background preloader

Froussardistes

Facebook Twitter

Marieme Helie Lucas. Après les attentats, Mohammed 27 ans, témoigne depuis la capitale de l’Etat Islamique. Folie autour de Rachid Abou Houdeyfa, estampillé « imam radical » Va-t-en-guerre. La France n’est pas une terrasse. Il faut le dire à nos amis étrangers.

La France n’est pas une terrasse

Le territoire de la France n’est pas entièrement couvert de terrasses de bar où des filles et des garçons élégants, surdiplômés, travaillant dans la musique ou enseignant à l’université, boivent des verres en s’embrassant gentiment. La guerre véritable. Ce que nous avons entrepris ne doit être confondu avec rien d’autre, ne peut pas être limité à l’expression d’une pensée et encore moins à ce qui est justement considéré comme art.

La guerre véritable

Le Choc des civilisations : un concept zombie. Travail sur photographie de Cal Redback Par Olivier Schmitt Le « concept » de Choc des Civilisations revient régulièrement dans le débat public, en particulier en ces temps de questionnements sur l’apparente recrudescence de la conflictualité internationale (émergence de Daesh et conflit en Ukraine) et d’angoisse de la société française sur sa capacité à continuer d’inclure des citoyens de cultures et de confessions différentes.

Le Choc des civilisations : un concept zombie

Le terme, suffisamment vague pour laisser la place à des interprétations multiples, est utilisé dans des contextes très variés, pour l’approuver comme pour le dénoncer. Ainsi, à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo, le conspirationniste résidant en Syrie Thierry Meyssan prétendait que le massacre servait à alimenter la « stratégie du ‘choc des civilisations’ conçue à Tel-Aviv et à Washington ». Le deuxième problème fatal pour la théorie est qu’Huntington considère les identités comme fixes, or celles-ci sont malléables et variables. The refugees crescent in 2014. Who is selling arms, and who buys them? Raphaël Liogier : «Ne pas confondre jihadisme et néofondamentalisme»

Daech n’est pas Al-Qaeda, le recrutement ne se fait plus de la même manière, estime Raphaël Liogier, philosophe et sociologue du religieux, professeur à l’institut d’études politiques (IEP) d’Aix-en-Provence et au Collège international de philosophie de Paris.

Raphaël Liogier : «Ne pas confondre jihadisme et néofondamentalisme»

L’Etat islamique, cancer du capitalisme moderne. Le débat sur les origines de l’Etat islamique a largement oscillé entre deux points de vue extrêmes.

L’Etat islamique, cancer du capitalisme moderne

Certains accusent l’Occident : l’Etat islamique n’est rien de plus qu’une réaction prévisible à l’occupation de l’Irak, un autre contrecoup de la politique étrangère occidentale. Une France enfermée dans la « guerre contre le terrorisme » Le Proche-Orient est en feu en Syrie, en Irak, au Sinaï, au Yémen.

Une France enfermée dans la « guerre contre le terrorisme »

Nous pourrions prolonger ce sombre tableau vers la Libye et l’Afghanistan. Sur ces foyers de sang viennent souffler les intérêts d’acteurs régionaux comme l’Iran, l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Égypte ; internationaux avec les États-Unis et plus récemment la Russie — pour ne citer que les principaux. L'organisation de l'État islamique, de l'autre côté du miroir (2) Au cœur de ce théâtre de l’absurde, l’OEI occupe la scène principale et capte toute notre attention, comme si elle était le problème primordial à résoudre et non un sous-produit de tous les autres problèmes non résolus.

L'organisation de l'État islamique, de l'autre côté du miroir (2)

L'organisation de l'État islamique, de l'autre côté du miroir (2) L’organisation de l’État islamique, de l’autre côté du miroir (1) C’est un signe des temps, bien au-delà du Proche-Orient.

