background preloader

Apprendre à apprendre

Facebook Twitter

Voici un nouveau schéma qui présente les différentes intelligences identifiées par Howard Gardner. Les huit premières répondent à tous les critères choisis par le chercheur. L'intelligence existentielle ne répond pas à tous mais presque (mais je la trouve tellement essentielle, nécessaire et extraordinaire que je lui attribue le même statut que les autres).

Je l'ai réalisé en m'appyant sur le livre de Bruno Hourst intitulé A l'école des intelligences multiples, qui est une excellente synthèse de la théorie de Gardner et qui fourmille de bonnes idées pour l'exploiter dans un cadre pédagogique. En lisant cet ouvrage, je me suis demandée quelles étaient les "intelligences" que j'avais pour ma part le plus développées, et celles qui me mettaient le plus à l'aise concernant leur usage. Voici mon impression : intelligences interpersonnelle, intrapersonnelle, logico-mathématique, verbale et existentielle. Et vous, quelles sont les intelligences qui vous caractérisent le plus ou le mieux ? Livret pedagogie neuropsychologie 2. Apprendre à retenir, à mieux mémoriser. Repères pour aider les élèves à retenir A. Pour bien retenir une leçon, s’assurer de ce qu’on comprend. 1.

Repérer pour quoi on apprend : Pour exprimer des informations sur des notions : leur définition, leur réseau de signification, des exemples, des notations, … Pour exprimer des informations sur les situations et évènements : faits, contexte, chronologie, causes et conséquences. Pour engager des actions : mettre en œuvre des procédures, des démarches, des méthodes … 2. B. A. D. A. E. A. F. A. G. A. H. Eléments caractérisant la sphère. Remarque : Il existe divers logiciels chacun performant pour réaliser des cartes mentales avec les élèves. Métacognition, mémoire et apprentissage. Horreur encore des listes de mots à apprendre !!! Changez vous la vie avec ces idées et conseils. | LeWebPédagogiqueLeWebPédagogique. L’arrivée au primaire rime souvent avec la découverte des devoirs. Parmi ceux-ci les dictées et listes de mots à apprendre par cœur peuvent vite devenir un vrai casse-tête pour certains enfants et leurs parents.

Entre acharnement des parents et découragement des enfants comment éviter que ces listes de mots et dictées ne deviennent un enfer hebdomadaire. Voici quelques pistes et solutions imaginées par des professeurs des écoles, orthophonistes et maîtres spécialisés. 1. État des lieux, pourquoi est-ce si difficile d’apprendre des listes de mots et des dictées?

Tout d’abord chaque enfant n’a pas les mêmes capacités de mémorisation. Certains enfants, dès la grande section, ont développé de grandes capacités de mémoire visuelle par exemple, alors que d’autres arrivent en CP en ne connaissant que peu ou pas leur simple alphabet. 2. Il y a peu je suis tombé lors de mes recherches sur les réseaux numériques sur l’excellent site Cordialement Monsieur Mathieu. Faites de l'apprentissage une aventure. BD astuces pour apprendre. X:enius | ARTE. Chaque jour, notre cerveau traite un nombre incalculable d’informations.Que se passe-t-il au juste dans notre cerveau quand on apprend ? Pour répondre à cette question, X:enius a dépêché Carolin Matzko et Gunnar Mergner à Marseille, où des spécialistes de la dyslexie ont fait une passionnante découverte.

Ils ont fait passer des scanners du cerveau à des élèves qui souffraient de difficultés d'apprentissage de la lecture et de l'écriture et ont étudiés les résultats. Leurs conclusions : leur cerveau est différent des autres , notamment dans les régions de la pensée visuelle. La reconnaissance des formes visuelles semble profondément inscrite dans notre cerveau. À quel point, c’est ce que découvrent les présentateurs lors d’une expérience de lecture avec des chimpanzés. Les scientifiques leur ont appris à distinguer les mots justes parmi de nombreux autres, uniquement à partir de leur forme.

Cartes mentales

Apprendre à apprendre. CERVEAU ET APPRENTISSAGE. Travail de l'élève hors la classe : un observatoire à Créteil. Alain Pothet, correspondant académique EP, Martine Amable, chargée de mission EP, Françoise Moncada DAASEN de Seine-Saint-Denis et correspondante académique EP, évoquent la genèse de l'Observatoire et la publication de son premier rapport.

D'où est partie cette idée de l'Observatoire ? L’Observatoire des pratiques en Éducation prioritaire est né le 9 octobre 2015, au terme de sa conférence inaugurale. Il s’inspire dans sa composition et sa démarche de l’observatoire des usages du numérique qui a été initié dans l’académie de Créteil il y a quelques années par Claudio Cimelli, alors DATICE. Sa création a répondu à la demande des deux correspondants académiques éducation prioritaire de l’académie de Créteil, Françoise Moncada, Directrice Académique Adjointe des Services de l’Éducation Nationale (DAASEN) de Seine-Saint-Denis, et Alain Pothet, Inspecteur d’Académie - Inspecteur Pédagogique Régional (IA-IPR).

