background preloader

Nemopik

Facebook Twitter

Sandrine Gruda : Intérieure sport. Son histoire pourrait être le synopsis d’une production Walt Disney : l’été de ses 11 ans, Sandrine Gruda a pris une dizaine de centimètres.

Sandrine Gruda : Intérieure sport

Du coup, elle a dû changer de vêtements et de lit, parce que ses jambes dépassaient. Des années plus tard, là voilà star du basket féminin, médaillée d’argent aux derniers JO, en route pour les prochaines olympiades au Brésil, et habituée de la WNBA, ligue équivalente à la NBA pour les filles. Lilly Wood and the Prick : Paire et gagne. Elle ?

Lilly Wood and the Prick : Paire et gagne

Bavarde. Beaucoup. Impulsive. Elodie Bouchez : oubliez-moi ! Pr vvr hrx, vvns cchs, ss n csq ht tchnlg, cmm l chntr d Dft Pnk Thms Bngltr, q prsrv ns s v prv ds ffts d’n sccès plntr, ss n p d pnd, cmm ld Bchz, s cmpgn dps 1999. ll st ffctvmnt dgs n pnd dns l prmr flm rss d Rmzy Bd, Hb.

Elodie Bouchez : oubliez-moi !

Ls vndss d grnd mgsn ù flân mdm pnd, ryn prfmr, ls pssnts ds rs cndnns dns lqll ctt jl cmd d’tr ft trn n trvnt l rn d’nrml. Crtns tr d’ld Bchz nt tq l’d q’ll j «ss l pnd», ms ll, mîtr zn, ç n l drng ps d n ps s mntrr. Max, speaker bien accroché. Stressé par les temps qui courent ?

Max, speaker bien accroché

L’Euro, les menaces d’attentats ? Pff, vous voulez rire ! Pas le moins du monde, les mains in the pocket. Du moins, en apparence. Et il va falloir se contenter des apparences avec lui. Camilla Läckberg : vend du Nord. Elle se souvient encore du silence pesant.

Camilla Läckberg : vend du Nord

Elle venait de publier son premier roman, la Princesse des glaces, chez un petit éditeur suédois. Il s’était écoulé à 3 000 exemplaires. Plus qu’elle ne l’espérait, mais pas assez pour en vivre. Elle a contacté un agent littéraire, qui l’a fait signer dans une grande maison d’édition de Stockholm. Plans de bataille.

Kurdistan irakien.

Plans de bataille

Zone d’Al-Murah. C’est ici, dans un paysage de fortifications et de tranchées, que François Margolin, mon producteur, me présente Ala Tayyeb. Nous ne parlons pas film, ce jour-là. Ni métier. Plans de bataille. Batailleuse. Quand elle séjourne à Paris, Ariane Labed réside à l’Hôtel du temps.

Batailleuse

Il ne s’agit pas du temps qui passe. On n’a pas senti l’actrice nostalgique et apeurée, plutôt fervente et entreprenante. Cela ne doit pas être le temps qui lui reste. Elle vient d’avoir 32 ans et se récrie si on la rajeunit. Pierre Bénichou, après la fête. Parce qu’il avait connu Jacques Lacan, André, son père, voulait qu’il devienne psychiatre.

Pierre Bénichou, après la fête

En l’apprenant, le gourou de la rue de Lille lui conseilla de ne pas pousser son fils dans cette voie. «La psychanalyse est une connerie», avait dit Lacan en ricanant. Jonathan Franzen, au stade analytique. Jonathan Franzen, 57 ans, a un ratio sorties médiatiques-polémiques équivalent au rappeur égotiste Kanye West.

Jonathan Franzen, au stade analytique

Belle performance pour un auteur de fresques moralistes de 500 pages minimum sur les états d’âme de la classe moyenne américaine, à l’heure des missives en 140 caractères. C’est le fond du problème : Franzen déteste Internet - la Stasi de notre siècle si on en croit Purity, son dernier opus - et Internet le lui rend bien. Circonstance aggravante : il dit ce qu’il pense et donne son avis sur tout, sans chercher à plaire. Ni à provoquer, jure-t-il, même quand il explique que malgré sa fortune, estimée entre 5 et 10 millions de dollars, il n’est «qu’un pauvre avec de l’argent». Tête de gondole de la première édition du Forum Fnac Livres ce week-end, Franzen reste néanmoins une valeur sûre, presque une marque.