background preloader

Le sacre de Napoléon

Facebook Twitter

Le "Sacre" de David ou le jeu des sept erreurs. La peinture peut de grandes choses, y compris la peinture officielle.

Le "Sacre" de David ou le jeu des sept erreurs

Napoléon ne l'ignore pas, qui se dote dès octobre 1804 d'un "premier peintre" de l'empire. Jacques-Louis David, chef de file de l'école néo-classique, député à la Convention, ancien ami de Robespierre, a pris soin de témoigner son admiration fervente à l'ancien Premier consul devenu empereur. Il sait que le grand tableau qu'on lui commande doit glorifier la mémoire du sacre. Quel moment de la cérémonie choisir ? David pense naturellement d'abord à celui où Napoléon se couronna lui-même : il commence par le représenter au moment suprême, un pied en avant et les bras en l'air.

C'est donc le moment suivant qui est choisi : Napoléon couronnant Joséphine, à genoux devant lui. 1. Page. Etude du sacre de napoléon par David. Napoléon, David : le sacre de l'image. Napoléon - Le sacre de Napoléon. Jacques-Louis David (1748-1825) Le sacre de l'empereur Napoléon Ier et le couronnement de l'impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 Vue d'ensemble Huile sur toile 621 x 979 cm Paris, musée du Louvre, département des Peintures, Inv. 3699 (C) RMN Une véritable galerie de portraits Dans l'assistance, les personnages, près de cent cinquante, adoptent des attitudes conventionnelles et solennelles, respectant l'ordonnance des préparatifs voulus par Napoléon.

Napoléon - Le sacre de Napoléon

Quatre-vingt d'entre eux ont pu être identifiés. L'Impératrice est accompagnée de sa dame d'atours, Mme de Lavalette, née Beauharnais. Les maréchaux Kellermann, Pérignon et Lefebvre portent la couronne, le sceptre et l'épée de Charlemagne. Jacques-Louis David (1748-1825) Le sacre de l'empereur Napoléon Ier et le couronnement de l'impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 Détail : les princesses Huile sur toile 621 x 979 cm pour l'ensemble Paris, musée du Louvre, département des Peintures, Inv. 3699 (C) RMN. Le Sacre de Napoléon à la loupe. DAVID "Sacre de l'empereur Napoléon 1er et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre Dame de Paris, le 2 décembre 1804".

Huile sur toile peinte de 1805 à 1807 6m10 x 9m70 Musée du Louvre, aile Denon. courant artistique : peinture historique au style pictural appartenant au néoclassicisme.

DAVID "Sacre de l'empereur Napoléon 1er et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre Dame de Paris, le 2 décembre 1804"

Le peintre: Jacques-Louis David (1748-1825) est un artiste français: il naît à Paris et après une formation artistique, il se rend à Rome, où il reste 5 années. Ses œuvres témoignent des 3 périodes historiques contrastées de la fin de ce XVIIIème siècle : la fin de la Monarchie, la Révolution et l'Empire. Après l'apogée de l'Empire et la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815, David est condamné à l'exil sous Louis XVIII, pour avoir signé la condamnation à mort de Louis XVI. Le néoclassicisme: Le néoclassicisme apparait vers la fin du 18ème siècle . La peinture néoclassique se caractérise par une organisation rigoureuse, l'absence de toute sensibilité au bénéfice d'une réalité soulignant les vertus civiques.

Les peintres David, Ingres et Gros sont les principaux peintres de ce mouvement. Contexte historique: Le sacre de Napoléon. Contexte historique En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte.

Le sacre de Napoléon

Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. Devant son refus, on évoqua le mythe de l’empire carolingien, moins choquant que la monarchie pour les partisans de la république, d’autant que la notion d’empire s’entendait aussi de manière plus abstraite : Bonaparte ou la France révolutionnaire étendaient leur empire sur l’ensemble des territoires conquis. En avril 1804, le Conseil d’Etat suggéra officiellement la création de l’Empire, et le Sénat adopta le 18 mai 1804 la nouvelle constitution confiant le « gouvernement de la république » à Napoléon Bonaparte, empereur héréditaire.

Ce sénatus-consulte fut validé par plébiscite. Analyse de l'image Toutefois, si solennité il y a, le tableau ne reflète aucun sentiment religieux. Interprétation.