background preloader

Ecole et excellence

Facebook Twitter

Halte au stress scolaire ! Décisions d'orientation, inscriptions au lycée, évaluations dans les écoles primaires, verdicts des conseils de classe du second trimestre… La tension scolaire est montée d'un cran dans les familles Témoignages : Peur de l'avenir, manque de confiance envers les enseignants, primauté des filières générales… Les motifs des parents pour mettre la pression sur leurs enfants ne manquent pas Entretien avec Patrice Huerre, psychiatre : «Les classes préparatoires sont un peu la caricature de notre système» Conseils pour alléger la pression Y a-t-il trop de stress à l'école ? La question vaut d'être posée une nouvelle fois avec un peu plus d'acuité, comme en témoigne cette initiative des parents d'élèves de l'enseignement catholique qui ont organisé des groupes de réflexion et publié un sondage sur ce thème.

«Nous recevons régulièrement des témoignages sur ces pressions que subissent nos enfants dans le cadre scolaire et familial, explique Béatrice Barraud, présidente de l'Apel national. Singapour, un modèle pour faire réussir les élèves ? L’introduction controversée de l’« excellence » dans la politique française d’éducation prioritaire (1999-2005) 1 « Charte pour l’égalité des chances dans l’accès aux formations d’excellence », signée le 17 janvi (...) 1Au début des années 2000, en France, plusieurs grandes écoles – établissements d’enseignement supérieur occupant une place centrale dans la production des élites – mettent en œuvre des dispositifs visant à élargir et à faciliter le recrutement des élèves issus d’établissements scolaires défavorisés.

À l’image des « conventions ZEP » de l’Institut d’études politiques de Paris (Sabbagh, 2010) ou des « prépas ZEP » de certains lycées (Buisson-Fenet & Landrier, 2008 ; Pasquali, 2010a), plusieurs de ces dispositifs d’« ouverture sociale » de l’enseignement supérieur s’adressent explicitement aux publics et agents des ZEP. Leur cause peut en effet sembler identique à celle de la politique des ZEP qui, depuis 1981, entend lutter contre les inégalités sociales sur le terrain scolaire, en allouant des ressources spécifiques aux établissements défavorisés.

Les systèmes éducatifs suisses à l’épreuve des enquêtes PISA. On limite souvent les enquêtes PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves) à un palmarès entre nations comparant les apprentissages scolaires des élèves de 15 ans. En réalité, bien au-delà des palmarès, ces enquêtes constituent de précieuses sources pour comprendre les conditions qui conduisent les élèves à la réussite. Il reste toutefois que dans le cas de la Suisse, ces comparaisons présentent une limite de taille: elles considèrent la Confédération comme une entité unique au plan scolaire alors qu’en fait, chaque canton propose un système différent dès le début de l’enseignement secondaire. Certains cantons privilégient des orientations précoces dans des filières différenciées en fonction du niveau scolaire des élèves, alors que d’autres ont choisi au contraire de ne pas séparer les élèves et de les scolariser dans des classes hétérogènes. Cercle vicieux de la reproduction sociale Ces forts contrastes cantonaux posent la question de leurs sources.

Un Ordre de l’excellence en éducation… pourquoi pas? Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais à propos d’un possible gala de reconnaissance des enseignants novateurs. J’étais bien loin de me douter que cela deviendrait réalité aussi rapidement! En effet, plus tôt cette semaine, les ministres de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ont annoncé la création d’un Ordre de l’excellence en éducation. À mon avis, il s’agit d’une bonne nouvelle, puisque c’est une forme de reconnaissance du travail des enseignants novateurs. En effet, l’éducation québécoise commence enfin à prendre le virage du 21e siècle et ces enseignants sont encore noyés dans une culture figée dans les siècles passés.

Il faut mettre ces enseignants de l’avant et souligner leur apport à la modernisation de l’éducation québécoise. Dans les faits, l’initiative n’a rien de bien novateur, puisqu’on reproduit (enfin) à la sauce québécoise ce qui se fait de semblable dans d’autres provinces ou pays. Cela donne le ton! Les réformes éducatives en 2018 : le vain leitmotiv de l'excellence ? L’année 2018 aura souvent entendu résonner les trompettes de l’excellence. Déjà, fin 2017, la nouvelle présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP) avait dû sa nomination à son goût « de l’excellence pour tous ». Les réformes touchant le lycée, ou la charnière entre le lycée et les universités, « Parcoursup » – et qui viennent d’être violemment contestées par le mouvement lycéen de décembre – ont été initiées et conduites au nom de la recherche de l’excellence.

