background preloader

Inné ou acquis ?

Facebook Twitter

L’inégalité des sexes à l’école. Par des mécanismes fins, l’école fabrique des différences entre filles et garçons. Les albums de littérature enfantine, par exemple, véhiculent de nombreux stéréotypes que les élèves vont intégrer. Dans ces albums, il y a beaucoup plus de héros masculins que féminins. Les femmes qui y sont représentées sont plus souvent à l’intérieur, dans la sphère privée et sont plutôt passives.

A l’inverse, les hommes sont représentés à l’extérieur, dans la sphère public et sont actifs. De même dans les manuels scolaires, il y a très peu de figures féminines culturelles, ce qui crée un problème d’identification pour les filles. Elles n’ont pas de modèles, contrairement aux garçons, qui les pousseraient à s’investir dans un domaine particulier. Enfin, même les exercices pourraient contribuer à une différence garçons-filles, car leur contenu et/ou leur contexte de présentation sont plus souvent tirés de domaines d’intérêt des garçons.

Il faut distinguer le sexe (biologique) du genre (rôle social). Gender Bias In The Classroom: Do Teachers Give Boys More Attention? From “How Schools Shortchange Girls,” by the American Association of University Women: A large body of research indicates that teachers give more classroom attention and more esteem building encouragement to boys. In a study conducted by Myra and David Sadker, boys in elementary and middle school called out answers eight times more often than girls. When boys called out, teachers listened. But when girls called out, they were told to “raise your hand if you want to speak.” Even when boys do not volunteer, teachers are more likely to encourage them to give an answer or an opinion than they are to encourage girls. From the journal Childhood Education (v73 p36-9 Fall 1996): Teachers call on and interact with boys more than girls (Sadker & Sadker, 1994). From “Gender issues in the classroom” (Clearing House, Jul/Aug97, Vol. 70, Issue 6).

There is a need for more recent research; I certainly hope things have improved. Pseudo-Science Paving Path to Sexism in Classrooms. As the studies accumulate in this new era of pseudo-science, it seems that some school systems are embracing the gender studies with a frightening enthusiasm that could prove extremely detrimental to future gender equality. According to an article published by MSNBC in collaboration with Newsweek, some schools such as Foust Elementary in Owensboro, KY are trying a new program of dividing classes by gender, and using techniques that are gender specific to foster learning: So Gray took a controversial course for educators on brain development, then revamped the first- and second-grade curriculum. The biggest change: he divided the classes by gender. Because males have less serotonin in their brains, which Gray was taught may cause them to fidget more, desks were removed from the boys’ classrooms and they got short exercise periods throughout the day.

Because females have more oxytocin, a hormone linked to bonding, girls were given a carpeted area where they sit and discuss their feelings. L’école est-elle trop sexiste ? Je m'abonne pour 1,75€/mois Sur les bancs de l’école, les filles ne sont pas logées à la même enseigne que les garçons. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’Inspection générale de l’Education nationale. Les stéréotypes de genre sont encore trop présents à l’école primaire. Un rapport de l’Inspection générale de l’Education nationale, remis en mai au ministre de l’Education Vincent Peillon et révélé par Le Figaro, critique le manque d’égalité à l’école entre les sexes. Ce document publié fin juillet explique que l’école colle des étiquettes aux filles et aux garçons de manière plutôt sexiste. Les premières sont vues comme des filles sages et sérieuses, "naturellement responsables et prêtes à rendre service".

Toutefois, quand il s’agit de les considérer à l’égal des garçons, les maîtres éprouvent des difficultés. Vers plus de mixité dans les programmes La mixité scolaire ne s’est généralisée dans toutes les filières qu’en 1975 avec la loi Haby. Gender Bias in Education. Gender Bias in Education by Amanda Chapman of D'Youville College "Sitting in the same classroom, reading the same textbook, listening to the same teacher, boys and girls receive very different educations. " (Sadker, 1994) In fact, upon entering school, girls perform equal to or better than boys on nearly every measure of achievement, but by the time they graduate high school or college, they have fallen behind. (Sadker, 1994) However, discrepancies between the performance of girls and the performance of boys in elementary education leads some critics to argue that boys are being neglected within the education system: Across the country, boys have never been in more trouble: They earn 70 percent of the D's and F's that teachers dole out.

