background preloader

Définitions

Facebook Twitter

Afropéen : ni rejeter, ni s’y soustraire. Un des mots clés qui m’aient poussé à ouvrir mon blog était le mot « afropéen », lu par hasard dans un roman de Léonora Miano.

Afropéen : ni rejeter, ni s’y soustraire

C’était il y a trois ans et personne n’avait ce mot à la bouche, on pouvait y voir seulement ses balbutiements dans une littérature afropéenne francophone et anglophone. En effet, la seconde fois où je me suis vraiment décidée à m’interroger sur ce terme, c’est avec le projet de Johny Pitt, Afropean. En trois ans, ce mot semblait déferler comme une vague sur les réseaux sociaux, au point que je me retrouve moi-même interroger aux côtés d’Eva Doumbia sur le sujet, elle qui avait mis en scène ce même livre de Léonora Miano que j’apprécie tant. Avec ce mot, on a vu également « afrodescendante » se populariser, notamment avec de fortes personnalités comme Amandine Gay qui n’a cessé d’asseoir sa légitimité. Bref. Ces derniers donc m’ont interessé par leur scepticisme soudain à l’égard des termes « afropéen ».

I. « Pas légitime », un rejet aléatoire II. III. Comprendre le colorblind(ness) Y a-t-il un « néo-racisme » ? Dans quelle mesure convient-il de parler d'un néo-racisme ?

Y a-t-il un « néo-racisme » ?

Cette question nous est imposée par l'actualité, sous des formes qui varient quelque peu d'un pays à l'autre, mais qui suggèrent un phénomène transnational. Elle peut toutefois s'entendre en deux sens. D'une part, assistons-nous à un renouveau historique des mouvements et des politiques racistes, qui s'expliquerait par une conjoncture de crise, ou par d'autres causes ? D'autre part, dans ses thèmes et dans sa signification sociale, s'agit-il véritablement d'un racisme nouveau, irréductible aux « modèles » antérieurs, ou bien d'une simple adaptation tactique ? Je me préoccuperai ici avant tout de ce second aspect de la question. Une première remarque s'impose.

Cette remarque est juste, elle est même vitale, mais elle n'élimine pas tout problème. C'est aussi, notons-le, ce qui fait la difficulté de critiquer le contenu du racisme savant, et surtout de son influence. Nous pouvons alors nous retourner vers le « néoracisme ». La tyrannie de la respectabilité (aka "Respectability Politics") Aujourd’hui, je veux vulgariser la notion de Respectability Politics avec vous (que je vais franciser la politique de respectabilité, n’ayant rien trouvé en français comme traduction).

La tyrannie de la respectabilité (aka "Respectability Politics")

Vous la connaissez bien. Sans connaître ce gros mot, vous connaissez bien le discours dont on parle lorsqu’on évoque cette notion. Je sais que certains, versant dans l’anti-américanisme primaire, ne croient pas au bienfait de reprendre certains concepts du discours antiraciste américain, mais partout où il y a de la suprématie blanche, ces concepts auront de la résonance (cf référence à l’article plein de ressources de Trudy plus bas, ainsi que celui de Tits and Sass pour un point de vue d’une travailleuse du sexe noire).

Mon credo est simplement de les contextualiser, ce que je vais tenter de faire ici. Donc, qu’est-ce-que la politique de respectabilité? Il s’agit tout simplement des règles que toute personne non-blanche devrait suivre pour être considérée humaine, du point de vue blanc. Like this: Racisme : définition politique. Je pensais avoir suffisamment exprimé ce qu’était le racisme, tel que je le considère.

Racisme : définition politique

Au vu de certaines questions qui m’ont été posées, et de certaines interpellations, je vois qu’il n’en est rien. Il est vrai que j’en ai donné un aperçu ici et ici, mais je pense qu’il faut essayer d’expliquer pourquoi il est pertinent de décorreler ce que j’appelle racisme et ce que le commun – étant souvent des dominants – appelle racisme. La définition du mot racisme fait toujours débat. De nombreux éléments peuvent être apportés, au cours de celui-ci (certains même intéressants), mais parler de la définition du racisme, c’est un peu comme batailler avec le mot « privilège » : une bataille du sémantique qui distrait des problématiques de l’on veut – ou non – aborder.

Néanmoins, je vais accepter de jouer à ce jeu pour une dernière fois. Rappelons d’abord les trois définitions les plus courantes pour le mot racisme : La seconde définition est déjà plus intéressante en soi. Pour aller plus loin : [FR]