background preloader

Autres actualités

Facebook Twitter

Honte sur la France : le Conseil Constitutionnel valide largement la loi Renseignement. Mise à jour du 24 juillet 2015 : Le Conseil constitutionnel persiste et signe son mépris pour les droits fondamentaux.

Honte sur la France : le Conseil Constitutionnel valide largement la loi Renseignement

Ce matin, après avoir validé la plus grande partie de la loi renseignement, le Conseil constitutionnel a continué dans sa lancée, rejetant la Question Prioritaire de Constitutionnalité sur la loi de programmation militaire dans son ensemble, transmise par La Quadrature du Net, FDN et la Fédération FDN. Le Conseil constitutionnel a considéré que « le législateur a suffisamment défini les données de connexion, qui ne peuvent porter sur le contenu de correspondances ou les informations consultées ».

La notion d'« informations et documents » présente dans la loi Renseignement comme dans la LPM reste donc floue. Cette décision est extrêmement décevante. Ce soir, la raison d'État s'est brutalement imposée à l'État de droit. Dossier Congrès de l'ABF : bibliothèques sous tensions. Bibliothèques. Une page se tourne - Brest. Ces bibliothèques qu'on abat. Quelles bibliothèques dans les nouveaux conseils départementaux ?

A une semaine des élections départementales, quels sont les enjeux de cet événement pour les bibliothèques ?

Quelles bibliothèques dans les nouveaux conseils départementaux ?

Aujourd'hui, les conseils généraux ont la responsabilité des Bibliothèques Départementales de Prêt (BDP) qui interviennent auprès des communes ou intercommunalités dans leurs projets de construction d'établissements ou en leur fournissant des collections et des services (formation, informatique, animations, etc.). France : l'industrie du livre, balayée d'un vaste regard – et d'un revers. Décidément très à la pointe, en cette période de Salon du livre et de fête de la francophonie, le gouvernement décide de passer par une infographie pour faire comprendre à nos compatriotes le marché du livre.

France : l'industrie du livre, balayée d'un vaste regard – et d'un revers

Heureuse initiative, qui s'appuie sur les récentes études qu'ont présentées les professionnels du secteur. « Les Français et la lecture, l'industrie du livre, le livre numérique : découvrez, à l'occasion du Salon du livre, les chiffres du livre, un modèle français qui fonctionne. » Voici donc ce modèle qui fonctionne, en quelques chiffres. Mais ce même modèle qui fonctionne ne doit pas faire oublier que de profondes brisures existent : la marche des auteurs, parent pauvre de la chaîne du livre, hier sur le Salon du livre de Paris en est un excellent exemple. De même, l'infographie gouvernementale oublie avec soin que la direction générale des médias et industries culturelles, DGMIC, du ministère de la Culture a fait apparaître que la surproduction allait bon train, l'année passée.

Prospective du Livre. Lutte contre le harcèlement dans la fonction publique. La ministre de la réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique a signé la lettre adressée aux ministres et aux préfets qui s’accompagne de la circulaire n° SE1 2014-1 du 4 mars 2014 relative à la lutte contre le harcèlement dans la fonction publique.

Lutte contre le harcèlement dans la fonction publique

Dans le cadre du protocole d'accord du 8 mars 2013 relatif à l'égalité entre les femmes et les hommes dans la fonction publique, signé avec l'ensemble des organisations syndicales et des représentants des employeurs publics, la prévention de toutes les violences faites aux agents sur leur lieu de travail et la lutte contre le harcèlement sexuel et le harcèlement moral ont été inscrites comme l’un des grands chantiers qui mobilise l’ensemble du Gouvernement.

Cette priorité s’inscrit par ailleurs dans le 4ème plan interministériel contre les violences faites aux femmes. Biblioworld. Assessment Librarian : un blog sur les enquêtes et l'évaluation des services en bibliothèques. Les bibliothèques de Nantes en grève pour dénoncer "la casse nationale et généralisée" Les usagers des bibliothèques municipales de Nantes ont trouvé porte close ce samedi 26 avril.