This performance discrepancy is notable throughout Canada. The socialization of gender within our schools assures that girls are made aware that they are unequal to boys. Teachers socialize girls towards a feminine ideal. References. Le sexisme inconscient des enseignants détournent les filles des filières scientifiques : partie 1. Partie 1 : les mécanismes invisibles. Dès le primaire, les filles sont plus performantes à l’école. Elles redoublent moins, leur taux de réussite au brevet et au baccalauréat (84,8 pour les garçons et 87,4 pour les filles en 2009 pour l’ensemble des séries (1) ) est meilleur (2; 3).

Les filles réussissent-elles à cause de leur sérieux ? … A la fin du collège, les filles s’orientent plus vers l’enseignement général et technologique que vers l’enseignement professionnel. Or la filière scientifique représente des débouchés professionnels prestigieux et bien rémunérés, tels qu’ingénieur ou médecin. Les enseignants en sciences et mathématiques ont des attentes différenciées pour les filles et les garçons En cours, les enseignants consacrent un peu moins de temps aux filles, notamment en mathématiques (4; 5; 6) – environ 44% de leur temps, contre 56% aux garçons Cette différence, qui peut sembler a priori négligeable, est cependant importante au vu du temps qu’un élève passe en classe (4). 1. 2. Le sexisme inconscient des enseignants détournent les filles des filières scientifiques : partie 2, l’Effet Pygmalion.

La statue de Pygmalion devint vivante. Les croyances deviennent-elles réalités ? Partie 2, Effet Pygmalion : les dangers des stéréotypes et des préconçus Pour clore ma petite série d’articles sur le sexisme à l’école, je vais parler de l’Effet Pygmalion (ou effet Rosenthal). Cet effet, qui se rapproche de l’effet placebo par certains aspects, pointe le danger des stéréotypes. L’effet Pygmalion est une prophétie autoréalisatrice qui consiste à influencer l’évolution d’un élève en émettant une hypothèse sur son devenir scolaire.

Première expérience sur des rats (1) Ce phénomène a été mis en évidence par Rosenthal, d’abord sur des rats. En réalité, les étudiants croyant avoir affaire à des rats intelligents, ont pris soin d’eux et ont été patients avec eux le long de leur apprentissage, ce qu’ils n’ont pas fait avec les rats considérés comme stupides, ce qui peut expliquer les meilleurs résultats du groupe 1. Expérience retentée à l’école… (2) Et le sexisme dans tout cela ? Sources 1. 2. 3. 4. L'école : garçon, filles à égalité ? - Université de Lorraine. En mathématiques, les filles font jeu égal avec les garçons. Une étude américaine révèle que, contrairement à une idée reçue, l'aptitude dans cette matière ne dépend pas du sexe. Très répandue, même chez les professeurs et les parents d'élèves, l'idée selon laquelle les filles auraient moins la «bosse des maths» que les garçons ne repose sur aucune base scientifique sérieuse.

Ce préjugé, particulièrement marqué aux États-Unis, ne saurait en tout cas expliquer, et encore moins justifier, la sous-représentation féminine qui prévaut encore dans les écoles d'ingénieurs ou les cursus universitaires de sciences physiques. Leur verdict est sans appel : en mathématiques, les différences entre les sexes sont mineures pour les élèves, au collège et au lycée de 7 à 17 ans et ce, quelle que soit leur origine ethnique (Blancs, Asiatiques, Hawaïens…).

