background preloader

Médias

Facebook Twitter

Communication, Information, Internet, Médiatisation, Presse, Réseaux sociaux, Télévision

La presse féminine est-elle le tombeau de l’émancipation féminine ? – Mondes Sociaux. Nombre de journalistes et de scientifiques partagent une même posture : la presse féminine ne serait qu’un amas de normes aliénantes pour les femmes. Pire, leur production ne vanterait que le soin des apparences, la gestion du foyer et de la famille, les soins des enfants, une sexualité libre et épanouie, un travail émancipateur, un mode de vie plus écologique etc. Autant de recommandations indiquant aux femmes comment faire, comment être, selon des modèles figés et des injonctions commerciales. Il ne s’agit pas de s’opposer à ce constat mais de revenir sur l’histoire de cette presse et de ses contenus pour tenter de comprendre les enjeux complexes de la première presse de France.

Pour étudier l’histoire de la presse féminine française et des normes de féminité qui y sont diffusées, le magazine Marie-Claire représente une bonne source. Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. CC Gallica Marie-Claire. L’humour du Gorafi à la moulinette des chercheurs – Mondes Sociaux. Saviez-vous que l’humour est étudié par les sciences humaines et sociales ? Et bien oui, ce qui fait rire et les raisons pour lesquelles on rit, les mécanismes du rire, cela est aussi un l’objet d’étude pour les chercheurs. Bien sûr, un des lieux de prédilection de l’humour contemporain, c’est Internet et quoi de mieux comme « cobaye » que le Gorafi pour travailler sur l’humour ? C’est précisément ce qu’a fait Laurence Leveneur, Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de Rodez, Université de Toulouse 1 – Capitole. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, le Gorafi, anagramme de Le Figaro, grand quotidien français, est un site qui « se veut impartial et irréprochable » et qui entend « traiter l’information selon des sources contradictoires »… avant de préciser que « tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique.

Texte/Voix/Montage : Manon BrilMusique : OTAM. Digital History – Mondes Sociaux. In recent years, a shared space has become imperative: in our modern world of data, a revolution is underway in the humanities and social sciences. With the digitization of primary sources, historians are not immune to these changes, particularly historians of the contemporary period whose sources in the future will be ‘born’ in digital format.

Not only are historical sources being digitized, they are being made available online—researchers can now consult them without having to visit the archives. These two changes will force us – or have already pushed us – to adopt new tools and new methods and to think about a new epistemology. This collection of essays brings together feedback and assessments, both positive and negative, to foster broader reflection on the historical profession in the digital age. The chapters provide a better understanding of the tools and methods that are useful for historians trying to make their way through the now ubiquitous digital environment.

CC Pokepedia. Le Président de la République au risque des caricatures – Mondes Sociaux. Les élections présidentielles et leurs candidats sont depuis plusieurs décennies fortement médiatisés. Et bien évidemment – démocratie oblige – la satire est aussi au rendez-vous. En fait, ce phénomène ne date ni d’aujourd’hui, ni même d’hier. Dès la toute première élection présidentielle en 1848, la presse satirique et la caricature s’emparent de ces sujets, composant des doubles caricaturaux des divers candidats parfois redoutés par ces derniers. Les historiens Guillaume Doizy et Pascal Dupuy se sont penchés sur le sujet de la caricature présidentielle en analysant les caricatures de Nicolas Sarkozy et de François Hollande avec l’éclairage de l’histoire de cette pratique depuis 1848. Leur article « De 1848 à nos jours : le Président de la République face à son double caricatural » décortique les mécanismes de construction de la caricature d’un homme politique. Texte/voix/montage : Manon BrilImage : Jean JimenezMusique : OTAM CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux.

Les scandales entre cris et silences médiatiques – Mondes Sociaux. CC Pixabay Geralt Les scandales politiques, économiques et financiers sont monnaie courante dans les sociétés contemporaines et ils sont du pain bénit pour les médias, en particulier dans les périodes de campagne électorale. Pourtant, on remarque régulièrement que les sanctions prises en bout de course, quand elles existent, sont sans aucune commune mesure avec la flambée émotionnelle et/ou idéologique initiale. En outre, le traitement médiatique évolue au fil du temps : on passe insensiblement d’un « scandale » à une simple « affaire », puis à un banal « problème ». Le sociologue et juriste Pierre Lascoumes, chercheur au Centre d’Etudes Européenne, a publié en 2016 un article intitulé « Des cris au silence médiatique : les limites de la scandalisation ».