Les bibliothèques de Nantes en grève pour dénoncer "la casse nationale et généralisée"

Il s'agit du deuxième samedi consécutif de grève pour les bibliothécaires nantais qui, à l'appel de la CGT, dénoncent "la détérioration annoncée des services publics dans les bibliothèques nantaises". Leurs revendications portent sur l'augmentation du nombre de personnels qualifiés et la création de postes dédiés à la sécurité. Les syndicats pointent également l'insuffisance du parc informatique existant. Un mouvement social avait déjà éclaté à l'automne 2013 après la réorganisation du fonctionnement des bibliothèques de la ville. Les grévistes rappellent que d'autres villes ont déjà été touchées par des mouvements de grève : Lyon, Angers, Bordeaux, Rennes... Divorce en vue entre le CNFPT et l'école nationale des bibliothèques, l'Enssib. Coup de tonnerre dans les salles feutrées des médiathèques municipales : le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) s’apprête à dénoncer la convention par laquelle il confiait une partie de la formation des conservateurs territoriaux de bibliothèques à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib).

Divorce en vue entre le CNFPT et l'école nationale des bibliothèques, l'Enssib

Située à Villeurbanne (Rhône), cette école rattachée à l’Université Lyon II forme également les conservateurs de bibliothèques de l’Etat. Motif de la rupture : le CNFPT estime que ces cadres de catégorie A +, rémunérés en tant que tels par les collectivités, doivent être mieux formés, notamment à la gestion des ressources humaines, des finances ou des bâtiments et juge le cursus actuel quelque peu « empoussiéré ». Le feu couvait depuis deux ou trois ans. Socle commun et savoir-faire sur un territoire - Suite à ce courrier, un rendez-vous a été programmé avec Jean-Marc Legrand, directeur de l’Inet, le 24 mars.

Comment la technologie façonne nos habitudes de lecture. L'émergence de la lecture numérique aurait non seulement changé la donne pour les écrivains qui ne parvenaient à se faire publier par les maisons traditionnelles, mais également façonné de nouvelles habitudes pour les publics rencontrant des difficultés à lire.

Comment la technologie façonne nos habitudes de lecture

Tandis qu'au Royaume-Uni on dénombrerait un lecteur adulte sur six déclarant lutter avec les écrits, l'organisme de bienfaisance Quick Reads, lancé en 2006, a récemment publié les résultats d'une enquête démontrant les bienfaits de l'ebook sur les comportements de ceux qui ont adopté la technologie. La moitié d'entre eux estime qu'elle lirait désormais plus qu'avant. L'ebook occasionne un regain d'accessibilité pour les publics en manque de confiance, que ce soit par les dictionnaires intégrés et autres outils, ainsi qu'à renfort de publications tarifées à des prix plus abordables que le papier.

Pour autant, Quick Reads n'abandonne pas son attachement aux publications imprimées. Sources : The Guardian , Wired , Niace. Lecture de contes : aucun perception SACD en bibliothèque. Tremblement de terre au pays des bibliothèques et de Beaumarchais : le forum AgoraBib, rendez-vous des bibliothécaires et professionnels de la documentation, a accueilli ce 13 mars un post inquiétant.

Lecture de contes : aucun perception SACD en bibliothèque

Un utilisateur, nommé « JLC » a déclaré que la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques) avait mandaté un agent pour relever les titres des livres lus lors de l'« Heure du conte », dans l'optique de percevoir des droits de représentation... Dis donc, toi... (jean-louis Zimmermann, CC BY 2.0) Les réactions, légitimement inquiètes, n'ont pas tardé : alors que les lectures en bibliothèque devant les enfants bénéficiaient jusqu'à présent d'une forme de tolérance de la part des sociétés d'auteurs, les professionnels craignaient qu'un nouveau poste de dépenses ne vienne alourdir les budgets déjà fragiles des établissements.

La SACD veut faire payer les heures du conte en bibliothèque ! Protégeons cet usage collectif de la culture ! Partout en France, les bibliothèques de lecture publique organisent des « heures du conte », au cours desquelles des ouvrages sont lus en groupe à des enfants.

La SACD veut faire payer les heures du conte en bibliothèque ! Protégeons cet usage collectif de la culture !