Comment avez vous travaillé, quels acteurs avez-vous mobilisés ? Ce que les enfants devraient savoir sur leur cerveau à l'école. Les neurosciences apparaissent comme un domaine réservé aux meilleurs étudiants en sciences. Or une étude américaine a démontré que Au plus tôt on apprend à l’école comment fonctionne notre cerveau, au mieux c’est. Suite à une étude menée sur des enfants de 4 à 13 ans, les psychologues Peter Marshall et Christina Comalli ont découvert que les jeunes enfants ne connaissent ni les fonctions ni le fonctionnement de leur cerveau.

Les scientifiques attribuent cet état de fait à plusieurs facteurs : 1. les parents et les enseignants ne mentionnent que très rarement le cerveau quand ils apprennent aux enfants comment leurs corps fonctionnent. 2. l’enseignement portant sur l’anatomie et les fonctionnalités du cerveau ne commence qu’au collège. 3. les enfants ne peuvent pas observer leur propre cerveau et sont forcés d’imaginer ce qui se passe à l’intérieur de leur tête. Marshall et Comalli ont alors élaboré une leçon d’une vingtaine de minutes à destination d’élèves de primaire. 1. 2. 1. 2. 3. 4.

Comment apprendre à apprendre. François Taddéi (Wikipédia, @francoistaddei) est biologiste de formation. Il est le cofondateur du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel, ce promoteur de l’interdisciplinarité est venu évoquer son obsession : comment innover dans l’éducation, comment apprendre à apprendre… Quand Garry Kasparov a perdu contre Deep Blue, The Economist titrait « si votre métier ressemble aux échecs, il faut vous préparer à changer de métier ».

L’évolution du jeu d’échec est devenue une métaphore du futur, estime François Taddéi. Après avoir perdu contre Deep Blue, Kasparov s’est lancé dans le jeu d’échec avancé, c’est à dire une modalité où homme et machine jouent ensemble et pour Kasparov, les sessions de jeu sont devenues beaucoup plus intéressantes. Son plus célèbre adversaire, Karpov a également tenté une partie seul contre le reste du monde, qu’il a largement dominé. Les 3 niveaux d’intelligence Hubert Guillaud. L'erreur en pédagogie. Dix constats clés de la recherche cognitive sur l'apprentissage (Schneider & Stern, 2010. 1. L’apprentissage est une activité exercée par l’apprenant L’enseignant ne peut pas intervenir dans le cerveau de ses élèves pour y insérer de nouveaux éléments de savoir.

Les connaissances que chacun possède ne sont accessibles qu’à lui seul. C’est donc l’apprenant qui doit créer lui-même de nouvelles structures de connaissance. Ce constat peut paraître évident, mais il a de profondes implications. Dès lors, l’enseignant ne doit pas se contenter de bonnes connaissances pédagogiques et de bonnes connaissances du contenu de la discipline qu’il enseigne, mais il doit aussi avoir une bonne connaissance du contenu pédagogique, c’est-à-dire comprendre comment les apprenants construisent leurs savoirs dans un domaine donné (Schulman, 1987). 2. L’enseignant ne peut aider ses élèves que s’il connaît leurs acquis.

Dans l’exemple donné en introduction, l’enseignant n’a pas tenu compte des connaissances de ses élèves. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Conclusions. Les 7 profils d'apprentissage - Jean-François MICHEL. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene.

L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Car c’est précisément ce qui nous permet d’apprendre. Cette plasticité, on doit la comprendre comme une remarquable capacité à recycler des circuits présents dès l’origine. Elle est, et c’est un point très important, mobilisable tout au long de la vie. Les circuits cérébraux : des capacités disponibles dès l’origine Les circuits cérébraux qui sous-tendent les apprentissages ne sont d’ailleurs pas si variés.

Différentes zones du cerveau 1. 2. 3. 4. Stanislas Dehaene. §. Nouveaux schémas de pensée: quel impact sur l’éducation? Michel Serres l’a joliment surnommée « Petite Poucette », en raison de la dextérité et la rapidité avec laquelle l’individu type de cette génération née après 1980 fait usage de ses pouces pour tapoter sur les écrans numériques. D’autres ont opté pour des termes plus génériques, comme la « génération du Millénaire », la « génération Y » ou encore la « génération Net ».

L’appellation qui a eu le plus de succès est certainement celle du futurologue américain Marc Prensky, qui parle depuis 2001 des « digital natives », les enfants du numérique pourrait-on dire en français. Une question de générations ? Derrière ces nombreuses dénominations, ces experts veulent mettre le doigt sur un même phénomène : ceux qui sont nés après 1980 seraient différents des précédentes générations car leur exposition aux nouvelles technologies impacterait leur cerveau, façonnant des modes de pensée et d’apprentissage différents. Nous y gagnons et nous y perdons, donc. Quel impact pour le système éducatif? Intelligences multiples. Les intelligences multiples de Howard Gardner. Apprendre à apprendre. Intelligences Multiples : présentation.

