background preloader

Féminité

Facebook Twitter

Les cosplayeuses sexy doivent-elles se rhabiller ? / Super Popette. De l’art de porter un cosplay sexy en convention Les photos de cosplayeuses sexy sont très recherchées sur internet et nombre de sites explosent leurs taux de vues avec des articles du type « les 10 costumes les plus sexy de telle convention » ou bien « telle cosplayeuse sexy sort son nouveau costume controversé ».

Les cosplayeuses sexy doivent-elles se rhabiller ? / Super Popette

La pression pesant sur les corps féminins illustrée par des photos crues. La pression que la société et les canons de beauté exercent sur les corps féminins est illustrée dans une série de photos crues.

La pression pesant sur les corps féminins illustrée par des photos crues

Ça fait peur et un peu mal. Malgré les dizaines de campagnes de sensibilisation qui tentent chaque année de dénoncer la pression des médias, et de la société en général, sur les corps des femmes, les diktats actuels de beauté restent assez rigides. The Fanciful, Monstrous Feminine (Le fantasque et monstrueux corps féminin) est un projet photographique de l'artiste australienne Jessica Ledwich visant à dénoncer les tortures que les femmes font subir à leur corps pour être physiquement « dans la norme ». Norme imposée par une société dans laquelle l'imperfection n'est pas une option. The simple image sharer. Ma chatte est-elle normale ? Alors que les hommes peuvent jouer allègrement avec leur engin, le sexe féminin est beaucoup plus dissimulé.

ma chatte est-elle normale ?

En découle depuis des siècles le côté mystérieux du sexe féminin. Or le mystère repose généralement dans la méconnaissance. Un homme voit son sexe régulièrement. Il le manipule, lui donne des petits noms, fait l’hélicoptère, joue de la guitare… Il voit aussi souvent ceux de ses copains, dont certains se mettent nus en soirée plus rapidement qu’il ne faut de temps pour dire « zizi ». Ils peuvent même voir ceux de certains inconnus aux pissotières, grâce à un petit coup d’oeil discret. Ils peuvent donc comparer. Les femmes, elles, voient rarement leur sexe. Beaucoup de femmes n’ont aucune idée de ce à quoi ressemble leur sexe. Sharedwanderlust's Blog. Le poids de la jupe pour les petites filles. C'est dans le très dense rapport de l'IGAS, rédigé par Brigitte Grésy et Philippe Georges, sur l'égalité entre les filles et les garçons dans les modes d'accueil de la petite enfance que j'ai trouvé cette réflexion.

Le poids de la jupe pour les petites filles

Il s'agit, page 47 et suivantes, d'analyser l'impact des vêtements. On sait, et des études sociologiques, l'ont vérifié que l'accent est mis sur l'esthétique pour les filles, sur l'autonomie et l'agilité pour les garçons. Les filles sont encouragées à être jolies et à plaire, les garçons à être à l'aise. En conséquence leurs habits ne leur permettent pas la même autonomie - ni pour s'habiller : les vêtements de garçons ont des systèmes d'attaches plus faciles et plus accessibles alors que ceux des filles nécessitent plus souvent de l'aide, lorsque par exemple les vêtements se ferment dans le dos ou à l'aide de nœuds difficiles à faire à cet âge.

La photo vient de ce Pinterest. Si elle était vivante, Barbie serait en bien mauvaise santé [Infographie] Ce n’est une nouvelle pour personne: les mensurations de Barbie sont irréelles et inapplicables aux femmes de chair et d'os.

Si elle était vivante, Barbie serait en bien mauvaise santé [Infographie]

Ce qu’il manquait, c’était de savoir à quel point elles le sont et ce qu'il adviendrait du produit fétiche de Mattel s'il prenait soudainement vie. C’est désormais chose faite grâce au site rehabs.co, qui a comparé les mensuration de Barbie avec celles de l'Américaine moyenne et imaginé à quoi elle ressemblerait si elle était une vraie femme. Les données proviennent d’une étude parue en 1996, «Ken and Barbie At Life Size» (Ken et Barbie à la taille de la vie), précise le Huffington Post. Voici ce que cela donne en image: Capture d'écran de l'infographie réalisée par rehabs.com Le constat est sans appel, la plastique de Barbie est vraiment irréelle.

