background preloader

ALSACE REGIONS FUSION

Facebook Twitter

A propos de la grande Région. Alsace... aller-retour ! Radars routiers tagués à Wittenheim, Mulhouse, sur l'A36 et l'A35. L'Alsace et la réforme territoriale : toute l'histoire depuis décembre 2011. Ci-dessous, une frise chronologique qui détaille la saga de la réforme territoriale en Alsace, du premier congrès de Colmar pour la création d'une Collectivité territoriale unique en Alsace, le 1er décembre 2011, au dernier vote à l'Assemblée nationale, le 17 décembre 2014, sur la très grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.

L'Alsace et la réforme territoriale : toute l'histoire depuis décembre 2011

Vous pourrez relire les articles parus dans les DNA et/ou sur www.dna.fr aux différentes étapes de cette affaire, des espoirs nourris par les trois grandes assemblées alsaciennes (conseil régional et conseils généraux ) de créer un Conseil unique d'Alsace, à l'échec du référendum du 7 avril 2013, de l'annonce par l'Elysée d'une nouvelle réforme des régions (en juin 2014, avec une région Alsace-Lorraine) à l'approbation définitive d'un projet de réforme territoriale prévoyant une très grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne. Allo, Alsacos, bobo ! On ne veut pas de la Grande Région Alsace-Lorraine-Champagne -Ardennes, même pas de l’Alsace-Lorraine dans les milieux alsaciens conservateurs, organisés avec de nombreux élus, parlementaires et autres.

Allo, Alsacos, bobo !

L’Alsace, un point c’est tout. De là les regrets et la désolation pour beaucoup de Mosellans, particulièrement ceux de l’Est frontalier et ceux vivant en Alsace, outragés par l’incommensurable mépris de tout ce qui ne serait pas Alsacien, d’une Alsace fièrement repliée sur elle-même, dans le grand Est, alsacianophone, toute variante exclue… « Restons entre nous, dans notre nid de cigogne, ridiculement devenue rebelle !

La préfecture seule promise à Strasbourg. Réforme territoriale : le sondage qui va énerver Martine Aubry. Un signe de plus du divorce entre le peuple et ses élites ?

Réforme territoriale : le sondage qui va énerver Martine Aubry

Voilà un sondage qui va faire polémique dans le nord de la France. Cet été, Martine Aubry était sortie de sa réserve républicaine pour tempêter contre la réforme territoriale. La réforme territoriale pourrait générer 10 milliards d'économies. Par Elizabeth Pineau PARIS (Reuters) - La réforme territoriale devrait permettre une économie d'environ 10 milliards d'euros d'ici cinq à dix ans à condition que la volonté politique suive, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini.

La réforme territoriale pourrait générer 10 milliards d'économies

Ce chiffre correspond à une économie d'environ 5% des quelque 250 milliards d'euros versés chaque année au titre du financement des intercommunalités en France. "Dix milliards d'économies, c'est possible à condition que les politiques en aient la volonté.

ALSACE referendum 2013

Mais où vont-ils ?

Elus absents.... 2 manifestants interpellés ! – nadine1111

Strasbourg capitale. Déjà des remous chez les élus de Champagne-Ardenne. Strasbourg sera la capitale de la future région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Contre-Regards » Treize régions enfin! Et une opposition disqualifiée… Réforme territoriale : un débat vidé de ses enjeux. Une France à 15 régions, comme le souhaite le Sénat, ou plutôt à 13, comme le préconise l'Assemblée nationale ?

Réforme territoriale : un débat vidé de ses enjeux

À l'issue du débat parlementaire, il y a de fortes chances pour que la deuxième hypothèse soit retenue. Mais, après tout, est-ce vraiment le fond du problème ? "Cette affaire, c'est une question d'oeuf et de poule, lâche le député (UDI) Michel Piron, porte-parole de son groupe sur le sujet. Le premier projet de loi concernant la carte des régions comprend 9 articles et le second sur les compétences, dont l'examen est à venir, en comporte plus de 80. Réforme territoriale: ces régions dont la France a vraiment besoin. L'Alsace va-t-elle échapper à la fusion avec les régions Lorraine et Champagne-Ardenne?

Réforme territoriale: ces régions dont la France a vraiment besoin

Le Nord-Pas-de-Calais se mariera-t-il finalement avec la Picardie ? La Bretagne sera-t-elle contrainte de s'unir avec les Pays de la Loire ? Midi-Pyrénées et le Languedoc finiront-ils par convoler ? A moins d'une énorme surprise, ce sont là les seules incertitudes qui demeurent, alors que le Sénat devait se pencher, à compter du 29 octobre, sur les délimitations futures des régions.