Présentation Parmi les nombreuses grilles d'intelligences qui ont été élaborées, la théorie des Intelligences Multiples d'Howard Gardner a le mérite d'être particulièrement simple à comprendre (car parlant bien à l'intuition) et pratique à utiliser dans une quelconque situation d'apprentissage. Son succès dans le monde anglo-saxon depuis sa parution en 1983 a été considérable, en particulier dans les champs de l'éducation et de la formation permanente. Elle a fait l'objet de très nombreux livres d'application en langue anglaise. Selon Gardner, on peut distinguer huit intelligences : Les huit intelligences, selon Howard Gardner l'intelligence verbale / linguistique C'est la capacité à être sensible aux structures linguistiques sous toutes ses formes. L'intelligence visuelle / spatiale C'est la capacité à créer des images mentales, et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions.

L'intelligence musicale / rythmique l'intelligence logique / mathématique. Les 7 clés de la mémoire. Comment retenir ? Comment mémoriser son cours en vue des examens ? Comment retenir des listes de chiffres ou de noms ? Au-delà des techniques mnémotechniques – que j’aborderai dans d’autres billets – il y a quelques principes à pratiquer d’urgence pour favoriser une bonne mémoire. J’en ai illustré 7 sur cette carte heuristique. Ils ne feront pas de vous des champions de la mémoire. Mais ils prépareront le terrain d’une bonne mémorisation pour l’ensemble de vos cours. Comment entretenir sa mémoire ? En parallèle à la méthode en 5 étapes pour étudier, que je décris dans d’autres articles, il y a quelques principes généraux que vous devez respecter si vous voulez développer et entretenir votre mémoire.

(Cliquez dessus pour l’agrandir ou ici pour la télécharger depuis Biggerplate). 1. Eh oui : comme dans la phase « projet » de notre étude efficace en 5 étapes, vous devez d’abord vous motiver. Pourquoi étudier cette matière ? Les motivations pour apprendre sont personnelles. 2. 3. 4. 5. 6. 10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre. Dans les situations d’apprentissage, le bachotage est décrié et tous les enseignants conseillent à leurs élèves de relire leur leçon le soir-même pour mieux mémoriser. Mais, pour les élèves, les questions demeurent les mêmes : comment faire pour relire efficacement ? Comment éviter de bachoter ? Comment mémoriser durablement ? Les élèves disent parfois : « Les profs, ils nous disent de relire nos leçons le soir mais moi, ça me sert à rien. Comment trouver des moyens de dire au cerveau que l’information lue, écrite, consultée et apprise est importante, qu’elle a de la valeur, de l’intérêt pour le long-terme… et qu’elle mérite donc d’être retenue ?

1. Une manière de signaler une information importante au cerveau est d’en parler, de jouer soi-même au professeur. J’ai rédigé un article consacré à l’art de (se) poser des questions pour apprendre : Apprenons aux enfants à se poser des questions. 2. 3. Le fait d’associer un mot ou une phrase à une image permet de mieux s’en rappeler. 4. Le lapbook. Le cerveau et les principales fonctions cognitives - HAPPYneuron. La mémoire est omniprésente dans la vie quotidienne. Elle nous permet de retenir toute sorte d’informations (souvenirs personnels, connaissances culturelles, procédures automatiques…) pendant une durée plus ou moins longue (de quelques secondes à toute une vie).

Elle constitue le passé de chacun, ou plutôt la connaissance de celui-ci, et permet ainsi à quiconque de posséder une identité. Plusieurs formes de mémoire : Nous ne possédons pas qu'une seule mémoire même si nous avons tendance à envisager la mémoire comme un tout en disant avoir, de façon globale, UNE bonne/mauvaise mémoire ou en utilisant des phrases du style : ''Je dois avoir LA mémoire qui flanche ! '' En effet, le souvenir de ce que l'on a mangé la veille est bien différent du souvenir que la capitale de la France est Paris. Les recherches montrent d'ailleurs que ce sont différentes régions du cerveau qui interviennent selon le type de connaissances à mémoriser ou à rappeler.

Mémoire verbale et mémoire visuelle 1. Théorie des conditions d'apprentissage. Qualité: à améliorerDifficulté: débutant Produire/discuter Utilisez l'un de ces boutons pour commencer une production. Etat:libre Dépôt final Déposez votre travail en créant une page à son nom ci-dessous Production 1Non disponible Production 2Non disponible Chargement... Intérêt Difficulté du texte 1 Introduction La théorie du "conditions of learning" ou en français les conditions d'apprentissage quand elle fut publiée pour la première fois par Robert Gagné, était largement basée sur une approche behavioriste. L'information verbale - exemple: apprendre l'alphabet les capacités intellectuelles - exemple: l'addition et la soustraction les stratégies cognitives - exemple: le raisonnement inductif et déductif les capacités motrices - exemple: attacher des boutons les attitudes - exemple: comment une personne se sent en lisant un livre Différentes conditions internes et externes sont nécessaires pour chaque type d'apprentissage. 2 Les neuf événements d'enseignement selon Gagne 3 Influences 5 Références.

3 stratégies de mémorisation inefficaces (ou presque)... et comment faire autrement.