AU-DELÀ | Rob Gordon a toujours raison AU-DELÀ | Rob Gordon a toujours raison Selon les premiers échos, le dernier Eastwood en date serait moins bon que les précédents, voire même l'un des plus gros ratages de sa carrière. Ce serait oublier qu'Au-delà possède deux atouts qui lui permettent d'échapper au peloton de queue des oeuvres du sieur Eastwood : l'absence de manichéisme et le refus de titiller les glandes lacrymales. En cela, ce film prétendument surnaturel surpasse allègrement des abominations telles que Million dollar baby ou Gran Torino et de gentilles guimauves comme Sur la route de Madison.
Le grand Clint Eastwood qui réalise un film sur ce qu’il y aurait après la mort c’est un suite relativement logique dans son oeuvre. En effet non seulement à 80 ans passés et plus de 30 films au compteur Monsieur Eastwood n’a plus rien à prouver et peut se permettre quelques fantaisies mais cela fait maintenant très longtemps qu’il a entamé son dialogue avec la grande faucheuse. Dans ses films ou dans ceux des autres il a toujours abordé la mort, d’une façon ou d’une autre, plus ou moins appuyée. Au-delà (Hereafter, 2010 Au-delà (Hereafter, 2010
Au-delà-Clint Eastwood-Critique du film Au-delà-Clint Eastwood-Critique du film Synopsis : Au-delà est l’histoire de trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu’elle soulève. George est un Américain d’origine modeste, affecté d’un “don” de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée.