background preloader

Dette

Facebook Twitter

La dette de la France résulte des cadeaux fiscaux fait aux riches, révèle une étude. Cette étude a été réalisée par un groupe de travail du Collectif pour un Audit citoyen de la dette publique. Elle se veut une contribution au nécessaire débat public sur des questions cruciales : d’où vient la dette ? A-t-elle été contractée dans l’intérêt général, ou bien au bénéfice de minorités déjà privilégiées ? Qui détient ses titres ? Peut-on alléger son fardeau autrement qu’en appauvrissant les populations ? Les réponses apportées à ces questions détermineront notre avenir. Télécharger la version complète du rapport.

Résumé du rapport : 59 % de la dette publique proviennent des cadeaux fiscaux et des taux d’intérêt excessifs Tout se passe comme si la réduction des déficits et des dettes publiques était aujourd’hui l’objectif prioritaire de la politique économique menée en France comme dans la plupart des pays européens. Le discours dominant sur la montée de la dette publique fait comme si son origine était évidente : une croissance excessive des dépenses publiques. Convertir la dette en investissements, par Gabriel Colletis, Jean-Philippe Robé & Robert Salais (Le Monde diplomatique, juillet 2015) Mettre un terme à la crise grecque ? En dépit de leurs déclarations, les dirigeants européens s’emploient surtout à « passer l’été » : trouver une solution temporaire, sans traiter le problème de fond.

Le plus urgent serait de continuer comme avant, au risque que des populations excédées par l’Europe telle qu’elle se construit finissent par élire des partis nationalistes d’extrême droite. La crise interne dont souffre l’Europe a été révélée par la déflagration financière internationale de 2007-2008. Elle n’en couve pas moins depuis la création de la monnaie unique, économiquement prématurée et institutionnellement non viable. Pour que l’établissement de taux de change fixes entre Etats membres ait un sens — c’est le projet de toute monnaie unique —, il convient d’œuvrer préalablement à la convergence progressive des rythmes de croissance et de la productivité. Quel est le problème principal de la Grèce ? Des institutions schizophrènes Quelle autre piste envisager ? Pourquoi la dette publique française explose alors que les dépenses de l’Etat n’augmentent pas.

On pensait l’austérité gravée dans le marbre. « Le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité », a décidé François Hollande dans son discours à Versailles le 16 novembre. Il y annonce les dépenses supplémentaires consacrées à la sécurité dans le budget 2016, quelques jours après les attentats : création de 5000 postes supplémentaires de policiers et de gendarmes, de 2500 postes dans les prisons et la justice et abandon des réductions d’effectifs prévues dans l’armée. 815 millions d’euros de dépenses supplémentaires sont prévues pour 2016 pour la sécurité intérieure et les opérations militaires extérieures. Le Sénat et l’Assemblée nationale sont en train de voter les amendements qui modifient le budget 2016 en fonctions des ces nouveaux choix politiques [1].

Il y a encore quelques mois, au moment de la présentation du budget 2016, le discours du gouvernement était tout autre. Priorité à la réduction tous azimuts des dépenses et du déficit ! Les dépenses de l’État ? « La dette neutralise le temps, matière première de tout changement politique ou social. Basta ! : Vous dites que l’Homo debitor est la nouvelle figure de l’Homo economicus. Quelles sont les caractéristiques de ce « nouvel homme » ? Maurizio Lazzarato : De nombreux services sociaux, comme la formation ou la santé, ont été transformés en assurance individuelle ou en crédit. Le mode de développement néolibéral est fondé sur le crédit et l’endettement.

Cette situation s’est aggravée avec la crise des subprimes de 2007. Un exemple ? Le droit à la formation ou au logement s’est transformé en droit au crédit… C’est une logique qui ne fonctionne que si l’économie est en expansion. En quoi cela fonde-t-il un nouveau rapport social, et un nouveau rapport au temps ? J’ai repris l’hypothèse que développe Friedrich Nietzsche : le rapport social fondamental n’est pas l’échange économique ou l’échange symbolique, mais le rapport débiteur/créditeur.

