background preloader

Quelques exemples de projets d'agriculture urbaine

Facebook Twitter

Les Fermes Lufa Inc. AGROCITÉ. Vidéo: Unité Agrocité AgroCité est conçue pour initier et soutenir des dynamiques civiques d’agriculture urbaine et pour accompagner des activités culturelles et pédagogiques reliées au projet R-Urban, qui émergent sur la ville Colombes.

AGROCITÉ

L’unité est composée de trois parties : une zone dédiée aux activités liées à la nature et à l’agricultureune zone dédiée aux activités d’agriculture urbaine civiqueun AgroLab spécialisé dans l’expérimentation et la production agricole organique et intensive. Agriculture urbaine : ce dont elle est capable (et ce qu'elle ne pourra jamais faire) ALIMENTATION - Qui se souvient encore qu'il y a moins de 150 ans, Paris était encore entourée de fermes, d'élevages, bref d'une ceinture agricole qui nourrissait la ville...

Agriculture urbaine : ce dont elle est capable (et ce qu'elle ne pourra jamais faire)

Ou encore que deux siècles plus tôt, la capitale était parsemée de champs, et même de pâturages où paissaient vaches et cochons? Plus grand monde. Depuis, l'invention du chemin de fer et du camion frigorifique ont repoussé l'agriculture loin des villes, et parfois même à l'autre bout du monde. Mais l'agriculture dans la ville appartiendrait-elle nécessairement au passé? Le boom de l’agriculture urbaine. A l'occasion du Salon de l'agriculture, «CNRS Le journal» revient sur le mouvement des jardins potagers urbains.

Le boom de l’agriculture urbaine

Un phénomène qui essaime aujourd’hui en France et en Europe, et qui questionne les chercheurs. Toits cultivés, jardins partagés, friches exploitées… Une déferlante verte aux formats nouveaux gagne aujourd’hui le cœur des villes de l’Hexagone et d’Europe, après avoir déjà conquis l’Amérique du Nord. En Île-de-France, de premiers recensements font ainsi apparaître que la surface totale des jardins associatifs pourrait atteindre celle de la surface de maraîchage professionnel ! Le boom de l’agriculture urbaine. Toits cultivés, jardins partagés, friches exploitées… Une déferlante verte aux formats nouveaux gagne aujourd’hui le cœur des villes de l’Hexagone et d’Europe, après avoir déjà conquis l’Amérique du Nord.

Le boom de l’agriculture urbaine

En Île-de-France, de premiers recensements font ainsi apparaître que la surface totale des jardins associatifs pourrait atteindre celle de la surface de maraîchage professionnel ! Et à Marseille, on compte un millier de petites parcelles où sont cultivés des légumes potagers sur une trentaine d’hectares.

Loin des canons agricoles classiques, lové dans les plus petits interstices de parfois quelques mètres carrés, le phénomène intrigue les scientifiques. Que cache cette multiplication d’expérimentations entre béton et bitume ?