background preloader

Les stratégies de fidélisation et de conquête

Facebook Twitter

Mercatique relationnelle et transactionnelle. Trophée de la banque 2017 prix special avantage client LCL - MeilleureBanque.com. Détails.

Trophée de la banque 2017 prix special avantage client LCL - MeilleureBanque.com

Comment mesurer le succès de votre programme de fidélité ? Alors que les programmes de fidélisation client sont de plus en plus courants, les données indiquent qu’ils ne génèrent pas tous un retour sur investissement.

Comment mesurer le succès de votre programme de fidélité ?

Et selon McKinsey, un grand nombre d'entreprises dans plusieurs secteurs perdent de l'argent principalement à cause de leurs systèmes de récompenses. En raison de cela, il est absolument vital que les organisations surveillent leur programme de fidélisation et suivent le retour sur investissement, non seulement pour garder un œil sur les avantages et l'efficacité du programme, mais aussi pour s'assurer qu’il ne vous met pas dans le rouge financièrement. Cependant, mesurer l'impact de votre programme de fidélité n'est pas nécessairement simple, surtout si vous déployez plusieurs systèmes de récompense.

Il n'y a pas de chiffre magique que vous pouvez suivre pour déterminer précisément le rendement du programme, et les organisations ont donc besoin de mesurer une série d’attributs. Branding management. Banques : les clients plus infidèles et insatisfaits. « L'image des banques est à son meilleur niveau depuis 10 ans, avec 68% de bonnes opinions » se félicitait en septembre la Fédération bancaire française.

Banques : les clients plus infidèles et insatisfaits

Pourtant, la dernière étude du cabinet de conseil en stratégie Bain & Co révèle une toute autre facette, moins rose, de la relation des Français avec leur banque. Historiquement faible en France, dans un marché concentré et mature, le taux d'attrition (la perte de clientèle), a « presque doublé en trois ans, à 4,3% » constate Bain, qui a interrogé près de 15.000 clients français. Autre constat préoccupant, cette infidélité accrue des clients bancaires touche davantage les plus jeunes et les plus aisés, précisément les catégories courtisées par les établissements financiers. Les gagnantes : les banques en ligne en profitent Or un quart de cette érosion s'est déjà matérialisée en deux ans.

La part que pourraient capter les acteurs "non traditionnels" est évaluée à 5 milliards d'euros. Qualité de service, peut mieux faire. Quel est le prix de la fidélisation ? Regards sur les programmes de fidélité dans l’industrie des cartes de crédit - Observatoire de la Fidélité et de la fidélisation clientèle. Murthi (B.P.S.), Steffes (E.M.), Rasheed (A.A.), « What price loyalty?

Quel est le prix de la fidélisation ? Regards sur les programmes de fidélité dans l’industrie des cartes de crédit - Observatoire de la Fidélité et de la fidélisation clientèle

A fresh look at loyalty programs in the credit card industry », Journal of financial services marketing, vol. 16, pages 5-13, 2011. Comment les consommateurs réagissent-ils en fonction de leur programme de fidélité ? Quels programmes sont les plus rentables et pourquoi ? 1- Sujet Deux remarques ont depuis longtemps été formulées : acquérir un nouveau client a un coût bien plus élevé que conserver ses clients établis, et une réduction, même infime, du taux de déperdition des clients peut avoir des effets positivement disproportionnés sur les profits de l’entreprise. LCL repart à la conquête des étudiants.

Fort du succès remporté ces dernières années par « la banque à 1€ », LCL réédite son offre pour la rentrée étudiante autour d’un dispositif particulièrement innovant.

LCL repart à la conquête des étudiants

Que réserve le Crédit Agricole à sa filiale LCL ? Dans le cadre de son plan stratégique Ambition 2020, le Crédit Agricole a détaillé ce matin ses projets pour sa filiale LCL.

Que réserve le Crédit Agricole à sa filiale LCL ?

Largement axés sur la transformation digitale de l’enseigne, ils passeront par un redimensionnement du réseau d’agences, dont le nombre devrait passer de 1.880 actuellement à 1.600. 80.000 : c’est le nombre de nouveaux clients conquis en 2014-2015 par le Crédit Lyonnais (LCL). Un résultat visiblement insuffisant aux yeux de sa maison-mère, le Crédit Agricole. « LCL n’a pas délivré les performances espérées », a ainsi confié Philippe Brassac, le directeur général de Crédit Agricole SA (Casa), ce matin, à l’occasion de la présentation du plan stratégique Ambition 2020 de la banque verte. Un réseau amputé de 240 points de vente LCL, à l’heure actuelle, compte 1.880 agences en France, dont 68% en zone urbaine. Conquérir de nouveaux clients, un impératif pour la banque de détail - Les Echos. LCL se rapproche de ses clients grâce aux données. Véritable enjeu stratégique pour les entreprises du secteur bancaire, la relation client connaît actuellement une profonde mutation.

LCL se rapproche de ses clients grâce aux données

Parcours client, délais de réponse, positionnement des offres… Le Big Data transforme de nombreux aspects de la relation client. Isabelle Simelière, Directeur Stratégie LCL et développement retail l’affirme d’emblée : « La data est un enjeu stratégique pour LCL, comme pour beaucoup d’entreprises ! ». Tout comme 52 % des entreprises dans le monde(1), la banque s’est engagée dans une démarche Big Data. « Nous devons gérer et piloter nos données internes comme nos données externes, collectées principalement via Internet », résume Isabelle Simelière.

Le scoring en banque. Pourquoi les banques doivent évaluer la valeur de leurs clients - D.Views. En collaboration avec Norbert Le Boënnec, Associé Financial Services.

Pourquoi les banques doivent évaluer la valeur de leurs clients - D.Views

Avec le changement de paradigme provoqué par la crise et ses conséquences financières et réglementaires, les acteurs du secteur bancaire ont reconsidéré leur clientèle existante, qui constitue à la fois leur première richesse et leur base de croissance. La capacité à conserver ses clients et à développer le volume d’affaires généré est devenue une condition sine qua non de succès, et la volonté de renforcer la fidélité du client envers sa banque n’a jamais été si forte.

Dans ce contexte, évaluer la valeur de ses clients est une pratique incontournable pour bâtir une stratégie clients efficace et évoluer dans ses pratiques commerciales. Pour servir cet objectif, nous avons modélisé une approche spécifique reposant sur le calcul d’un indicateur synthétique d’estimation de valeur client (IVC), décomposé en un indicateur de valeur acquise et un indicateur de valeur projetée.