Avec un physique pareil, Barbie serait vraiment mal en point si elle était humaine. De même, avec sa taille de 40 cm (soit plus petite que sa tête), elle n’aurait pas la place d'y loger tous ses organes. Publicité. Les stars avant/après les retouches Photoshop « Le Blog de Gregory Moine Le Blog de Gregory Moine. Vous le savez: les photos de magazines sont toutes retouchées.

Les stars avant/après les retouches Photoshop « Le Blog de Gregory Moine Le Blog de Gregory Moine

Vas y que je t’enlève un bourrelet, un bouton disgracieux, ou encore des rides naissantes… Et quand c’est un star qui passe au scalpel virtuel, c’est fait avec encore plus de minutie… (Comprendre: c’est un peu exagéré). Déplacez votre souris sur les photos pour voir l’avant/après retouche Photoshop. C’est assez saisissant.

(trouvé sur Ellf.ru) Maintenant, cliquez ici pour découvrir les STARS AVANT/APRES LES MERVEILLES DU MAQUILLAGE ICI D’autres articles bien marrants sont disponibles sur le site, faites un tour sur l’index des articles ou cliquez sur un des thèmes a droite -> Merci pour votre visite! MEN & FEMININITY. « Je le fais pour moi-même » Pour moi-même et personne d’autre, je me maquille, je me démaquille, je met un masque pour éviter que ma peau s’abîme trop à cause du maquillage, de la clope et du vieillissement.

« Je le fais pour moi-même »

Pour moi-même et personne d’autre, j’arrache chaque poil de mon corps à la cire, à l’exception des cheveux et des sourcils. Ca fait mal, mais il faut souffrir pour être belle. Pour moi-même et personne d’autre, je porte des talons qui impriment à ma démarche ce mélange de grâce et de maladresse qui la font immédiatement qualifier de féminine. Mes pieds ont mal, mon dos est cambré, rehaussant mes fesses d’un galbe précieux aux regards, et je sais que je finirai par avoir des problèmes de dos. Mais je le fais pour moi-même. Injonctions, poil au

En écrivant « je le fais pour moi-même » je me doutais qu’il y aurait polémique.

Injonctions, poil au…

Sans revenir sur les accusations de misogynie (parce qu’il n’y a strictement rien de misogyne dans ce que j’ai écrit, bien que je m’attendais à ce que ça puisse être interprété de travers), plusieurs choses ont été dites qui m’ont un peu surprise. Par exemple, que l’article affirmait que toutes les raisons qu’ont les femmes de se préoccuper de leur apparence sont des injonctions patriarcales; ou encore que j’étais contre le fait de porter des jupes ou des soutien-gorges. Dit comme ça, ça peut faire sourire. Pourtant, c’est un peu problématique parce que je trouve que ce que je dénonçais était assez évident et pourtant ça n’a pas été compris.

Mépris et misogynie ordinaires. Dans ce blog, il y a des photos, des idées, des fleurs, des zombies, des cailloux, et plein d’autres trucs.

Mépris et misogynie ordinaires

Mais il y a surtout une chose: des sujets qui fâchent. Pourquoi les petites filles portent du rose et les garçons du bleu. Jupe blanche, chapeau à plume, cheveux frôlant les épaules... et pourtant, c'est bien Franklin Delano Roosevelt, le 32e président des Etats-Unis, que l'on voit sur cette photo d'enfance postée par Themarysue.

Pourquoi les petites filles portent du rose et les garçons du bleu

Etonnant? Pas vraiment. Si cette tenue paraît aujourd'hui surprenante, les conventions sociales de 1884, époque à laquelle a été prise la photo, voulaient que les enfants portent des robes jusqu'à l'âge de 6 ou 7 ans, qui était aussi le moment de la première coupe de cheveux, lit-on sur le Smithsonian. La revue américaine se penche sur la question de la mode chez les jeunes enfants, et interroge Jo B. Paoletti, historienne à l'université de Maryland, qui a écrit Pink and Blue: Telling the Girls From the Boys in America, à paraître cette année. Jo B.