En attendant que le texte ne reparte à l'Assemblée nationale pour une dernière lecture. Hélas, quels que soient les choix du Parlement, on sait déjà que la nouvelle carte ne sera pas pertinente, car François Hollande et Manuel Valls ont commis deux erreurs. Pourquoi Hollande et Valls poussent la réforme territoriale. Il fut un temps où les présidents voulaient laisser une trace dans l'histoire.

Pourquoi Hollande et Valls poussent la réforme territoriale

François Hollande, lui, veut peser sur la géographie. Son arme fatale : la réforme territoriale, dont il a fait l'une des priorités de son quinquennat. Manuel Valls s'engage personnellement dans la bataille, inaugurant lui-même l'acte II de la discussion parlementaire devant le Sénat. Preuve supplémentaire, s'il en est, que l'exécutif compte aller au bout de cette réforme, malgré les résistances et les menaces de rupture au sein de sa propre majorité. Cette réforme est inévitable et survient au bon moment. Or, oui, cette réforme permettra d'enclencher un cercle vertueux d'économies. Métropoles.

Bref, cette réforme territoriale ne peut plus attendre : elle est déjà en marche dans le pays. La définition d'une nouvelle carte des régions focalise l'attention, pour des raisons symboliques, historiques, politiques justes, mais pas toujours (patriotismes locaux, clientélismes, poujadismes, réflexes anti-Paris...). Mais les enjeux principaux sont ailleurs. C'est, en effet, le second projet de loi, celui sur les compétences dévolues à ces nouvelles régions, qui sera le plus crucial et inscrira ces changements territoriaux, somme toute administratifs, dans l'avenir. En tout cas, en une poignée de mois, François Hollande et Manuel Valls, à marche forcée, sans faire dans la dentelle, auront imposé cette réforme. Quoi qu'on en dise, quoi qu'on en pense. – nadine1111

Fusion des régions : « Relever le défi » Manuel Valls : « Il nây a pas de peuple alsacien. Il nây a quâun seul peuple français » Notez l'article Le député UMP du Bas-Rhin, Patrick Hetzel, a interpellé ce mardi 14 octobre dans l’après-midi, lors de la séance des questions au gouvernement, le Premier ministre au sujet de la réforme territoriale et plus précisément du sort réservé à l’Alsace.

On n'arrive pas à voter pour le Conseil Unique d'Alsace (les politiques auraient dû en tirer des conséquences), ensuite on s'oppose à la proposition du gouvernement puis on fait une manif et "vous allez voir ce que vous allez voir", on termine par une Marseillaise !! Allez raconter ça à un Breton... Les Alsaciens de droite sont ridicules dans cette affaire ! – nadine1111
Bravo M. Valls ! Le premier ministre dit tout haut ce que beaucoup d'alsaciens pensent tout bas, à savoir que les réactions des élus de droite comme de certains commentateurs attestent une progression dangereuse des idées autonomistes voire communautaristes. Quant à évoquer la situation de la Corse et de la Bretagne, je n'ai rencontré dans ces régions que des gens attachés à la francophonie, même s'ils sont fiers de leurs racines. Cela est vrai aussi pour toute une série de régions que personne ne cite ( la Pays Basque, la Savoie, la Touraine, le Berry, la Gascogne etc..) qui sont intégrées dans des grandes régions administratives, sans que cela soulève de polémiques. – nadine1111
Manuel Valls : « Il nây a pas de peuple alsacien. Il nây a quâun seul peuple français »

Kansas of Elsass. Quatre questions sur la manifestation "pour l'Alsace" du 11 octobre. Beaucoup de rouge et blanc à la manifestation mais aussi les drapeaux traditionnels (Photo JFG / Rue89 Strasbourg) VIDÉOS. – Ils sont venus de Strasbourg ou de plus loin pour manifester samedi 11 octobre contre la réforme territoriale et pour un Conseil unique d’Alsace.