Ces animations sont très courantes dans les bibliothèques et elles participent à l’éveil du goût pour la lecture chez les plus jeunes. Jusqu’à présent, cette pratique est restée libre, bien que ces lectures publiques puissent être assimilées à des représentations en public d’oeuvres protégées. Source : Wikimedia Commons. Domaine public. Www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/56967-fais-pas-ci-fais-pas-ca-les-interdits-en-bibliotheque.pdf. La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique. Après Paris, un bibliothécaire de Bretagne critique à son tour l’usage de la RFID ! En 2008, un système qui utilise des puces émettant des radiofréquences, la RFID, était installé dans trois bibliothèques parisiennes. Un article : « La RFID, une mauvaise idée pour Paris » avait alors mis en garde contre l’installation aveugle de cette technologie, aussi bien en terme de fonctionnalités, d’efficacité budgétaire, des éventuels effets sur la santé ou de son impact en matière d’environnement.

Trois ans après, un retour d'expérience à la médiathèque Marguerite Yourcenar (XVé) avait aboutit au texte La RFID dans les bibliothèques à Paris : Quel bilan pour quelles idées ? Un texte assez critique sur l'usage de la RFID. Aujourd’hui nous publions l’article d’un bibliothécaire d’une commune bretonne de dix mille habitants qui expérimente la technologie RFID depuis quatre ans. Quelles priorités pour « l'année des bibliothèques » ? Faire lire en prison, un objectif encore délicat pour les bibliothécaires. L'Association des Bibliothécaires Français (ABF) organise aujourd'hui, au sein de la bibliothèque Marguerite Duras (Paris XXe) une journée d'étude sur la place des bibliothèques au sein des établissements pénitentiaires.

Faire lire en prison, un objectif encore délicat pour les bibliothécaires

L'occasion de faire le point, depuis la 1e journée sur le sujet organisée en octobre 2012, sur l'accès à la culture proposée à des détenus, avant tout citoyens. Anne Verneuil (ABF) et Fabien Plazannet (Service Livre et Lecture) (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0) Les intervenants, durant cette journée, ont chacun des objectifs et des missions divers, comme le souligne Anne Verneuil, présidente de l'ABF. Et les difficultés que rencontrent les bibliothécaires, médiateurs culturels ou encore architectes, pour mettre en place une vie sociale et culturelle dans les prisons, où le taux d'illettrisme est particulièrement fort, sont tout aussi variées. Après la théorie du genre, des livres pour enfants leur racontent qu’ils n’auront ni travail ni n’auront de retraite. Nouveau scandale dans l’Education nationale. Après les livres qui traitaient de la théorie du genre, plusieurs spécialistes ont repéré des ouvrages sensibles pour les enfants.

Des ouvrages qui laissent entendre aux enfants qu’ils auront du mal à trouver du travail plus tard et qu’il leur sera difficile, voire impossible, d’obtenir une retraite décente. Reportage. Encore des livres qui s’en prennent à nos enfants. La découverte de ces livres à problèmes pose un réel problème, estime Michel Eckert, le premier à avoir donné l’alerte. « Sous ses allures guillerettes et innocentes, ces livres racontent comment sera le réel de nos enfants dans quelques années » explique-t-il sur son site internet. « Ainsi dans l’un, on y décrit les péripéties d’une oursonne pour trouver du travail à l’usine.

Car ce père de famille courageux refuse que ses enfants ne se fassent de fausses idées sur leur futur. Les libraires jeunesse veulent-ils vraiment pervertir les enfants ? L’ALSJ proteste contre l’attaque de la littérature enfantine. L’ACIM s’engage contre les pressions exercées sur les bibliothèques et soutient la déclaration de l’ABF. Nous, l’Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (ACIM), dont les adhérents sont des professionnels des bibliothèques, tenons à exprimer aujourd’hui notre formelle désapprobation envers les pressions visant à faire retirer certains livres de littérature jeunesse des collections des bibliothèques. Il nous semble essentiel de montrer l’engagement de tous les bibliothécaires contre ce retour de la censure et de l’intolérance. C’est pourquoi nous nous associons pleinement au communiqué de l’ABF ci-joint, pour porter les valeurs du pluralisme et de la liberté d’expression.

Pour rappel, il y a eu déjà par le passé, des situations semblables, où les bibliothèques se sont retrouvées la cible de pressions politiques. L’IABD… s’engage contre les pressions exercées sur les acquisitions de livres jeunesses en bibliothèques publiques. La littérature jeunesse attaquée. La littérature jeunesse s’est récemment retrouvée au cœur de polémiques inacceptables. La Charte tient d’abord à exprimer sa colère de voir des auteurs, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants et blogueurs de littérature jeunesse mis injustement en cause dans différents faits d’actualité touchant aux questions des genres ou à l’égalité fille-garçon.

