background preloader

Scénario 2 : Opérations d'inventaire : dépréciations

Facebook Twitter

Compétences : 2.3.1 - 2.3.5 - 2.8.1 - 2.8.2

Dépréciation des créances clients : créances douteuses et irrécouvrables. La dépréciation des créances clients correspond au montant des créances que l’entreprise risque de ne pas recouvrer lorsque les clients ne sont pas solvables ou lorsque les factures sont en litige en fin d’exercice comptable.

Dépréciation des créances clients : créances douteuses et irrécouvrables

Il s’agit donc de créances douteuses puisque le risque est probable. Par contre, certains clients n’étant plus solvable ou les factures contestées par le client ne seront plus payées de manière certaine, la créance est alors irrécouvrable. C’est cas sont traitées ensemble, mais leur comptabilisation est différente. A quoi sert la dépréciation des créances clients ? Lors de l’établissement du bilan, il faut prendre en compte les créances douteuses afin de respecter le principe de prudence. Le non-respect de ce principe aurait pour conséquence pour la société d’obtenir un compte client erroné puisqu’elle n’aurait pas pris en compte les risques de non encaissement des factures établies. Tableau des clients douteux Explication du tableau Pour les créances HT au 31/12/N :

Dépréciation des titres. A la clôture des comptes, les titres doivent être réévalué (au jour de la clôture de l’exercice comptable).

Dépréciation des titres

L’évaluation des titres est fondée sur le cours de la bourse. La valeur actuelle (valeur d’inventaire) doit être comparé à la valeur d’achat des titres. Deux cas est possible : La valeur actuelle est supérieure à la valeur d’achat, il s’agit d’une plus-value latente. Ce cas ne présente aucune incidence, aucune écriture n’est à passer.La valeur actuelle est inférieure à la valeur d’achat, il s’agit d’une moins-value latente. A quoi sert la dépréciation des titres ? En fin d’exercice comptable l’entreprise doit analyser les titres dont elle procède afin d’estimer les risques probable de perte.

Si la valeur actuelle est inférieur à la valeur d’achat, l’entreprise doit enregistrer une dépréciation des titres. Cette constatation représente le risque encouru par l’entreprise de perdre de la trésorerie. Produits et stocks - Valorisation des stocks. 1497-PGPBIC - Produits et stocks - Valorisation des stocks1 BIC - Produits et stocks - Valorisation des stocks A.

Produits et stocks - Valorisation des stocks

Au plan comptable Du point de vue comptable, le coût d’entrée des stocks doit comprendre tous les coûts d’acquisition, de transformation et autres coûts encourus pour amener les stocks à l’endroit et dans l’état où ils se trouvent (art. 321-19 du plan comptable général - PCG -). Il est précisé que les pertes et gaspillages sont exclus de ces coûts. L’article 321-22 du PCG prévoit que le coût des stocks doit être déterminé en procédant à une identification spécifique des coûts individuels. B. Le principe d’évaluation des stocks est fixé par l’article 38-3 du CGI qui dispose que les stocks sont évalués à leur prix de revient, ou au cours du jour de la clôture de l’exercice si ce cours est inférieur au prix de revient. Elles ne peuvent, en particulier, être autorisées à déterminer la valeur de l'inventaire à la clôture d'un exercice donné :

Comptabilité générale - Fiche technique : les provisions pour dépréciation des stocks et la prise en compte de leur variation. La variation des stocks La comptabilité générale a recours à un inventaire périodique des stocks réalisé en fin d'année comptable.

Comptabilité générale - Fiche technique : les provisions pour dépréciation des stocks et la prise en compte de leur variation

Subsistent, dans les comptes, les valeurs d'inventaire de la fin de l'exercice précédent. Il est obligatoire de faire disparaître ces anciennes valeurs pour les remplacer par les nouvelles et exprimer ainsi la variation des stocks qui permettra de démontrer que la consommation réelle de l'année a pu être inférieure ou supérieure aux montants des achats selon que le stock aura augmenté ou diminué. Il en va de même pour le stock de produits finis (dans une entreprise de production) qui par sa variation d'un inventaire à l'autre permettra de mettre en lumière une production réelle supérieure ou inférieure au montant du chiffre d'affaires...

Valeur du stock de matières premières au 31/12/20n-1 : 200 000.00 (solde débiteur du compte 310000). Valeur du stock de matières premières Valeur du stock de produits finis au 31/12/20n : 1 050 000.00. Phase 01 Phase 02. Produits et stocks - Dépréciation des stocks. 1491-PGPBIC - Produits et stocks - Dépréciation des stocks9 BIC - Produits et stocks - Dépréciation des stocks A.

Produits et stocks - Dépréciation des stocks

Au plan général Les dispositions du 3 de l'article 38 du code général des impôts (CGI) prévoient que l'évaluation du stock est faite au prix de revient ou au cours du jour s'il est inférieur au prix de revient. Ces dispositions ont pour objet de permettre aux entreprises de constater dès la clôture de chaque exercice et sans attendre la revente des produits en stock, la dépréciation qui peut affecter ces derniers. Dès lors, le cours du jour qui peut être substitué au prix de revient lorsqu'il est inférieur à ce dernier, est le prix auquel les matières premières ou produits considérés étaient vendus sur le marché à la date de l'inventaire.

Dépréciation d'une immobilisation non amortissable.