background preloader

Classe inversée / Flipped learning

Facebook Twitter

Parole d’enseignants : « Pourquoi vous êtes-vous engagé dans une démarche de classe inversée ? » Classes inversées. Parole d’universitaire : « Qu’est-ce que la classe inversée ? » Intervention Annabelle Restoy (SVT) "Et si on donnait le cours avant ?" 19 mai 2014 (34e minutes) La méthode inversée en français. ATTENTION Licence creative Commons Licence sélectionnée Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. The Flipped Classroom: Turning the Traditional Classroom on its Head.

Une carte mentale sur la pédagogie inversée. Essai de modélisation et de systémisation du concept de Classes inversées. Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées.

Essai de modélisation et de systémisation du concept de Classes inversées

On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées . Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Comme je le raconte, j’ai eu en 1972 lors de ma première année à l’université, un enseignant qui nous faisait lire un chapitre de son livre avant le cours pour disposer de ce temps de présence pour répondre à des questions, donner des exemples, proposer des applications … Bref, nous en avons eu des enseignants qui nous demandaient de lire un texte, un chapitre, actuellement de regarder une vidéo … avant le cours.

A propos de la classe inversée : quelques réflexions sur la nature de l’inversion. Par Jacques Rodet. La classe inversée fait de plus en plus parler d’elle.

A propos de la classe inversée : quelques réflexions sur la nature de l’inversion. Par Jacques Rodet

L’audience de Marcel Lebrun, qui en présente les principes dans ses conférences et qui la pratique, notamment au sein d’elearn2, est réelle et touche des cercles de plus en plus larges d’acteurs de l’éducation et de la formation. La classe inversée en 4 temps. Classes inversées : analyses et débats. Les Boussoles du Numérique des 14 et 15 octobre ont été l'occasion de présenter le Plan National de Formation (PNF) au numérique.

Classes inversées : analyses et débats

Dans ce cadre, la thématique de la classe inversée a été largement abordée. « Ma classe est une vraie ruche, qui bourdonne. Moi je suis la reine. » Olivier Quinet s'enthousiasme devant l'activité qu'il a réussi à installer dans son cours d'histoire-géographie. Ce professeur du collège de Montpon-Ménestérol a « inversé » sa classe il y a trois ans. Le 14 octobre, il était invité au côté d'experts et d'enseignants aux Boussoles du Numérique à Cenon (Gironde) pour débattre de la pertinence de ce nouveau modèle, arrivé en France dans le début des années 2010.

Le modèle de la classe inversée conduit en fait à changer l'ordre des tâches des élèves. Si la classe inversée s'est autant immiscée dans les débats du PNF consacré majoritairement au numérique, c'est aussi parce qu'elle est fortement liée aux nouvelles technologies. Les outils qui rendent possible la classe inversée. La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo.

Les outils qui rendent possible la classe inversée

Mais pourquoi ? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». De plus, elle favorise l’autonomie des jeunes en leur permettant d’apprendre à leur rythme, laissant par le fait même plus de temps à l’enseignant pour aider les autres. 1.

Les outils qui rendent possible la classe inversée. L'apprentissage inversé : avancée ou régression ? Si vous fréquentez les sites américains de pédagogie, vous aurez sans doute été surpris de constater l'engouement des enseignants pour le « flipped learning », que l'on traduit par "apprentissage inversé".

L'apprentissage inversé : avancée ou régression ?

La tendance est lourde et les articles sur le sujet attirent de nombreuses visites et presque autant de commentaires. C'est la Khan Academy, un site qui offre des milliers de leçons gratuitement en vidéo, qui a déclenché le mouvement. Nous-mêmes avons parlé de l'apprentissage inversé depuis plus d'un an, et encore tout récemment.

L'expression "flipped learning" est due à deux professeurs de sciences, Jonathan Bergmann et Aaron Sams, qui ont utilisé cette méthode d'enseignement dès 2006. En fait, pour eux, l'apprentissage inversé tient plus du principe, voire même de l'idéologie, comme ils le disent dans un récent article, que d'une méthode à appliquer mécaniquement. Rappelons les grandes lignes de ce principe d'apprentissage : Les enseignants aiment l'apprentissage inversé. La classe inversée facilitée par l’usage de la tablette. Description Mise en place d’une classe inversée dans l’enseignement des Lettres au collège.

La classe inversée facilitée par l’usage de la tablette

Marie Soulié, professeur de français au Collège Daniel Argote Orthez : « L’iPad m’accompagne dans toutes les étapes de cette pédagogie ». Cet article vous est proposé par Madmagz. Points-clés. Apprentissage par enquête et Pédagogie inversée. «C’est le rôle de la prospective que de ne pas minimiser les tensions et les dangers futursau nom d’un optimisme de convention.

Apprentissage par enquête et Pédagogie inversée

Mais l’anticipation se veut aussi une incitation à l’action. En cela, elle ne saurait non plus céder au pessimisme.»Vers les sociétés du savoir, Rapport mondial de l’UNESCO, 2005 Dernièrement, une personne dans mon entourage professionnel m’a fait grandement réfléchir à propos de la grande importance que l’on accorde en éducation au spécialiste, à l’expert à qui on accorde le monopole du savoir. On aura pu constater, il y a quelques mois, dans le cadre du débrayage des étudiants, à quel point cette notion est aussi amplement ancrée dans le paysage médiatique.