 signatures. Tentative de récit de la longue journée de lutte du 14 juin. Trois mois de violences policières en France en dix vidéos.

Violences policières nombreuses et bien cachées. C’est la première fois que l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) publie un rapport sur les violences policières. Cet épais état des lieux, intitulé « L’ordre et la force » et fruit de dix-huit mois d’enquête, est une somme d’une qualité rare, sur ce sujet difficile à étudier. Son bilan est sans appel. Manif de mardi: des journalistes à nouveau violentés par la police et une photo troublante.

BuzzFeed, 17 juin 2016 : De nouvelles violences policières contre des journalistes ou le Periscopeur Remy Buisine ont eu lieu pendant la manif de mardi à Paris. «Un pouvoir politique affaibli par rapport au pouvoir policier» La manifestation itinérante entre Bastille et Nation contre la loi travail du jeudi 23 juin sera-t-elle finalement autorisée ? Le Parisien affirmait en fin d'après-midi que la préfecture de police avait finalement donné son feu vert mais à 19h44 ce mardi, aucun syndicat ne confirmait l'information. Dans la journée, le ministre de l’intérieur avait réitéré son appel aux syndicats à renoncer à une manifestation, leur suggérant d'organiser un « rassemblement statique », vu le « niveau de menace extrêmement élevé avec un niveau de sollicitation extrêmement fort depuis plusieurs semaines des forces de l’ordre » mobilisées « sur l’Euro » et « aux frontières dans un contexte migratoire particulier » ainsi que « dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre ».

Pourquoi la loi Travail et les interdictions de manifester révèlent une radicalisation de l’oligarchie néolibérale. La veille du match France-Roumanie, coup d’envoi de l’Euro 2016, le compte Twitter du ministère de l’Intérieur affiche pendant plusieurs heures un message pour le moins étrange. Liberté manifeste. Violences policières et journalisme présumé sur BFM TV. La vidéo d’un lycéen violemment frappé jeudi 24 mars au matin par un policier à proximité du lycée Henri Bergson, dans le 19ème arrondissement de Paris, a fait le tour des réseaux sociaux.

Une urgence: mettre fin à la violence aveugle de l’État. Hommage aux élèves de Bergson. Tout le monde déteste la police. Sur le Web, les interrogations se multiplient autour de "policiers casseurs" Communiqué à propos d’un policier portant un autocollant CNT lors de la manif du 9 avril. Les coups de matraque pleuvent sur le mouvement social. Gazés, traqués, matraqués, tabassés, blessés : une répression sans précédent à Montpellier contre les lycéens. Aline Daillère : « On assiste à un réveil citoyen sur les violences policières. Répression judiciaire. Ryan, 15 ans, risque dix ans de prison. L’ONU examinera bientôt les abus policiers de la France. Les violences en manifestation ? Cherchez les policiers en civil. Un pouvoir qui matraque la jeunesse est faible et méprisable. Il faut interdire à Bernard Cazeneuve de se manifester - Page 2.

Violences policières et état d'urgence : la France dans le viseur de l’ONU. Charlotte, 26 ans, à Nuit debout : "Sans sommation, il m'assène cinq ou six coups de matraque" Lycée Jean Jaurès : une opposition pacifique victime de brutalités policières. « Tout le monde (ou presque) déteste la police… » 2/3 : Entretien avec Amal Bentounsi. "Stoppons la répression qui frappe nos élèves !" Violences policières : “C'est la moindre des choses que de demander un minimum de transparence” - Idées. Violences policières: ouvrez les yeux ! La police déteste tout le monde. Loi Travail: deux mois de violences policières présumées, résumés en un tableau.

Violences policières : "L'objectif n'est plus de repousser un groupe, mais de blesser des individus" 26 mai : l'escalade des violences policières. Un splendide isolement. Quand des artistes racontent les violences policières subies par des manifestants pacifiques.