Ce texte propose de réfléchir aux différentes catégories de dénonciation publique et à la façon dont elles sont utilisées dans la presse française. Texte/voix/montage : Manon BrilImage : Jean JimenezMusique : OTAM CC Pixabay. Quand un club de foot communique comme une entreprise… – Mondes Sociaux. CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images « Le football est-il une entreprise comme les autres ? », s’interrogeait en 2014 Frédéric Thiriez, alors Président de la Ligue de football professionnel (LFP), dans la Revue Internationale et Stratégique.

Définir le club de football professionnel comme une entreprise suppose de le saisir comme une organisation à but lucratif combinant le travail et le capital afin de produire des biens et/ou des services marchands dans le but de réaliser des profits. On est alors très loin du sport associatif, à but non lucratif et fondé sur des valeurs comme le don de soi, la solidarité, le partage d’une passion. On est par contre de plain pied dans des débats « sans fin », très polémiques, mais aussi très anciens, puisqu’ils remontent pratiquement aux origines de ce sport. Nous n’allons pas, à notre tour, nous demander s’il est bon ou non de comparer le club professionnel et l’entreprise. CC Tibo pour Mondes Sociaux CC Pixabay Maiconfz. Des jeux vidéo dans nos musées – Mondes Sociaux.

Les technologies numériques sont partout autour de nous et changent nos pratiques. Les supports que nous utilisons aussi bien dans la vie pratique que dans nos loisirs évoluent très vite : alors que l’écran tactile est monnaie courante, le recours aux capteurs dans le jeu vidéo tend à éliminer totalement toute interface matérielle. Les institutions telles que les musées tentent de s’approprier ces nouveaux supports pour diversifier leurs contenus. Ces dispositifs modifient forcément l’expérience muséale du visiteur et les chercheurs s’intéressent à ces questions. Comment réagissons-nous devant un dispositif inconnu ? Quelles sont nos attentes dans une exposition traitant du jeu vidéo ?

La chercheure a observé les réactions des visiteurs face à une installation vidéo-ludique dans le cadre de l’exposition Jeu vidéo : l’expo, présentée en 2013-2014 à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris). Avides de Recherche est une émission du magazine Mondes Sociaux. L’histoire à la sauce numérique – Mondes Sociaux. CC Mondes Sociaux Un lieu commun s’est désormais imposé depuis quelques années : dans notre « monde de données », les sciences humaines et sociales sont en pleine mutation. Avec la numérisation de leurs sources primaires, les historien.ne.s n’échappent pas à ces changements, notamment les historien.ne.s du contemporain dont les sources à venir seront « nées » numériques.

À cette « mise en données » des sources historiennes s’ajoute leur mise en réseau, c’est-à-dire leur mise à disposition en ligne et la possibilité offerte aux chercheur.se.s de les utiliser dans leurs travaux sans nécessairement se rendre dans un centre d’archives. Mise en données et mise en réseaux nous forceront — voire nous ont déjà poussé — à adopter de nouveaux outils, de nouvelles méthodes, à penser une nouvelle épistémologie. Ce livre collectif réunit des retours d’expériences et des réflexions, positives et négatives, afin de susciter une réflexion sur le métier d’historien.ne à l’ère numérique.

CC Pokepedia. L’expatriation « à la française » au prisme des médias – Mondes Sociaux. CC Flickr Giovanni Orlando En France, un travail de mystification est à l’œuvre quand on parle de ceux qu’on a pris l’habitude de nommer les « expatriés ». Les médias nous abreuvent de discours tantôt alarmistes, tantôt enthousiastes, sur les jeunes diplômés et autres entrepreneurs dynamiques qui choisissent de quitter le pays pour d’autres contrées plus attractives, davantage propices à la réussite personnelle. Et d’attribuer la responsabilité de l’exode de nos forces vives à un manque général de compétitivité.