Quatre questions sur la manifestation "pour l'Alsace" du 11 octobre

Tous n’avaient pas les mêmes raisons. Rue89 Strasbourg vous propose un petit tour d’horizon. Quatre questions sur la manifestation "pour l'Alsace" du 11 octobre. Beaucoup de rouge et blanc à la manifestation mais aussi les drapeaux traditionnels (Photo JFG / Rue89 Strasbourg) VIDÉOS. – Ils sont venus de Strasbourg ou de plus loin pour manifester samedi 11 octobre contre la réforme territoriale et pour un Conseil unique d’Alsace.

Il me semble que l’ambiguité de ces manifestations c’est qu’elles mêlent deux choses qui n’ont rien à voir : l’organisation politique et l’identité culturelle. Elles relèvent de deux registres distincts. Alsacien, j’apprécie nos bières, notre pinot noir et le schnaps (dans cet ordre, n’est-ce pas). Mais je ne me sens pas menacé si à mon apéritif on devait servir également du champagne et à mon digestif s’il m’était offert de choisir entre une mirabelle de Lorraine et un marc de Gewürtz. Il en serait au contraire enrichi. Alsacien, et parce qu’heureux de l’être, mon identité n’est pas contre celle de mes voisins, mais avec eux, complémentaires. Je ne suis pas complexé au point de craindre que l’identité lorraine ou champagne-ardennaise pourrait me dissoudre. Alsacien, et heureux de l’être, je n’ai pas la prétention de considérer ma culture comme la culture ultime, parfaite, ni de mépriser celle de mon voisin lorrain. Il ne me menace pas, il m’enrichit et je crois pouvori l’enrichir. Alsacien, et heureux de l’être, j’attends des femmes et hommes élus qu’ils se consacrent à apaiser les relations entre les citoyens au service desquels ils se sont engagés et non à les conflictualiser. Le pouvoir politique est, je crois, au service de tous les citoyens, et non à une idéologie particulière. Essayons peut-être d’entendre les aspirations particulières parfois contradictoires, les craintes et les espoirs des uns et des autres, et de trouver le consensus le plus large et le plus juste pour tous. En résumé, arrêtez de vous mettre sur la gueule, asseyez-vous autour d’une bouteille de schnaps et essayez de vous entendre. – nadine1111
J’y étais à cette manif pour voire à quoi ressemble ces contestataires qui s’agitent depuis le début de l’été. Pour le noyau dur des encartés d’Alsace d’abord et d’Unser land. Pour le reste des très jeunes et des très vieux (qui n’ont pas l’age de voter ou seront mort avant la prochaine éléction) que le CR a fait venir par train des vallées alsaciennes. Ils déambulaient, perdus et inquiets dans une ville qu’ils ne doivent pas beaucoup connaitre (« c’est ou la place de Porteaux ? »). Très peu de femmes (la rancoeur, c’est un truc de mec). Des gens manipulés par leur classe politique. C’est ca le problème, 1/3 des manifestants étaient des politiques et leurs famille venu défendre leurs petits privilèges dans une manifestation subventionnée par l’argent du contribuable. Et maintenant, c’est quoi le programme ? – nadine1111
Intéressante la réaction de "Kansas" qui se désolidarise significativement de la bonne parole officielle des gens qui l'ont payé pour cette prestation... Sa réponse pleine de modération et de respect en impose. Bravo ! – nadine1111

Tous n’avaient pas les mêmes raisons.

Quatre questions sur la manifestation "pour l'Alsace" du 11 octobre

Rue89 Strasbourg vous propose un petit tour d’horizon. Était-ce une manifestation « politique » ou « festive » ? LES DEUX - Annoncés la veille, les groupes régionaux semblent donner une touche folklorique au rassemblement. Néanmoins, les personnalités politiques se sont succédées sur scène près d’une heure et les médias locaux comme nationaux ont couvert leurs déclarations, bien plus que les concerts ou le théâtre alsacien. En approuvant le projet de fusionner l’Alsace avec l’Alsace » les élus alsaciens ont dit oui au repli sur soi !

Quand Hollande prend une gifle dans une BD du conseil général du Bas-Rhin. Notez l'article Conseillère régionale et candidate PS aux sénatoriales -et à ce titre rivale du président du conseil général du Bas-Rhin Guy-Dominique Kennel (UMP)-, Pernelle Richardot a réagi vivement mercredi après-midi à la bande dessinée publiée en fin de la dernière livraison de "Tout le Bas-Rhin".