C’est une nouvelle forme de contrôle. L’endettement de l’Italie est de 120 % de son PIB. Faut-il annuler une partie des dettes des États ? Dette publique, un siècle de bras de fer, par Renaud Lambert (Le Monde diplomatique, mars 2015) Il fut un temps où les Etats se libéraient facilement du fardeau de la dette. Il suffisait par exemple aux rois de France d’exécuter leurs créanciers pour assainir leurs finances : une forme balbutiante, mais commune, de « restructuration » (1).

Le droit international a privé les débiteurs d’une telle facilité. Il aggrave même leur situation en leur imposant le principe de continuité des engagements. Si les juristes se réfèrent à cette obligation par une formule latine — Pacta sunt servanda (« Les conventions doivent être respectées ») —, les traductions les plus diverses ont circulé au cours des dernières semaines. La dette hellénique dépasse les 320 milliards d’euros ; proportionnellement à la production de richesse, elle a bondi de 50 % depuis 2009.

. « Pas suffisamment stupides pour payer » Un jeune Grec sur deux est au chômage ; 30 % de la population vit sous le seuil de pauvreté ; 40 % a passé l’hiver sans chauffage. Une réduction de 90% pour l’Allemagne L’Argentine tient bon. L’annulation de la dette allemande en 1953 versus le traitement réservé au Tiers Monde et à la Grèce. L’allègement radical de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics. de la République fédérale d’Allemagne (RFA) et sa reconstruction rapide après la seconde guerre mondiale ont été rendus possibles grâce à la volonté politique de ses créanciers, c’est-à-dire les États-Unis et leurs principaux alliés occidentaux (Royaume-Uni, France).

En octobre 1950, ces trois alliés formulent un projet dans lequel le gouvernement fédéral allemand reconnaît l’existence des dettes des périodes précédant et suivant la guerre. Un pays disposant d’un excédent de ses paiements courants est un pays prêteur vis-à-vis du reste du monde. Dette publique, un siècle de bras de fer, par Renaud Lambert (Le Monde diplomatique, mars 2015) Thomas Sankara - Discours Sur La Dette [Sommet OUA, Addis Abeba] Partie 1/2 (AMTv - AFRIQUE) La spirale infernale de la dette de l'Unédic et l'austérité menacent le droit aux indemnités chômage. Les chômeurs coûtent cher, trop cher. Voilà l’idée savamment distillée ces dernières années. Ainsi, Pôle Emploi renforce les contrôles, que se soit pour lutter contre la fraude ou s’assurer que les demandeurs d’emploi cherchent un nouveau travail avec assiduité (lire ici). Mais pourquoi une telle surveillance ? Pourquoi la question des obligations des chômeurs est-elle devenue si aiguë ? Pourtant, même si l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi complique l’équation (2,9 millions de chômeurs ont été indemnisés en mars), ils sont loin d’en être responsables.

Vingt années d’excédents Pour répondre à ce droit fondamental, l’Unédic (Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce) est créée en 1958. Ainsi gérés, les comptes de l’Unédic sont d’abord restés excédentaires ou à l’équilibre. Comment résorber une dette de 21,3 milliards ? La situation a bien changé. Devons-nous alors tranquillement attendre l’embellie ? Qu’en pense le Medef ? David Graeber : « La façon la plus simple de désobéir à la finance, c'est de refuser de payer les dettes. Basta ! : A quel moment dans l’histoire le crédit est-il apparu ? Qu’est-ce qu’une dette ? David Graeber [1] : La dette est une promesse, qui a été pervertie par les mathématiques et la violence. On nous a raconté une histoire : « Il était une fois des gens qui utilisaient le troc.

Voyant que cela ne marchait pas très bien, ils ont créé la monnaie. Et l’argent nous a amené le crédit. » Du troc au crédit, une sorte de ligne droite nous amènerait donc à la situation actuelle. Si on regarde plus attentivement l’histoire, cela s’est passé bien différemment ! En quoi quantifier une dette est-elle un problème ? Quantifiable, la dette devient froide, impersonnelle et surtout transférable : l’identité du créancier n’a pas vraiment d’importance. Au contraire, le « remboursement de la dette » est devenu un dogme moral... La dette a été transformée en une question d’arithmétique impersonnelle, en l’essence même de l’obligation morale. Vous citez l’exemple de la mafia... Absolument. @AgnesRousseaux. Dette / Debt. (Arte) La dette, une spirale infernale. La dette de la France, un secret bancaire. Qui détient la dette de la France ? Cette question, chaque contribuable français est en droit de se la poser.

