background preloader

Etat d'urgence

Facebook Twitter

Londres victime du communautarisme, les Français réclament une dictature - Ma vie au poste. Un état d'urgence à n'en plus finir. Depuis le 14 janvier 2011, date du départ de Ben Ali, la Tunisie a connu en tout et pour tout 551 jours sans état d’urgence (en majeur partie entre mars 2014 et juillet 2015).

Un état d'urgence à n'en plus finir

Son instauration, son prolongement ou ses quelques suspensions n’en finissent plus, dessinant un mode de gouvernement en perpétuelle variation. Les dérives sécuritaires gangrènent les démocraties européennes. Prolongation de l'état d'urgence et information : une dérive inquiétante. [Attentat Nice] De l’urgence de se taire par Denis Sieffert. Difficile quand on est une personnalité politique de se taire.

[Attentat Nice] De l’urgence de se taire par Denis Sieffert

Difficile quand on est journaliste de ne pas montrer les images dont on dispose, même insoutenables, mêmes indécentes. Il est pourtant parfois urgent d’attendre. La tragédie de Nice a encore illustré le risque de la précipitation qui le dispute bien souvent à la démagogie et au cynisme. Très vite, trop vite peut-être, on a entendu Christian Estrosi reprocher à François Hollande d’avoir annoncé jeudi midi la fin de l’état d’urgence. Puis, Nicolas Sarkozy juger « indispensable » la prolongation du même état d’urgence. Nous avons assisté après le massacre qui a coûté la vie à 84 personnes le soir du 14 juillet, à Nice, à une débauche de déclarations péremptoires, de contradictions, et de solutions faussement radicales comme la rétention administrative, dans des centres fermés « pour ceux qui représentent une menace ». Giorgio Agamben : « De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité »

Pour le philosophe italien, l’état d’urgence n’est pas un bouclier qui protège la démocratie.

Giorgio Agamben : « De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité »

Il a, au contraire, selon lui, toujours accompagné les dictatures. Pour le philosophe italien Giorgio Agamben, l’état d’urgence n’est pas un bouclier qui protège la démocratie. Il a, au contraire, selon lui, toujours accompagné les dictatures. Bus, métros et trains, terrains d'expérimentation de l'ultra-répressif. Le projet de loi sur les transports en commun finit actuellement ses allers-retours entre Assemblée nationale et Sénat.

Bus, métros et trains, terrains d'expérimentation de l'ultra-répressif

Il a fait peu de vagues. Le texte prévoit pourtant la création de nouveaux délits et des peines de prison pour tout ce qui concerne la fraude. Avez-vous entendu parler d’un projet de loi contre la fraude dans les transports ? De 6 mois de prison pour 5 PV impayés ou 2 mois pour avoir signalé à des amis des contrôleurs ? Yves Sintomer : "La France peut évoluer vers un régime autoritaire" Yves Sintomer, professeur de sciences politiques à Paris 8, spécialiste de la démocratie participative et délibérative, a surpris son auditoire mardi 9 février, lors d'une conférence sur l'avenir de la démocratie à l'UCL (University College of London), en affirmant qu'il n'était pas à exclure de voir la France évoluer rapidement vers un régime autoritaire.

Yves Sintomer : "La France peut évoluer vers un régime autoritaire"

Il déroule ici son raisonnement. Vous avez récemment déclaré, lors d'une conférence à Londres que, parmi les pays occidentaux, la France était celle qui risquait le plus de verser dans un régime autoritaire. Comment en arrivez-vous à une telle conclusion ? - Notre conférence portait sur l'avenir des démocraties. Nos vieilles démocraties, en Europe et en Amérique du Nord, traversent une crise de légitimité profonde, marquée par une défiance de plus en plus importante vis-à-vis des gouvernements et des élites. Muter dans quel sens ? Le ministère de la peur - par Éric Hazan. Parmi les messages répondant à la tribune publiée le 25 janvier dans Libération, beaucoup reprennent joyeusement l’Invitation baudelairienne ( Allons !