Peu de thèsardes en ingénierie. Les hommes et les femmes sont-ils égaux face aux mathématiques ? Si vous avez vu le documentaire Comment j'ai détesté les maths, d'Olivier Peyon, cela vous a peut-être frappé même si ce n'est pas le sujet du film : sur les 17 chercheurs et professeurs de mathématiques qui apparaissent dans le film, 15 sont des hommes et deux seulement sont des femmes. Le reflet de la réalité. Les mathématiques sont-elles réellement plus compliquées pour les filles que pour les garçons ? © Wikimedia Commons - Wallpoper Si l'on regarde les lauréats de la médaille Fields (en anglais) - considérée comme l'équivalent du prix Nobel de mathématiques - depuis la création du prix en 1936, sur les 52 médailles décernées, pas une seule n'a été attribuée à une femme. En France, le CNRS compte dans ses rangs 16 % de mathématiciennes pour 84 % de mathématiciens. Le test Des chercheurs de l'Université de Provence ont fait passer un test à des écoliers et des écolières.

Cette expérience a été réalisée sur deux groupes comprenant des filles et des garçons. Pour que cela change. Both Genders Think Women Are Bad at Basic Math. Think women can’t do math? You’re wrong—but new research shows you might not change your mind, even if you get evidence to the contrary. A study of how both men and women perceive each other's mathematical ability finds that an unconscious bias against women could be skewing hiring decisions, widening the gender gap in mathematical professions like engineering.

The inspiration for the experiment was a 2008 study published in Science that analyzed the results of a standardized test of math and verbal abilities taken by 15-year-olds around the world. The results challenged the pernicious stereotype that females are biologically inferior at mathematics. Although the female test-takers lagged behind males on the math portion of the test, the size of the gap closely tracked the degree of gender inequality in their countries, shrinking to nearly zero in emancipated countries like Sweden and Norway. Study participants of both genders were divided into two groups: employers and job candidates.

Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ? #lefilm | Penser/Classer. Alors si ce n’est pas la sélection sexuelle, il reste la sélection naturelle. Les grands seraient-ils meilleurs à la chasse, ont-ils rapporté les meilleurs mammouths à la grotte, les plus gros poissons et les meilleurs fruits des arbres ? Et comme les femmes se penchaient pour cueillir les fruits, elles auraient eu plus intérêt à être petites ? Sauf qu’on sait (grâce à l’anthropologie) que la galanterie est un gadget assez récent et peu généralisable, les femmes ne sont pas cantonnées aux tâches légères/simples, qu’elles sont chargées de tâches très difficiles et demandant de la force physique, dans plein de cultures et régions du monde, et que cela en a probablement toujours été ainsi. Le film montre plein de femmes qui portent des charges hallucinantes et font des boulots durs. Il y a de bonnes raisons de penser qu’« il vaut mieux » être grande, pour une femme, si on veut avoir des enfants.

Bon alors c’est quoi la réponse ? Ma conclusion : enthousiaste ! La recherche au cinéma. Recherches de Priscille Touraille. Priscille Touraille : anthropologue J’ai grandi dans un environnement de théologiens, et toute mon adolescence, j’ai été taraudée par cette question : sur quelles bases un savoir de type religieux peut-il se prétendre plus vrai qu’un autre (au point que les discours de vérité aient pu servir de justification pour détruire des cultures et des populations entières) ? À l’âge de 12 ans, j’ai entendu parler une ethnologue à la radio, et ça été la révélation : j’ai décidé à ce moment-là que je ferai ce métier, parce que je voulais défendre le fait que les idées et les croyances qui forment notre culture n’ont pas de raison a priori d’être considérées comme supérieures à celles défendues par d’autres cultures… La division Homme/Femme Le projet anthropologique est d’étudier toutes les cultures humaines vivantes, et d’essayer –son objectif limite– de les comparer entre elles.

Je vous renvoie à la définition ordinaire des dictionnaires. Retour au menu Double dimension biologique et sociologique. Compte rendu de réunion de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. Présidence de Mme Marie-Jo Zimmermann, Présidente – Présentation des conclusions du rapport d’information sur le genre et la dépendance (Mme Marianne Dubois, rapporteure) – Audition de Mme Catherine Vidal, neurobiologiste, directrice de recherche à l'Institut Pasteur La Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes a procédé à l’examen des conclusions du rapport d’information sur le genre et la dépendance (Mme Marianne Dubois, rapporteure).