Les nouveaux programmes scolaires avaient pour ambition, selon Jean‑Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de « tirer vers le haut » tout le système scolaire. Du côté de l’enseignement supérieur, la décision prise en novembre 2018 d’augmenter les frais d’inscription à l’université pour les étudiants internationaux constitue « un pari sur l’excellence », estimait l'universitaire Jean‑Pascal Gayant dans Le Monde !

Parier sur l’excellence, l’idée est excellente, aurait dit Brassens. Des critères flous Car : L’école doit-elle développer le plein potentiel des enfants? Le système éducatif français: profondément inégalitaire et tellement difficile à réformer! Les revendications portées par le mouvement des «gilets jaunes» sont nombreuses et hétéroclites. L’éducation est la grande absente du débat même si lycéens et étudiants se sont invités récemment dans le mouvement de protestation. Or, la philosophie même du système éducatif français doit être revue. Ce dernier fournit en effet des «incitations perverses» à tous les acteurs du système, ce qui le rend profondément inégalitaire.

Les avantages de l’enfant de cadre Les inégalités scolaires commencent à l’école primaire puis se perpétuent dans l’enseignement secondaire, voire s’y aggravent. Un enfant de cadre a par exemple huit fois plus de chances de faire une classe préparatoire aux grandes écoles après le baccalauréat qu’un enfant d’employé et d’ouvrier et quinze fois plus de chances de faire une grande école de management. Un problème d’efficacité économique La société française peut-elle se satisfaire d’un tel niveau d’inégalités scolaires? L’apprentissage: plutôt pour les autres.

Point d’élitisme, vive l’excellence ! En éducation, l’élitisme se définit comme le processus qui voit s’extraire d’un système les membres les plus performants. C’est une propension à les privilégier. La plupart du temps, ces élites font l’objet de valorisation ou accèdent à des fonctions reconnues socialement. En même temps, il leur est tacitement demandé de participer à l’élévation du niveau moyen, à partir de leurs efforts, reconnus comme supérieurs.

Les vaincus de cette lutte sont tolérés dans leur existence, bénéficiant du « privilège » d’accéder aux ressources difficilement acquises par le travail des élites. Malheureusement, cette théorie ne tient ni empiriquement, ni philosophiquement. Promouvoir le meilleur en chaque individu L’excellence scolaire est d’une autre facture intellectuelle. Que serait alors une pédagogie de l’excellence ? Coopération et réciprocité Une pédagogie qui conçoit les évaluations comme des situations pour densifier les apprentissages. Les hautes ecoles suisses plus dexcellence moins de regionalisme ad. L’excellence en éducation : nous n’avons pas les mêmes valeurs. Les travaux de recherche en éducation manipulent avec beaucoup de prudence (pour ne pas dire de méfiance) les mots « qualité » « performance » ou encore « efficacité ».

Il existe un autre mot très sensible, mais de plus en plus utilisé par certains décideurs, hommes politiques, etc. : « excellence ». Voici quelques éléments offerts à la réflexion du lecteur. Prenons un exemple dans l’actualité éducative : 27 juin 2012 : publication du Rapport d’information fait au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication par la mission d’information sur la carte scolaire par Françoise Cartron.

. « Votre rapporteur déplore la déstabilisation dont est victime l’éducation prioritaire du fait de l’assouplissement de la carte scolaire. [Les internats d’excellence sont évoqués à plusieurs reprises, nous ne ferons pas un inventaire exhaustif des citations]. Lors des discussions qui ont suivies la présentation du rapport, F. Pour se décentrer du débat français, allons au Canada. Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune» «Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois.

Douze mois de répit. Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 600 000 euros, alors que le budget prévisionnel anticipait moins 6 millions. A lire aussiDepuis 2007, les facs à la peine Alors à Lille, comme ailleurs, les espoirs des jeunes chercheurs ont fondu.