Si je comprends bien, c'est avec nos impôts locaux que le CG67 publie un humour de rigolos partisans ?? Ce n'est pas à nous de financer la propagande territoriale ! Vraiment, il faut que l'Alsace se réveille... – nadine1111

"C'est 1 honte", commente-t-elle sur son profil Facebook. La bande-dessinée réalisée en partenariat avec l'OLCA (*), en alsacien, et que l'on doit à Patrice Seiler évoque la question de la réforme territoriale. Un sujet qui mobilise la Majorité alscienne qui contrôle les grandes collectivités alsaciennes (à l'exception de Strasbourg et de la CUS) et qui fera l'objet d'une manifestation le 11 octobre prochain. Dans le contexte de la fronde politique contre la réforme territoriale, le Hollande-bashing est revenu à la mode dans le Bas-Rhin. Ch.B. Hervé Gaymard : "La réforme territoriale tourne le dos à la décentralisation" Député et président du conseil général de Savoie, Hervé Gaymard portera le fer contre la réforme territoriale au nom du groupe UMP au cours du débat devant l'Assemblée nationale.

Hervé Gaymard, quelques rappels sur le personnage : souvenons-nous du duplex de 600m2 payé par l'état à la famille Gaymard en 2005. On pourrait également parler de sa femme Clara Gaymard, membre du lobby atlantiste French American Foundation, mais aussi PDG de GE (General Electric), le même GE qui vient de prendre le contrôle d'Alstom. Mais surtout, il faut rappeler l'amendement Gaymard voté en catimini il y a un an, le 18 juillet 2013 à l’Assemblée Nationale, amendement n°745 de M. Hervé GAYMARD (UMP) visant à supprimer la condition du référendum pour le redécoupage ou la fusion de certaines collectivités territoriales... Car cet amendement ouvre en grand la boîte de pandore et permettra aux exécutifs des Régions et des Départements, fervents adeptes du démantèlement de la Nation française de fabriquer des collectivités locales sans cohérence particulière mais entièrement soumises à l’euro fédéralisme de Bruxelles. C'est donc bien grâce à l'amendement Gaymard que Hollande peut aujourd'hui redécouper les régions suivant son bon-vouloir ! cqfd M. Gaymard, c'est vous le responsable de ce redécoupage sauvage ! – nadine1111

Pour lui, ce projet de loi porte en lui la recentralisation des pouvoirs au profit d'une technostructure régionale. Le Point.fr : Pourquoi êtes-vous opposé à cette réforme ? Hervé Gaymard : Les socialistes ne se rendent pas compte de ce qu'ils font. Il est clair que la France compte trop d'élus territoriaux. C'est pourquoi nous avions voulu diviser par deux leur nombre dans la loi de 2010. 1914-1918 : quand la France est amputée de dix départements. Effroyable, la première guerre mondiale a fait 1,7 million de victimes dans les rangs français et plus de 4,2 millions de blessés entre 1914 et 1918. Pendant le conflit, dix départements situés derrière le front ont été totalement ou partiellement occupés par l'armée allemande après que les troupes françaises aient bloqué sur sa lancée l'armée allemande, conformément à la stratégie mise en place dans la cadre du plan Schlieffen.

Réforme territoriale - Gérard Collomb : "Le gouvernement devait imposer une carte" Sénateur et maire (PS) de Lyon, Gérard Collomb est un grand patron réformateur, volontiers iconoclaste. En faisant alliance avec le président du conseil général du Rhône, le centriste Michel Mercier, il a créé la grande métropole lyonnaise, qui sera opérationnelle en janvier prochain. Réforme territoriale : "Nous avons enfin un projet de simplification, ne le torpillons pas !" Président de la région Midi-Pyrénées depuis 1998, Martin Malvy est l'auteur d'un des rapports qui a débouché sur la réforme territoriale annoncé par François Hollande. Il est aussi au centre de la polémique suscitée par le rapprochement imposé avec le Languedoc-Roussillon. Une fusion contre laquelle s'élève la majorité des conseillers régionaux de l'ancien fief de Georges Frêche.

Le Point : Avec la réforme territoriale, des régions ne vont-elles pas être rayées de la carte ? Martin Malvy : Ce sont de nouveaux territoires qui se constituent. Il n'y a pas d'absorption d'une région par une autre, mais un nouveau dessin des régions. Réforme des régions : ce que la fusion entre l'Alsace et la Lorraine peut nous apporter. La nouvelle carte des régions de France dévoilée par l'Élysée, le 3 juin 2014 Il ne s’agit pas d’applaudir des deux mains le projet de réforme des collectivités territoriales mis sur l’ouvrage par le gouvernement.