La séance est ouverte à seize heures quarante-cinq Mme Marianne Dubois. L’espérance de vie des Français est passée, en 2009, à 84,5 ans pour les femmes et à 77,8 ans pour les hommes. Préoccupé par l’accroissement du nombre de personnes très âgées en situation de perte d’autonomie, le Gouvernement a lancé en février 2011 une réflexion nationale sur ce thème de la dépendance. Les femmes âgées peinent à financer leur perte d’autonomie. Notre collègue, M. Mme la présidente Marie-Jo Zimmermann. Mme Marianne Dubois. “Les femmes ne sont pas égales à l’homme, mais les 2 sont complémentaires." «La femme n'est pas un chimpanzé» Dans son nouveau livre «Le Conflit, la femme et la mère» (Flammarion), la philosophe Elisabeth Badinter dénonce l'idéologie de la mère parfaite.

A ses yeux, le bébé est devenu le nouveau bras armé du patriarcat. Entretien (c)Ibo/Sipa Pour Elisabeth Badinter, "le bébé est le meilleur allié de la domination masculine". Le Nouvel Observateur. - Réalisez-vous que vous venez d'écrire une sorte de livre noir de la maternité? Elisabeth Badinter. - Non, ce livre est un cri d'inquiétude. N. E. N. E. N. E. N. E. N. E. N. E. (c)Plinio Lepri/AP/Sipa Romulus et Remus... N. E. N. E. N. E. N. E. N. E. (c)Kalvachov Hana/Isifa/Sipa A Prague, en janvier 2009, soixante-huit mères ont allaité leurs enfants en public pour protester contre Facebook, qui avait retiré des photos d'allaitement. N. E. N.

E. N. E. Propos recueillis par Anne Crignon et Sophie des Déserts => Lire la suite de cet entretien avec Elisabeth Badinter => Une chercheuse américaine répond à Elisabeth Badinter => => Toute l'actualité littéraire. Sexe VS Genre. Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes? Il existe des groupes d'auto-défense qui, au cours de stages réservés aux femmes, parviennent à convaincre celles-ci qu'il leur est tout à fait possible de couper en deux une épaisse planche de bois à l'aide du tranchant de la main. Le stage s'achève sur cette épreuve. Cela pourrait faire rire, et pourtant: quand les participantes qui viennent ici réparer leurs plaies ou simplement prendre confiance en elles se trouvent face au rectangle de pin brut, elles respirent un bon coup, elles frappent et la planche tombe, coupée en deux, sous leur propre regard médusé.

«Je n'aurais jamais cru que je pouvais faire ça». Et pour cause. La société occidentale n'encourage pas les femmes à croire qu'elles sont aussi fortes que les hommes. Elles ne développent donc pas leur force. Pire: elles l'inhibent. Bien sûr, il y a des femmes qui sont moins fortes que les hommes. «Bien sûr, il existe des différences biologiques entre les corps mâles et femelles, soutiennent Amanda Roth et Susan A.

Pourquoi les filles sont plus fragiles que les garçons ? Des inégalités dans la douleur. Tip: Women Are Not Weaker Than Men. Les jouets ont-ils encore un sexe? Qu’est ce que le privilège masculin ? Différence de confiance en soi entre garçons et filles. Dès l'enfance les garçons sont + encouragés à la prise de risque & les filles à la patience. La carrière d'une femme sur deux freinée par le manque de confiance en soi. Le mystère féminin. Au secours ! Le Figaro Mag veut sauver les garçons. Hommes-femmes : pour Vidal, aucune différence dans le cerveau n’est innée | Rue69.

C. Vidal - Le cerveau a-t-il un sexe ? Égalité filles-garçons - Le cerveau a-t-il un sexe ? Sexe du cerveau : l'étude qui embrouille les neurones. Notre cerveau a-t-il un sexe ? Counterbalance: Gendered Perspectives on Writing and Language. Neurosexism: the new form of an old idea. L’essentialisme ou le déterminisme des sexes. Croyances sur la domination : exemple des grands singes.