Tension Incertitude. Inégalités scolaires : le poids des territoires. Enseignants moins formés, moins expérimentés…, une étude du Cnesco révèle l’ampleur des difficultés dans les collèges des territoires les plus pauvres. Depuis sa création en 2013, le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a multiplié les études sur les répercussions scolaires des inégalités sociales, économiques et culturelles. Ses derniers travaux, publiés en octobre 2018, évaluent cette fois l’impact du territoire, à partir d’une vaste étude de la situation dans les collèges en Île-de-France, ainsi qu’à l’échelle nationale.

Comment comprendre la persistance de l’échec scolaire dans les quartiers défavorisés, malgré des décennies de politiques éducatives prioritaires ? Les cinq zones d’île-de-France Pour répondre à cette question, les chercheurs du Cnesco ont procédé à une observation très fine des territoires, afin d’établir des corrélations précises entre les ressources investies et leurs résultats. Brevet national : des résultats en trompe-l’œil Quelles solutions ? Les hautes écoles suisses – Plus d’excellence, moins de régionalisme | Avenir Suisse. Les hautes écoles suisses jouissent d’une excellente réputation dans le monde entier. Mais le maintien de ce positionnement devient de plus en plus cher.

Au cours des dernières années, des incitations financières négatives ont favorisé les offres redondantes, alors que les revendications régionales ont souvent primé sur les considérations d’excellence dans la politique de formation. Il y a un risque d’un nivellement de la qualité. Avenir Suisse propose un programme en 10 points pour renforcer la compétitivité internationale des hautes écoles suisses. Depuis le début du millénaire, les dépenses consacrées à la recherche et à l’enseignement dans les hautes écoles suisses ont augmenté de 70 %, soit nettement plus que le budget total ou le PIB. La concurrence mondiale entre les meilleures universités s’intensifie et la masse critique pour la recherche de pointe est toujours plus grande.

Yves Flückiger: «L’excellence se construit à partir de la base» La rentrée universitaire a lieu ce lundi. Ce sera la 459e pour l’Université de Genève (Unige), fondée en 1559, la 40e pour Yves Flückiger. L’actuel recteur s’y est immatriculé comme étudiant en 1975 et depuis, sa vie est intimement liée à l’institution genevoise.

S’il a été chercheur à Oxford et à Harvard, Genève est bien le fil rouge de son parcours académique. Yves Flückiger devra pourtant bien se résoudre à quitter l’Unige pour laquelle il a un «attachement épidermique». Lire aussi: L’Université de Genève choisit la continuité Le Temps: Qu’avez-vous appris lors de ces trois premières années de rectorat? Yves Flückiger: J’ai eu la confirmation de l’excellence du travail effectué à l’Université de Genève. Pourquoi ces classements sont-ils si importants? Ce sont des indicateurs de qualité. Certaines universités se sont retirées de ce système.

Le rang n’est pas le plus important. Il est important d’être dans le 1% des meilleures universités du monde. Oui, j’ai aimé débattre et convaincre. L’excellence scolaire défie la sélection. Comment conduire le plus d’élèves possible à un haut niveau de qualification? L’évolution rapide des technologies et la mondialisation des savoirs transforment le marché du travail et posent un nouveau défi aux systèmes scolaires en Occident. La Suisse n’échappe pas à l’examen de ses cursus scolaires morcelés entre les cantons. Ces dix dernières années, les fameuses études PISA ont fini par ébranler des idées reçues en documentant l’efficacité des différents systèmes scolaires en Europe et dans le monde.

Il ressort de ces travaux que la sélection précoce ne produit pas forcément les meilleurs résultats. Au contraire, les pays dont le plus grand nombre d’élèves atteignent des performances scolaires élevées – Finlande, Canada, Nouvelle-Zélande ou Corée du Sud – ne pratiquent pas la différentiation des élèves jusqu’à la fin de l’école obligatoire. Le besoin d’agir est ressenti spécialement dans le canton de Vaud. D’autres observations signalent les carences du système vaudois. Vouloir être premier de classe, est-ce bien raisonnable ? Diversité - L'excellence scolaire en milieu populaire. Francis LEBON, sociologue, docteur de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) L'école traduit dans l'ordre scolaire des différences sociales qui lui préexistent, transformant en élèves méritants ceux qui héritent de privilèges culturels.

