background preloader

Voile burqa niqab kippa

Facebook Twitter

Pourquoi les musulmanes portent-elles de plus en plus le voile ? Le port du voile cristallise bien des tensions en France. D'autant qu'il s'est réellement répandu chez les jeunes musulmanes. S'il est difficile de chiffrer le phénomène, les spécialistes s'accordent sur sa montée en puissance ces vingt dernières années. Tandis que les générations précédentes ont lutté pour pouvoir le retirer, certaines filles d'aujourd'hui, qu'elles soient enfants d'immigrées ou converties à l'islam, prônent un retour au religieux et à l'affirmation publique de leur foi. Le port du voile, qui concernait des cas isolés il y a vingt ans, revêt désormais une dimension politique, idéologique et culturelle. « Au milieu des années 2000, on a vu se répandre le port du simple foulard et du voile intégral en France », affirme Raphaël Liogier, auteur du Mythe de l’islamisation (1).

"Le religieux, une manière de se distinguer" Cette rhétorique religieuse, que les filles voilées avancent constamment, fait pourtant l'objet de débats, même chez les penseurs musulmans. A lire aussi : Niqab, hijab, burqa : des voiles et beaucoup de confusions. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Comment illustrer une information évoquant une ou des femmes voilées ? La question se pose régulièrement dans les rédactions. Et la réponse n’est pas toujours satisfaisante. Mercredi 10 juin, le site de Valeurs actuelles a ainsi utilisé cette image pour parler d’un fait divers impliquant une femme portant un hijab : L’image en question, prise par un photographe de l’AFP, montre des femmes de Bahreïn manifestant après la mort d’une femme détenue par les autorités. Ces femmes portent le niqab, et non le hijab. Le site de l’hebdomadaire n’est pas le seul à commettre ce type d’erreurs.

Pourtant, beaucoup d’éléments distinguent niqab, hijab, tchador et burqa, les quatre principaux types de voile islamique. 1. Le voile est antérieur au Coran : dès les Assyriens, la femme libre est obligée de porter le voile, sous peine de sanctions. Le Coran reprend cette pratique et la codifie, sans toutefois explicitement préconiser le port du voile. 2. 3. Les dessous de la jupe médiatique.

C’est ce qui s’appelle avoir le sens des priorités. Alors que le projet de réforme du collège crée une émotion à la mesure de son contenu ubuesque, alors que de partout monte une colère justifiée, alors qu’un tel sujet concerne sans doute au premier chef les lecteurs du Monde, le journal du soir a cru bon de titrer sur « Les jupes longues des musulmanes » avec ce sous titre : « Nouvelle fracture à l’école ». « Nouvelle fracture », dites-vous ?

Vraiment ? Jusqu’à plus ample informé, cela concerne une collégienne de 15 ans à Charleville-Mézières (Ardennes). La jeune fille aurait été interdite de cours à deux reprises à cause d’une longue jupe noire. La direction de l’établissement y aurait vu un signe religieux ainsi qu’une une action concertée avec d’autres élèves en réaction à l’interdiction de porter le foulard islamique en classe. L’affaire en elle-même est assez trouble, puisque mis à part le quotidien L’Ardennais, qui a fourni l’info, personne n’est allé enquêter sur place. Le rabbin de Toulouse a failli ne pas pouvoir voter pour port de kippa. Une mauvaise interprétation du "principe de laïcité" peut donner lieu à de regrettables dérapages. Le rabbin de Toulouse en a fait dimanche l'amère expérience alors qu'il allait voter pour le premier tour des élections départementales.

Avraham Weill a d'ailleurs porté plainte pour discrimination, choqué qu'un membre de son bureau de vote, déléguée de la liste du Front de gauche, ait tenté de lui faire enlever sa kippa au moment du vote. Le jeune rabbin âgé de 32 ans avait d'abord hésité à rendre public cet incident mais a finalement confirmé l'information révélée par France 3 Midi-Pyrénées. Je ne souhaitais pas médiatiser cet incident et donner du grain à moudre à ceux qui pensent que les juifs cherchent à se victimiser, mais j'ai effectivement porté plainte au commissariat central, après avoir mûrement réfléchi car je ne suis pas un procédurier", explique Avraham Weill. Incident inscrit au procès-verbal (Avec AFP)