Le ministère de la peur - par Éric Hazan

) mais d’autres sont plus circonspects : ils seraient d’accord pour aller, oui, « mais où ? » Cette question dénote moins un souci de clarification qu’une hésitation devant un terrain non balisé où il faudrait avancer sans carte – hésitation qui est un effet du gouvernement par la peur, partout imposé depuis que les révolutions anglaise et française ont ruiné l’idée qu’un pouvoir pouvait être légitime par sa seule existence. Appel contre la dérive autoritaire de l’Etat. « Les élites politiques ne cherchent plus à susciter l’espoir mais à jouer sur la peur. Déchéance de nationalité - Basta ! 34 associations réclament un «état d’urgence social» pour 2016. Trente-quatre associations ont exigé jeudi «un état d’urgence social» pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion en 2016, en référence au tournant sécuritaire pris par le gouvernement après les attentats de janvier et novembre.

34 associations réclament un «état d’urgence social» pour 2016

Déchéance de nationalité - Marc Trevidic : «Sommes-nous prêts à recevoir les terroristes des autres?» Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 25/12/2015 - Mis à jour le 25/12/2015 à 17:19 Comment jugez-vous le projet annoncé par le gouvernement ?

Déchéance de nationalité - Marc Trevidic : «Sommes-nous prêts à recevoir les terroristes des autres?»

« Il y a déjà des questions pratiques. Comment expulser un individu qui a toujours vécu en France ? Réforme constitutionnelle : la France de Hollande pire que les Etats-Unis de Bush. Le président de la République s’apprête à présenter son projet de réforme constitutionnelle à ses ministres ce mercredi 23 décembre.

Réforme constitutionnelle : la France de Hollande pire que les Etats-Unis de Bush

Entre l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution, l’extension des mesure extra-judiciaires, la possible extension de la déchéance de nationalité, cette réaction aux attentats du 13-Novembre confirme la voie sécuritaire prise par l’exécutif français. Comme la loi sur le renseignement votée après les attaques de janvier, cette révision de la Constitution rappelle le chemin pris par les États-Unis après le 11 septembre 2001. Plus de 400 personnes au meeting parisien contre l’état d’urgence. Flora Carpentier La bourse du Travail de Paris faisait salle comble ce jeudi soir, réunissant plus de 400 personnes de nombreuses organisations ou non organisées, pour exiger la levée de l’état d’urgence.

Plus de 400 personnes au meeting parisien contre l’état d’urgence

Ce meeting unitaire fait suite à une conférence de presse donnée dans la matinée, et à la publication d’un texte intitulé « Pour la sortie de l’état d’urgence ». A côté de cela, plusieurs pétitions en ligne ont recueilli des milliers de signatures contre l’état d’urgence et les interdictions de manifester. Thomas Drake: surveillance & terrorism (French subtitles) Snowden's lawyer on privacy and terrorism (FR Subtitles) Projets du président de la République : l’état d’urgence en permanence ? On ne peut qu’être inquiet des projets du président de la République.

La logique de guerre qu’il a mise en avant conduit à modifier en profondeur plusieurs aspects de l’Etat de droit : qu’il s’agisse de la Constitution, de la procédure pénale ou des règles de la nationalité, ou d’autres encore. Ces mesures, loin d’être limitées dans le temps, vont s’inscrire dans la durée comme l’actuel état d’urgence qui va être prorogé pour trois mois, soit au moins jusqu’au mois de février 2016, sans qu’on en comprenne la raison.

Le peu de précisions apportées par le président de la République quant au contenu exact des réformes envisagées et la rapidité avec laquelle le Parlement est sommé de les entériner atteste que le pouvoir exécutif entend imposer sa vision d’une démocratie où ce dernier l’emporte sur les autres pouvoirs et sur les libertés individuelles. Comment l’obsession sécuritaire fait muter la démocratie. La formule « pour raisons de sécurité » (« for security reasons », « per ragioni di sicurezza ») fonctionne comme un argument d’autorité qui, coupant court à toute discussion, permet d’imposer des perspectives et des mesures que l’on n’accepterait pas sans cela. Il faut lui opposer l’analyse d’un concept d’apparence anodine, mais qui semble avoir supplanté toute autre notion politique : la sécurité. On pourrait penser que le but des politiques de sécurité est simplement de prévenir des dangers, des troubles, voire des catastrophes.