L’organisation de l’État islamique, de l’autre côté du miroir (1)

Nous sortons d’un monde relativement bien défini et intelligible et nous nous trouvons dans un temps de bouleversement chaotique et de réinvention. Par peur de l’inconnu et par nécessité de mettre un nom sur ce qui est en train de se passer, nous utilisons des parallèles et des références historiques erronés. Un jour c’est la fin des frontières Sykes-Picot ; le lendemain la Guerre froide recommence. Terrorismes, guérillas, stratégie et autres activités humaines. Communiqué de l’Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens (UGTG) : A propos des attentats de Paris. Afin de visibiliser l’activité syndicale de Guadeloupe totalement méconnue en France, aussi bien en terme d’action que de production de discours et d’idées, je reproduis ici un communiqué de l’UGTG concernant les événements tragiques survenus en France.

Communiqué de l’Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens (UGTG) : A propos des attentats de Paris

Comme vous le verrez, la condamnation ferme ne se prive pas d’une certaine lucidité, notamment sur la politique étrangère de la France, entre autres. A propos des attentats de PARIS. « Changez votre photo de profil » : Facebook et le bleu-blanc-rouge en un clic. The Not-So-Great Game in Syria. In the last few weeks, Russia has returned to the Middle East through a direct military intervention in Syria.

The Not-So-Great Game in Syria

In doing so, it has entered the Great Game for the heart of that country and the region. Early speculation that Russia intervened unilaterally to prop up the Bashar al-Assad regime has since been undermined by evidence that Russian air strikes are coordinated with an Iranian-supported regime offensive near Aleppo. In fact, it is likely that a June 2015 visit to Moscow by Qassem Suleimani, leader of Iran’s Revolutionary Guard Corps, was part of the planning for the eventual Iranian-Russian intervention. Assad apparently invited the Russian strikes, which has given them some degree of legitimacy, as has Moscow’s concurrent promotion of negotiations, which started in Vienna last week. But by intervening on behalf of what Russian officials call a “mosaic” of Iranian-supported forces, Moscow has picked a fight with Syria’s majority Sunni rebels and their brethren in the region. The Fate of a Joke in Lebanon. In the spring of 2010, three Lebanese comic-book artists were ordered to come to the Beirut headquarters of the Directorate of General Security, where the country’s censorship authorities are located.

Omar Khouri, Hatem Imam, and Fadi (the Fdz) Baki were in their early thirties, and had known one another since they were kids. (I’ve known Khouri and Baki since then as well.) In 2007, they founded Samandal, a trilingual comic magazine based in Beirut, which became an important platform for Middle Eastern comic artists. “When we were first called in, we had no idea what was going on,” Khouri said. “We assumed that there was a problem with our publishing license or some missing paperwork.”

The three were told to sit on a bench and not to speak to one another. “There was a group of men inside, some in uniform and others in plainclothes. Où en est la révolution au Rojava ? - #1. En Syrie, une expérience de démocratie directe, égalitaire et multiconfessionnelle tient tête à l'Etat islamique. Photo : © Michalis Karagiannis Les raisons d’espérer sont rares en provenance de Syrie. Mais en janvier 2015, le monde découvre, ébahi, les images de femmes kurdes en treillis qui participent à la résistance puis à la libération de la ville syrienne de Kobané.

Un mouvement démocratique et anti-patriarcal vient de défaire les forces ultra-réactionnaires de l’État islamique, victorieuses ailleurs. Deux modèles de société radicalement différents se font face. Pourquoi les services de renseignements français patinent face à l'Etat islamique. C'est un axiome que les experts de services de renseignement connaissent bien: dans le monde opaque des espions et des informations ultra-confidentielles, deux règles régissent tous les échanges, y compris en matière de lutte contre le terrorisme. Les deux règles d'airain du renseignement La première est le «donnant-donnant»: celui qui donne aujourd'hui doit pouvoir recevoir demain, ce qui suppose une confiance dans la fiabilité à long terme de son interlocuteur.

Fourate Chahal El-Rekaby : «Vous savez, à Beyrouth aussi, nous sortons»