background preloader

Ressources pédagogiques

Facebook Twitter

Professeurs, étudiants, amateurs… ils refont l’histoire sur YouTube – histoire lyonel kaufmann.ch. C’est au tour du journal Le Monde de s’ interesser à l’histoire par des youtubeurs. Après la physique, la littérature ou le cinéma, les chaînes de vulgarisation historique sur la plateforme de vidéos rencontrent aussi leur public. 5 chaines historiques de youtubeurs sont presentées. Confessions d’histoire : C’est l’une des chaînes qui n’adopte pas le code YouTube du stand up filmé chez soi. Ici, ce sont des acteurs dirigés qui incarnent des personnages historiques tels que Jules César, Vercingétorix, Aliénor d’Aquitaine, etc.Nota Bene : Benjamin Brillaud serait la star des youtubeurs francophones d’histoire avec ses 438’000 abonnés.

L’article : Professeurs, étudiants, amateurs… ils refont l’histoire sur YouTube WordPress: J'aime chargement… Rechercher : Comprendre et enrichir ses connaissances > Histoire. Accueil - Musagora - Centre National de Documentation Pédagogique. Aller directement au contenu de la page Aller au plan du site Aller au menu bas de page Musagora Dernières ressources Parcours Accédez directement aux ressources classées par thèmes. > Tous les parcours Archives Hellenis'TICUn manuel numérique pour l’apprentissage du grec ancien.Carnet de voyageLa découverte de récits et de travaux d’élèves réalisés à l’occasion de voyages scolaires.Musées et sites archéologiquesDes ressources en ligne à propos de lieux représentatifs du patrimoine antique en France et dans le monde. > Tous les autres dossiers Actualités À partir de la rentrée 2012 Nouveaux programmes et ressources pour enseigner le latin en troisième.

Sur la toile Evandre Des centaines d’extraits de textes grecs et latins travaillés, dont ceux au programme du baccalauréat. > Toutes les ressources "Sur la toile" Textes de référence Liste de diffusion Sites thématiques Collections en ligne Espaces CNDP Revues du CNDP Magazines du CNDP Ressources documentaires. Pays de la Loire : histoire-géographie. Outils de l'historien. Serious Games Histoire. Méthodes et repères pour l’Histoire-Géographie au Collège | S@lle Hérodote. Iconographie ressources. Enseigner une histoire « globale », connectée en classes de secondes générales et professionnelles (2/3) La question de l’échange colombien (ou grand échange) n’est pas abordée systématiquement dans les programmes de seconde générale et professionnelle, mais elle paraît pourtant essentielle et complémentaire des premiers cours sur les relations internationales avant 1492.

Ce brassage sans précédent, ces transferts transocéaniques et transcontinentaux qui vont métamorphoser les paysages, les modes d’exploitation agricole, les pratiques culturelles et les rapports sociaux ne peuvent être tout juste évoqués comme un fait établi, une simple évidence. Si l’on parle alors de métissage (7) voire de différentes formes de mondialisation (8), il faut que les élèves en saisissent les mécanismes mais surtout l’impact, et à quel point leur monde actuel est encore lié à ce phénomène – quand bien même, depuis, d’autres mutations plus importantes désormais viendraient en atténuer la portée.

Fig. 3 : Carte tiré du manuel Histoire 2de, Hatier, 2014, p. 162. Enseigner une histoire « globale », connectée en classes de secondes générales et professionnelles (1/3) Les programmes scolaires des collèges comme des lycées ont toujours, plus ou moins, fait apparaître « l’autre » comme objet d’étude, même si la trame centrale restait une histoire nationale et, de plus en plus, européenne. La notion de mondialisation, de monde global paraissait davantage réservée à des questions géographiques. Que ce soit au collège ou au lycée, chaque fois que ces aspects ont été abordés au fur et à mesure des réformes successives, les études sur « les grandes découvertes » évoquent la plupart du temps la vision d’échanges unilatéraux, où l’Europe, non contente de dominer les échanges internationaux, économiques, scientifiques et culturels comme politiques, semble même enfanter ce monde dit moderne.

Si l’on étudie l’Inde, c’est par le biais de la colonisation, idem pour l’Afrique. Cependant, peu à peu le regard historique change, lentement, et s’avance également à l’école sur des chemins moins traditionnels. . (3) Serge Gruzinski, L’Histoire, pour quoi faire ?