« À l’Assemblée nationale, ces derniers jours, j’ai eu honte » Reporterre – Pourquoi avoir voté contre la loi prolongeant l’état d’urgence ? Isabelle Attard – Tout ce qui a été fait jusqu’à aujourd’hui pouvait l’être sans décréter l’état d’urgence, que ce soit les perquisitions de jour ou de nuit, les assignations, les expulsions d’imams dangereux... C’est un problème de moyens : on a peu de juges en France et on ne renouvelle pas les postes, du coup tout ça prend plus du temps. Et du coup, on estime qu’il faut s’en passer pour aller plus vite encore ! Isabelle Attard, en mars 2012. Craignez-vous des déviances sur les écoutes, la surveillance, etc. ? Vous savez, les écoutes sont déjà généralisées par la loi sur le renseignement… Mais j’estime qu’on avait encore un minimum de justice dans notre pays jusqu’au 13 novembre.

Un jeune couple interpellé, seuls les flics ont entendu le mot « Daech » Une liberté attaquée par l’ennemi et restreinte par l’Etat. La logique de l'autoritarisme - Nicolas Kayser-Bril. Last updated on November 28, 2015 Les attentats du 13 novembre 2015 ont été menés par un groupe communiquant sans chiffrement après que leur coordinateur a annoncé l'attaque en février dans un magazine de Daesh[1].

L'organisation de l'attaque n'avait rien d'exceptionnelle. Qu'elle ait pu avoir lieu révèle surtout l'incompétence des services de renseignement. Après les attentats, la seule chose à faire pour le gouvernement était d'exiger la démission des personnes responsables de ce “naufrage historique”[2] des services de renseignement. Il ne l'a pas fait. La France, pays autoritaire Au contraire, le gouvernement français a fait basculer le pays sous un régime autoritaire. Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ?

Les 40 marches pour le climat ont été interdites, des écologistes assignés à résidence. Les 40 marches pour le climat prévues en France les 28 et 29 novembre ont été interdites. Cet homme est-il un « casseur » ? Non, c’est un policier. Nantes, reportage. Ce que j'ai vu de mes yeux place de la République. Ce que j'ai vu de mes yeux place de la République. J'ai vu des milliers de chaussures disposées sur le sol pour symboliser tous ceux qui ont renoncé à venir à cause de l'interdiction. J'ai vu des dizaines de personnes, parmi lesquelles de simples passants, ramasser ces chaussures pour remplir deux camions entiers, destinés à Emmaüs.

Le plus grand don de chaussures jamais organisé. Que s’est-il passé place de la République ? Informations désinformées des journaux télévisés. Appel des 333 pour la levée de l'état d'urgence. Perdre en liberté sans gagner en sécurité, par Patrick Baudoin (Le Monde diplomatique, décembre 2015) Face à la montée du terrorisme, le débat entre liberté et sécurité prend une acuité sans précédent pour des démocraties dont les fondements mêmes sont menacés.

Déjà, à la suite des attaques du 11 septembre 2001 sur le territoire américain, avait été proclamée la « guerre contre le terrorisme ». Les Etats-Unis avaient alors adopté le Patriot Act, qui permet par exemple de détenir pour une période indéterminée des non-ressortissants, sans aucune charge précise, sur la simple suspicion de participation à des activités terroristes ou de liens avec des organisations terroristes. Ainsi est né le centre de détention de Guantánamo, avec ses centaines de prisonniers qualifiés de « combattants ennemis », victimes des pires traitements et en détention illimitée.

De nombreux autres pays, sur tous les continents, ont emboîté le pas aux Etats-Unis, mettant en place des législations et des pratiques d’exception qui ont donné lieu à de multiples dérives. L’état d’urgence a fait le lit du FN - Oh my code ! Dans son intervention devant le Congrès, François Hollande a déclaré : « La France est en guerre ». Que s’est-il passé place de la République (3) ? Informations désinformées sur les violences et les arrestations.