New tech

Facebook Twitter

ITespresso TV : J. De Labriffe (IAB) : “La pub traditionnelle n’ Le président français de l’Interactive Advertising Bureau revient sur les travaux portant sur la publicité vidéo mais aussi sur son extension vers les mobiles.

ITespresso TV : J. De Labriffe (IAB) : “La pub traditionnelle n’

Autant entrer dans le vif du sujet. La tribune de Vincent Labey, P-DG d’Aegency (ciblage publicitaire), récemment publiée sur ITespresso.fr, fait boule de neige. « La publicité traditionnelle n’est pas morte », rétorque Jérôme de Labriffe. Dans le cadre d’une interview vidéo réalisée en marge de la conférence de presse pour la présentation du Baromètre (morose) de la publicité sur Internet, le président de la branche française de l’Interactive Advertising Bureau (IAB), fait le point sur les travaux actuels du club comme les formats publicitaires vidéo. Il aborde également l’essor de l’Internet mobile qui, grâce à la « rupture » iPhone, ouvre des perspectives intéressantes. V. Labey (Aedgency) : La mort de la publicité traditionnelle. Le ciblage comportemental a essuyé de nombreuses critiques dans la presse récemment.

V. Labey (Aedgency) : La mort de la publicité traditionnelle

En particulier depuis que l’Union Européenne a déposé un recours contre le gouvernement britannique, lui reprochant de ne pas avoir sanctionné BT pour avoir testé illégalement sa plate-forme Phorm sur Internet. Mais en dépit de cette chasse aux sorcières menée par la presse, les consommateurs semblent favorables à cette technique marketing à condition qu’elle serve uniquement à mieux répondre à leurs besoins. De l’avis des consommateurs comme des gouvernements, la publicité reste le meilleur moyen de financer l’accès gratuit à Internet. Après tout, quasiment toutes les chaînes télévisées sont aujourd’hui financées ainsi alors que le lancement de la première chaîne de télévision commerciale dans les années 1950 avait suscité le même genre de débat. Innovation unlimited - Enterprise and Industry - European Commis. Netvibes introduit de nouveaux widget Facebook, Myspace et Twitt.

Vente-privee.com ne connaît pas la crise. Le site Vente-privee.com, spécialiste du déstockage sur internet, table sur un chiffre d'affaires de 650 millions d'euros en 2009, en hausse de 27% par rapport à 2008, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué.

Vente-privee.com ne connaît pas la crise

Au premier semestre, la société a enregistré un chiffre d'affaires de 324 millions d'euros, en hausse de 40% par rapport à 2008, une performance supérieure à la moyenne du secteur. Fondé en 2001 par Jacques-Antoine Granjon, Vente-privee.com est le précurseur du concept de ventes privées sur internet. Basé sur le parrainage, il consiste à proposer sur une durée limitée et à prix cassés une sélection de produits de marques, allant de l'habillement à l'électroménager, en passant par l'automobile, la bijouterie de luxe et l'alimentaire.

Le groupe est rentable depuis 2004, a indiqué M. Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente-privée.com - Calmé - Gaëll. > Réplique exacte du magazine, l'édition digitale de Challenges vous offre le même contenu que la version papier, enrichie par des vidéos complémentaires sur différents articles.

Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente-privée.com - Calmé - Gaëll

> Où que vous soyez, Challenges reste directement accessible en ligne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. > L'édition digitale est à votre disposition mercredi soir à 20h, la veille de la sortie en kiosque de Challenges. > Vous pouvez sélectionner, partager vos articles préférés sur des réseaux sociaux et des blogs et effectuer des recherches par mots-clés. Vos archives sont également accessibles simplement. Trend to Watch: Industries Taking New Shape - HBR Now - Harvard. SocialSewing, Beeme and post.it.nodes at Microsoft Research's De. ReadWriteWeb Interview With Tim Berners-Lee, Part 1: Linked Data. La techno est-elle devenue notre culture ? Par Hubert Guillaud le 08/07/09 | 6 commentaires | 5,207 lectures | Impression Dans un récent article de son blog, l’éditorialiste Kevin Kelly explique “pourquoi la technologie ne peut pas nous combler”.

La techno est-elle devenue notre culture ?

Il y évoque notamment les amish, cette communauté chrétienne qui vit volontairement à l’écart de la société moderne, ou les hippies qui comme Kevin Kelly lui-même dans les années 70, se sont retirés hors du monde pour construire de nouveaux rapports sociaux et de nouveaux rapports à la technologie, voire encore ces hackers qui dans nos sociétés modernes “utilisent le moins de technologie possible pour accomplir quelque chose”. Eric Brende, étudiant au MIT, s’est ainsi retiré un temps chez les amish, comme il le raconte dans son livre, Better Off.

Depuis quelques années, il est revenu à la civilisation, mais en ayant une consommation mesurée des technologies. Changer la planète : la voie du désir ? Par Rémi Sussan le 30/06/09 | 2 commentaires | 3,872 lectures | Impression “Changer la planète, la voie du désir”, ainsi était nommée à Lift 2009 la session consacrée au “green design”, un titre qui résume bien les difficultés et les ambiguïtés propres à ce sujet.

Changer la planète : la voie du désir ?

Comment rendre les transformations nécessaires à la sauvegarde de notre environnement souhaitables, désirables ? Innovation: Sometimes It Takes a Village. L’innovation ouverte pour changer l’évaluation du risque financi. Par Charles Nepote le 07/07/09 | 6 commentaires | 3,940 lectures | Impression Les principes du libre et de l’innovation ouverte contaminent un à un tous les pans de l’économie.

L’innovation ouverte pour changer l’évaluation du risque financi

Le dernier cas en date concerne la finance mondiale et plus particulièrement les agences de notation. Vous vous souvenez ? Le retour des communautés. Et si, plutôt que de partir de technologies, on prenait comme point de départ, et de focale, les gens ?

Le retour des communautés

Et si l’innovation considérait les gens, non pas comme des cobayes futurs consommateurs, mais comme des coconcepteurs futurs coproducteurs, et coparticipants ? Trente ans après les utopies communautaires des années 70, l’innovation technologique fait dans le social, et tente, de nouveau, de changer les gens, pour changer la vie. That’s Lift ! Frank Kresin, de la Waag Society d’Amsterdam, développe des prototypes de technologies créatives pour l’innovation sociale, parce que l’innovation peut aider les gens à se connecter et mieux comprendre ce qu’ils sont (voir sa présentation).