Protestations après l'agression d'une femme voilée enceinte à Toulouse. L'islamophobie ne cesse de se libérer depuis les attentats de Paris. Comme le prouve la triste aventure d'une jeune femme enceinte, musulmane coiffée d'un foulard, qui a déposé plainte après avoir été selon elle violemment agressée mardi à Toulouse par un individu. Lequel lui reprochait de porter un "hijab" cachant ses cheveux, a appris l'AFP jeudi de source policière. Cette jeune mère d'une trentaine d'années a été entendue mercredi par les enquêteurs de la Sûreté départementale, à la clinique où elle avait été hospitalisée après avoir été prise en charge par les pompiers. Selon son récit, l'agresseur aurait tiré sur son voile, agrippée par les cheveux, pour la jeter au sol et l'aurait frappée plusieurs fois, dans une rue du quartier de la Roseraie (nord-est de Toulouse).

"L'un d'eux lui a agrippé les cheveux et a tiré sur son voile en l'insultant" Les policiers ont enregistré sa plainte pour agression à caractère raciste. Se méfier "des professionnels de l'amalgame et de la surenchère" Voile à l'école autorisé en Allemagne : une réponse courageuse à la montée de la haine. La Cour constitutionnelle allemande a levé l'interdiction du port du voile pour les enseignantes musulmanes. (KAISER/CARO FOTOS/SIPA) La Cour constitutionnelle allemande a rendu une décision surprenante. Alors qu’en 2003 elle avait formellement interdit aux femmes de porter le voile à l’école, elle revient sur sa position en l’autorisant. Une autorisation mesurée Bien entendu, je ne pouvais pas passer à côté de cette jurisprudence sans la citer, tant le débat semble émoustiller tout le monde en France. Par ailleurs, je pense sincèrement qu’une des raisons qui pousse nos dirigeants à ne pas modifier le droit positif de la laïcité est que ce qui a été fait traduit une avancée et revenir dessus serait une régression.

La Cour constitutionnelle décide de manière très réaliste que le voile créait une discrimination entre ceux qui pouvaient porter une croix et ceux qui arboraient le voile. Si le programme reste le même... Les islamophobes vont lancer des débats. Allemagne : le port du voile à l'école interdit dans certains cas. La Cour constitutionnelle allemande a jugé vendredi que les enseignantes ne pouvaient se voir interdire le voile islamique que si cela troublait la bonne marche de l'école, ce qui devrait entraîner une vague de recours devant les tribunaux. Le port du voile par les enseignantes dans les écoles publiques ne peut être interdit que s'il existe un "danger concret" de remise en cause de la neutralité de l'État ou s'il vient perturber le bon fonctionnement d'un établissement, ont estimé les juges de Karlsruhe. L'arrêt de la Cour devrait relancer un débat passionné dans un pays qui compte entre 3,8 et 4,3 millions de musulmans (sur 82 millions d'habitants), et qui s'est déroulé jusqu'ici surtout sur le terrain juridique.

Depuis 2003 et une première décision de la Cour constitutionnelle, plusieurs États régionaux parmi les plus grands et les plus peuplés ont interdit le port du voile pour les institutrices ou professeurs musulmanes dans l'enceinte des établissements scolaires publics. Sarkozy ne veut "pas de femmes voilées" : je suis devenue un microbe à éliminer. Odieux. Nicolas Sarkozy était l'invité de la matinale d'Europe 1 ce jeudi 19 février 2014. (D. FAGET/AFP) Ma journée commence mal… Alors que je vais faire mon petit tour matinal sur Twitter, je tombe sur ce tweet de Nicolas Sarkozy : En tant que femme de confession musulmane, et militante des Droits de l’Homme, je suis plus qu’habituée – malheureusement – aux déclarations islamophobes, aux discours haineux, aux propos désobligeants sur les musulmans et surtout les femmes voilées.

Sans compter tous les autres discours racistes qui sont devenus notre soupe quotidienne depuis quelques temps. Mais là, je suis profondément choquée. Nous sommes devenues les indésirables D’une part, par la violence des propos : "Nous ne voulons pas de femmes voilées. " Nous sommes donc devenues les indésirables, les microbes dont il faut se débarrasser, les moins-que-rien qui ne méritent même pas de vivre dans une "République". Ce "nous", il me fait mal Pire encore, l’utilisation du "nous".