Nous ne pouvons laisser ces appels à la censure et à la haine passer pour des opinions acceptables. Nous ne pouvons excuser l’ignorance de ceux qui portent ces attaques. Nous tenons ensuite à apporter notre soutien à tous ceux qui ont fait l’objet d’accusations, d’intimidations ou d’agressions violentes, absurdes, inadmissibles. Des bibliothèques visées par des mouvements extrémistes.

Depuis plusieurs semaines, des groupuscules issus de mouvements extrémistes investissent les bibliothèques publiques et fouillent les rayonnages des sections jeunesse, afin de rechercher des livres qu’ils jugent non conformes à la morale. De plus, ces personnes demandent parfois aux personnels de justifier leur politique d’acquisition et écrivent aux maires pour exiger le retrait des livres qu’ils incriminent.

Une trentaine de bibliothèques ont déjà été visées par ces mouvements. Parmi les établissements ciblés, on note ceux localisés à Saint-Quentin-en-Yvelines, Toulouse et Versailles. L’ABF condamne les appels à censure visant les bibliothèques publiques. Je suis l'auteur du livre "Tous à poil" : Copé n'a rien compris à notre ouvrage. Deux pages du livre Tous à poil de Marc Daniau et Claire Franek (éd. Le Rouergue) Nous avons été surpris et ahuris par l’utilisation de notre livre par Jean-François Copé sur un plateau de télé.

Comment est-il arrivé entre ses mains ? Avec la co-auteur, Claire Franek, nous le comprenons pas. "Tous à poil" (éd. du Rouergue) figure depuis quelques temps dans une liste d’une association ardéchoise qui recense 100 livres pour parler de l’égalité entre filles et garçons. Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques? Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication condamne les pressions exercées par des extrémistes sur les bibliothèques publiques. / Communiqués de presse / Espace Presse. Près d’une trentaine de bibliothèques publiques ont fait l’objet, ces derniers jours, de pressions croissantes de la part de groupuscules fédérés sur internet par des mouvements extrémistes qui en appellent désormais à la lutte contre ce qu’ils appellent les « bibliothèques idéologiques ». Les anti-égalité s’en prennent aux bibliothèques au nom de la «théorie du genre»

Les bibliothèques, nouveau cheval de bataille du Printemps Français - Europe1.fr - Société Ne fermez pas nos bibliothèques / Don't close our Libraries (CDN-NDG, Montréal) ! Bibliothèque : un service public numérique de proximité (Filippetti) À l'occasion de la présentation de ses voeux au monde de la Culture, la ministre, Aurélie Filippetti aura consacré un petit moment à l'industrie du livre - nous y reviendrons brièvement dans un autre article. Alors que dernièrement, l'association Bibliothèques sans Frontières a lancé une campagne réclamant une plus grande ouverture des établissements, la ministre insiste, pour sa part, sur le nécessaire accompagnement « dans les nouveaux usages et besoins » du public. ActuaLitté, CC BY SA 2.0 La ministre souhaite en effet que « 2014 soit l'année des bibliothèques », ainsi qu'elle avait déjà eu l'occasion de l'affirmer, et principalement par une évolution des établissements vers « un véritable service public numérique de proximité ».

Un projet qui passera nécessairement par une éducation des personnels, une formation et l'acquisition de compétences nouvelles. BnF : une inondation saccage le Département Littérature et Arts. Ce dimanche 12 janvier, vers 16h30, une inondation a été constatée à la BnF, sur le site François Mitterrand (Tolbiac). Cette dernière fait suite à la défaillance d'une canalisation, précisent des sources syndicales, qui font état de « très graves conséquences pour les collections patrimoniales, le service public et les usagers de la Bibliothèque nationale de France ».

ActuaLitté, CC BY SA 2.0. Une inondation à la BNF endommage plus de 10 000 livres. Au croisement du droit et des sciences de l'information. Les Bibliothèques départementales de prêt : indispensables autrement. De la cocaïne sur les dix livres les plus consultés de la bibliothèque. Insolite. Le blog de la section FSU de la BnF.