background preloader

Décrochage scolaire

Facebook Twitter

Décrochage : élèves à risque pour les profs. Lutter contre le décrochage scolaire st devenu une priorité régulièrement rappelée par l'institution scolaire.

Décrochage : élèves à risque pour les profs

Mais quel est son prix ? C'est cette question que soulève Françoise Bruno dans un article de la revue Questions vives totalement consacré au décrochage. "La prise en charge des élèves à risque de décrochage peut constituer une entrave à l’organisation par l’enseignant d’un milieu de travail pour les élèves", relève -t-elle, "entraînant un conflit entre préoccupations et occupations... Une des principales caractéristiques des élèves pointés comme à risque de décrochage scolaire est que leur intégration dans le groupe de pairs est difficile, sur le plan des apprentissages comme sur celui des relations sociales.

Elle plaide pour une formation approfondie des enseignants. Dossier lutte contre le décrochage - Café pédago. Dossier décrochage scolaire - Café pédago. Semaine de la persévérance - Acad' Mtp. A l'occasion du lancement de la 1ère semaine de la persévérance scolaire dans l'académie de Montpellier, Armande Le Pellec Muller, recteur de l'Académie de Montpellier, chancelier des universités a visité le micro-lycée rattaché au lycée Georges Pompidou de Castelnau-le-Lez, et a rencontré les élèves engagés dans ce dispositif innovant, et leurs équipes éducatives le lundi 15 février 2016.

Semaine de la persévérance - Acad' Mtp

La persévérance scolaire est un enjeu majeur : s'engager auprès des jeunes et les accompagner vers la réussite est une priorité pour l'ensemble de la communauté éducative.Pour valoriser l'engagement et la mobilisation des équipes, l'académie de Montpellier s'inscrit pleinement dans le plan national « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire » en organisant la première semaine de la persévérance scolaire. 19 actions majeures sont ainsi organisées dans l'académie de Montpellier. Des initiatives innovantes contre le #décrochage dans les académies. Académie d'Aix-Marseille La culture, levier de raccrochage dans la classe Tremplin Association Les têtes de l'art, Marseille, Bouches du Rhône Contexte et enjeux Implantée depuis 16 ans sur le territoire de la Belle de Mai, l'association Les Têtes de l'art agit au croisement des actions culturelles et éducatives.

Des initiatives innovantes contre le #décrochage dans les académies

MLDS - Acad' Mtp. Mission de lutte contre le décrochage scolaire La mission de lutte contre le décrochage scolaire vise à prévenir et à prendre en charge le décrochage scolaire.

MLDS - Acad' Mtp

Par des actions de prévention, elle s’efforce de réduire le nombre de sorties sans qualification. Elle prend également en charge les élèves décrocheurs de plus de 16 ans en vue d’un raccrochage et/ou d’une qualification reconnue, pour une insertion sociale et professionnelle durable. Au-delà de son activité menée au titre de la prévention, en lien avec les établissements scolaires, la MLDS travaille en étroite collaboration avec les responsables des « plates-formes de suivi et d’appui aux jeunes décrocheurs » et des réseaux FOQUALES (Formation QUALification Emploi). Lorsqu’un élève quitte le système éducatif sans qualification, il appartient au chef d’établissement de le diriger vers la MLDS, dans l’année suivant sa sortie, ou pendant la scolarité (en cas de rupture ou d’échec aux examens sans possibilité de redoublement).

Rapport IGEN. Décrochage scolaire - Rémi Thibert. Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire. Infographie : l’essentiel des mesures Découvrez l'infographie interactive Le décrochage scolaire : enjeux et diagnostic Le décrochage : de quoi parle t-on ?

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire

Circulaire MEN avril 2017. Depuis sa mise en œuvre en 2014, le plan de lutte contre le décrochage scolaire, qui s'appuie sur une coopération et une coordination renforcées, au service de la prévention et de la prise en charge des jeunes, a permis de réduire le nombre de jeunes sortant sans diplôme du système scolaire.

Circulaire MEN avril 2017

A la rentrée 2016, on estime à 98 000 le nombre de jeunes sortants dans l'année ; dans le même temps, la proportion de jeunes de 18 à 24 ans ayant quitté le système scolaire sans diplôme a été réduite à 9,3 %, soit une part significativement inférieure à la moyenne européenne qui s'établit à 11 %. En 2015-2016, 26 186 jeunes sont revenus en formation.

Dans le prolongement de ces résultats, j'ai fixé comme ambition commune au système éducatif de réduire le nombre de sortants du système scolaire à 80 000 jeunes pour la rentrée 2017 et chacun d'entre vous a été sollicité pour mobiliser, à cette fin, les dispositifs et leviers du plan « Vaincre le décrochage scolaire ». Décrochage scolaire - Daniel Frandji. Semaine de la persévérance. Persévérance scolaire : Rémi Thibert. Je suis intervenu devant des IEN de la voie professionnelle dans le cadre du Plan national de formation, à Paris au début du mois, pour parler de persévérance scolaire.

Persévérance scolaire : Rémi Thibert

Approche différente, parce que plus positive, du décrochage scolaire à propos duquel j’interviens régulièrement depuis la publication de mon Dossier d’actualité « Décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs« . Pourtant, c’est bien de lutte contre le décrochage dont il s’agit, dans son volet prévention. Je vous renvoie à l’article de blog que j’ai publié sur Éduveille, et vous propose ci-dessous le diaporama que j’ai présenté.

Voici une définition donnée par les cahiers pédagogiques suite aux journées de la réussite éducative : le concept de persévérance scolaire « met en avant l’idée de faire des efforts (sans tomber dans l’acharnement ou la souffrance) en étant accompagné et celle de continuité du parcours scolaire du jeune, tout en sachant qu’il n’y a pas de modèle de réussite scolaire. La persévérance scolaire comme alternative au raccrochage. Le recensement des décrocheurs n’est pas une mince affaire.

La persévérance scolaire comme alternative au raccrochage

Dès 1992, le ministère en dénombre quarante-cinq-mille par an. À la fin des années 90, les mêmes sources en donnent 8 % d’une classe d’âge, soit environ soixante-mille. Le 11 juillet 2004, le journal Libération en compte cent-mille. En 2005 le ministre de l’Éducation en personne arrive à cent-cinquante-mille.