Ses impôts ne servent-ils pas à payer en partie les intérêts de la dette ? Or, si l’on dispose des quelques informations générales, savoir en détail qui détient les créances françaises et pour quel montant relève du secret extrêmement bien gardé. L’opacité est totale et couverte par la loi. Enquête. 1 317 milliards d’euros. Tel est le montant, fin 2011, de la dette de l’État français. . « Le savoir permettrait de mesurer les conséquences potentielles d’un défaut de paiement, même partiel. 42,5 milliards d’euros d’intérêts versés à des inconnus ?

Pour se financer, l’État émet des titres financiers que des investisseurs achètent. La dette, un secret d’État ? Opacité généralisée Face à cette opacité, « nous soupçonnons une extrême concentration, confie Thomas Coutrot. Il est pourtant tout à fait possible, en théorie, d’en savoir plus. Ivan du Roy Photo : CC Adam_T4. Why I Defaulted on My Student Loans. Photo ONE late summer afternoon when I was 17, I went with my mother to the local bank, a long-defunct institution whose name I cannot remember, to apply for my first student loan. My mother co-signed. When we finished, the banker, a balding man in his late 50s, congratulated us, as if I had just won some kind of award rather than signed away my young life. By the end of my sophomore year at a small private liberal arts college, my mother and I had taken out a second loan, my father had declared bankruptcy and my parents had divorced. My mother could no longer afford the tuition that the student loans weren’t covering.

Years later, I found myself confronted with a choice that too many people have had to and will have to face. I chose life. As difficult as it has been, I’ve never looked back. It struck me as absurd that one could amass crippling debt as a result, not of drug addiction or reckless borrowing and spending, but of going to college. Am I a deadbeat? Le FMI a fait 2,5 milliards € de bénéfice sur ses prêts à la Grèce. Le FMI FMIFonds monétaire international Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux. À ce jour, 187 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale). Cliquez pour plus. Applique un taux d’intérêt effectif de 3,6 % sur ses prêts à la Grèce. Ceci est beaucoup plus que le taux de 0,9 % dont l’institution a actuellement besoin pour couvrir ses frais.

Tim Jones, économiste à Jubilee Debt Campaign, a déclaré : « Les prêts du FMI à la Grèce n’ont pas seulement renfloué les banques qui ont prêté imprudemment, ils ont en fait ponctionné encore plus d’argent au pays. Traduction Yvette Krolikowski et Christine Pagnoulle. Dette publique, un siècle de bras de fer, par Renaud Lambert (Le Monde diplomatique, mars 2015) Ils ont annulé leur dette (Le Monde diplomatique, mars 2015) La dette étudiante : une bombe à retardement ? Etats-Unis : après les subprimes, une crise de la dette étudiante ?

Tandis que nous sommes toujours éclaboussés par les conséquences de l’éclatement de la bulle immobilière (la désormais célèbre crise des subprimes), une note de la Banque de France (1) nous signale que de nombreux risques pèsent sur le marché du crédit étudiant aux États-Unis. Nous y apprenons en effet qu’en 2012, 70 % des étudiants diplômés avaient contracté ce type de crédit. Au total, 40 millions d’Américains ont un prêt étudiant, qui s’élève en moyenne à 30 000 dollars. L’encours total de ces prêts atteint 1 100 milliards de dollars début 2014. Les raisons de s’inquiéter sont pourtant nombreuses. En période d’augmentation du chômage, l’entrée sur le marché du travail est retardée et l’on prolonge souvent ses études afin d’accroître ses chances de décrocher un emploi conforme à ses attentes. Lire la suite sur le blog des Economistes atterrés. Dette : l’économie mondiale piégée dans un cercle vicieux.

Faut-il vraiment payer toute la dette ?, par Jean Gadrey (Le Monde diplomatique, octobre 2014) Mission accomplie. Depuis l’automne 2011, une centaine de comités locaux du Collectif pour un audit citoyen de la dette (CAC) (1) ont vu le jour un peu partout en France. Leur objectif ? Répondre au chœur des éditorialistes, des « experts » et de la majorité des dirigeants politiques enjoignant aux citoyens de se serrer la ceinture pour assumer le fardeau de la dette.