Les récentes transformations des stratégies de reproduction et la massification de l'enseignement n'ont pas changé la structure de la distribution du capital : la "démocratisation scolaire" est ségrégative. Au lycée, l'accroissement des taux de scolarisation par âge se traduit par un creusement des écarts sociaux pour l'accès aux différentes filières. La période 1985-1999 se caractérise par le "renforcement d'une définition univoque de l'excellence scolaire centrée sur les disciplines scientifiques1".

La filière scientifique du baccalauréat (section S), masculine, la plus bourgeoise2 et la plus sélective scolairement3, constitue la voie scolaire privilégiée d'accès aux "grandes écoles" et aux études médicales. Le capital scolaire. “L’excellence à tout prix”; les élèves japonais sous pression - Festival pour l'Ecole de la vie. Au Japon, élèves, parents et enseignants n’ont qu’un mot d’ordre: l’excellence. Tout au long de leur scolarité, les enfants étudient d’arrache-pied en vue de réussir les examens d’entrée des meilleurs établissements qui s’appliquent dès la rentrée en primaire avec comme but ultime d’intégrer une des plus prestigieuses universités japonaises. Ce système élitiste s’applique parfois même dès la maternelle! Les élèves sont plongés dès leur plus jeune âge dans un univers de compétition poussé à l’extrême. Comme en France, le système éducatif est régi par le Ministère de l’Éducation Nationale qui décide des programmes officiels qui doivent impérativement être appliqués dans tous les établissements.

Ceux-ci ne disposent que d’une infime marge de manœuvre quant à l’application de ces programmes ou bien encore des pédagogies qu’ils souhaitent mettre en place. Un proverbe japonais dit “L’eau prend toujours la forme du vase”. Activités extra-scolaires: Les Jukus: Respect et discipline: Pas de temps libre. RECONNAÎTRE L’EXCELLENCE ET LES PÉDAGOGIES INNOVANTES DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Enseignement: L’école suisse n’offre pas les mêmes chances de réussite à tous les élèves - News Le Matin Dimanche: Ferme. Journal des arts et métiers | Le Mensuel des PME Romandes | Qui sont les 200 meilleurs jeunes pros?

L'élève moyen peut être un excellent apprenti. Les inégalités scolaires en Suisse | Social Change. Les SwissSkills, une vitrine de l’excellence de la formation professionnelle. Les milieux populaires largement sous-représentés dans l’enseignement supérieur. François Dubet : « certains ont intérêt à préserver les inégalités scolaires. Formation: L’apprentissage, une autre voie d’excellence - News Genève: Actu genevoise. L'excellence récompensée | Le prix suisse des écoles. Ecole: «Les filières augmentent les inégalités» Du collège aux filières d’excellence, la disparition des enfants d’ouvriers. Diversité - L'excellence scolaire en milieu populaire. L’excellence en éducation : nous n’avons pas les mêmes valeurs.

Rentrée universitaire : Lausanne grimpe de 50 places dans le classement mondial de Shanghaï - Vidéo - Play RTS. Excellence élitiste ou excellence sociale et sociétale. Atteindre l'excellence : Assurer l'équité. Excellence sociale ou excellence scolaire ? CÉLÉBRATION DE L’EXCELLENCE À L’ÉCOLE : UNE ÉQUATION POUR BOOSTER LE NIVEAU DES APPRENANTS - YE-MINH. COMMENT TRAVAILLER AVEC LES ÉLÈVES ET LES ÉCOLES POUR LUTTER CONTRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE ? – Rapport des soirées citoyennes | PACTE Enseignement. Comment l'élite fait le choix de l'inégalité des chances à l'école. L’élitisme à l’école peut démotiver les élèves.

Décrochage scolaire

"Le système scolaire est trop focalisé sur la fabrication de l'élite" L'excellence scolaire et les valeurs du système d'enseignement français. "Stress scolaire, l'obsession de l'excellence" Anatomie de l’excellence scolaire. PISA. La mixité sociale tarde à gagner l’université suisse. Stress scolaire, l'obsession de l'excellence. Etude: L'ascenseur social est resté bloqué - Suisse. Fabrication de l’excellence scolaire. Comment tirer parti de la diversité. L'excellence scolaire et les valeurs du système d'enseignement français.