Ils posent une question simple : faut-il vraiment payer la dette ? Ou, pour être précis : faut-il vraiment tout payer ? Synthétisant près de trois ans d’investigations, un groupe de travail a publié en mai 2014 une étude (2), accessible à tous, qui apporte la réponse : la part illégitime de la dette française — celle que l’Etat serait fondé à ne pas rembourser — s’élèverait à 59 % de son montant actuel. Au cours des deux premières années de mobilisation, le CAC s’était refusé à chiffrer la part illégitime de la dette publique, avec cet argument : avant de mesurer la dette, il vaut mieux en comprendre la genèse. World debt comparison: The global debt clock. Dette: compteur. Sauvons la chapelle templière de Libdeau Dette publique de la France : euros Dette publique par habitant : « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Sensibilisez vos amis : envoyez un lien vers cette page Comparaison internationale : Ratio dette publique / PIB.

La France est le 20e pays le plus endetté au monde, par rapport à son PIB, parmi les 145 entités (sur 196 Etats) sur lesquelles la CIA publie des données (classement CIA au 6 septembre 2012). Sites officiels : Assemblée nationale & Sénat - MINEFI & AFT - Cour des comptes - DGCL - Sécurité sociale En juillet 2006, les données chiffrées (en % PIB et en €) agrégées de la dette et du déficit publics ne sont affichés sur aucun de ces sites ! En savoir plus : - 2005 : Aux 1100 milliards d'euros de dette publique aux normes européennes, il faut ajouter les engagements "hors bilan", dont les normes comptables internationales demandent la comptabilisation, soit au moins 900 milliards d'euros d'engagements au titre des retraites.

SOCIÉTÉ - La crise du crédit pour les nuls. Et si on arrêtait de payer ! interview de Olivier Bonfond. Animation : La dette publique [ATTAC] Comprendre la dette publique en quelques minutes. L'Argent Dette de Paul Grignon (FR intégral) A qui profite la dette ? La dette expliquée aux nuls. La gestion de la dette conditionnera les débats de la présidentielle, comme l'a montré l'Université d'été du PS.

Un sujet complexe, pollué par les idées reçues et les croyances. Pour y voir plus clair, OWNI reprend les bases. Lorsque l’on parle de dette, il est de coutume de dire que « l’État vit au dessus de ses moyens », que le modèle social français n’est plus soutenable, et qu’il faut donc réduire les dépenses. Pourtant, la réalité est légèrement différente : sur 1 600 milliards de dette publique remboursée depuis 1974, environ 1 200 milliards d’euros ne sont constitués que des seuls intérêts. L’effet « boule de neige » explique en grande partie ce phénomène. Afin de rembourser les intérêts, le Trésor fait « rouler » la dette, il émet de nouveaux emprunts pour rembourser ceux d’avant.

En réalité, hors paiement des intérêts, les budgets sont globalement à l’équilibre comme le montre le graphique ci dessous (issu du travail de André-Jacques Holbecq) : Photos FlickR yenna ; « La dette neutralise le temps, matière première de tout changement politique ou social. Dette, crise, chômage : qui crée l'argent ? - VERSION COURTE. CADTM - Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde. Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France. Ces dix années de cadeaux fiscaux qui ont ruiné la France - Page 1.

59 % de la dette publique française est « illégitime ». Alors, on fait quoi ? L'Argentine en défaut de paiement, et dans une situation ubuesque - Page 1. Sous la dette publique, l'arnaque néolibérale. A qui profite la dette ? L’encours de dette mondiale franchit le cap des 100.000 milliards de dollars. « Strike debt » : un plan de sauvetage du peuple par le peuple. Dette : les choix de l'Etat sont-ils pertinents ? John Oliver : Student debt. These People Can Make Student Loans Disappear : NPR Ed. Occupy activists abolish $3.85m in Corinthian Colleges students' loan debt | Money. De la DETTE... odieuse ! ♚ Crises et dettes. Monnaie-Dette, banques, corporations et paradis fiscaux. Dette. Crise des dettes souveraines 2010-2012. Crise de la dette privée (subprimes 2008) L’escroquerie de la dette.