Absente du débat public, l’existence d’une stratégie commerciale puissante et subtile au service de programmes d’immigration choisie dans d’autres pays mériterait cependant toute notre attention. CC Pixabay OpenClipartVectors Pourquoi évoquer une stratégie commerciale au service de la migration ? Bantman-Masum E., 2015, « Migration Machine : Marketing Mexico in the Age of ICTs », in Frayssé O. and M. CC Flickr Roberto Rizzato CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux. La « crise des migrants » et sa médiatisation – Mondes Sociaux. CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux Calais, Lampedusa, Kos, Lesbos, Vintimille, Budapest… ces lieux frontaliers et de transit pour les migrants sont au centre de l’actualité médiatique.

Politique ou symbolique, perméable ou contrôlée, la frontière de l’Europe du XXIème siècle est porteuse d’un paradoxe : au sein d’une société qui se veut circulatoire et toujours plus connectée à l’échelle planétaire via des réseaux transnationaux en tout genre, la mobilité humaine s’accompagne d’un ensemble d’instruments de contrôle et de fermeture des frontières qui visent à sélectionner et à hiérarchiser les individus candidats à l’immigration. CC Pixabay OpenClipartVectors Le déploiement de ces dispositifs est particulièrement intensif, quoi que non exclusif, au niveau des frontières externes de l’UE. Le règlement européen dit « de Dublin » (n° 604/2013 du 26 juin 2013, dans sa version actuelle) détermine les conditions de l’octroi du statut de réfugié et de la protection humanitaire en Europe. Le sexisme bien tempéré du Canard Enchaîné – Mondes Sociaux. Le Vilain Petit Canard en vidéo, StéphyProd, 2010 « Allez les gars, ne vous laissez pas abattre !

» titrait la Une du Canard Enchaîné le lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo. On me pardonnera sans doute – et sinon tant pis – de détourner ce titre de son sens initial. L’injonction à tenir bon que je relaie est à prendre au sens des manifestes de La Barbe, groupe d’action féministe qui fait irruption dans les assemblées à majorité masculine : sous couvert d’encouragement, il s’agit donc de dénoncer dans le fonctionnement et l’organisation de l’hebdomadaire satirique ce qui apparaît aujourd’hui comme un sexisme difficilement supportable. Coulomb-Gully M., 2013, « “Ces Messieurs du Canard”. En 2015, le Canard Enchaîné fête ses 100 ans, une longévité qui fait rêver à une période où la presse écrite française connaît d’importantes difficultés. L’hebdomadaire occupe une place à part dans le paysage médiatique français.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux Le Corniaud, Gérard Oury, 1965. Bernard Maris.Un humaniste, un penseur critique de l’économie dominante. Bernard Maris, économiste reconnu, universitaire, écrivain, essayiste, journaliste, a été assassiné le 7 janvier 2015 avec plusieurs de ses amis de Charlie Hebdo. Il a été une personnalité marquante de la pensée économique contemporaine ; ses choix iconoclastes l’ont conduit à pourfendre inlassablement l’économie standard et à dénoncer ses impostures.

Acteur et penseur de son temps, dans une société soumise à des évolutions très puissantes depuis les années 1980 et à une crise sans précédent depuis le milieu de la dernière décennie, il s’est attaché, sans relâche, à participer à la tâche indispensable de l’examen des idées, des institutions, des pratiques, des discours. Son esprit critique s’accompagnait toujours de propositions fortes.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux Bernard Maris tenait beaucoup à son titre d’universitaire. Mais sa nomination comme Professeur fut mouvementée suite à une très longue et très vive délibération du Conseil National des Universités (CNU). Filmographie. Les supporters sont-ils réductibles à des meutes hystériques ? – Mondes Sociaux. Selon Jean-Marie Brohm, « La passion des sports où se déchaînent les vibrations de meutes hystériques (olas, chants guerriers, doigts d’honneur, trépignements furieux, hurlements vengeurs, appels au lynch) entraîne la régression émotionnelle et la fascination pour des spectacles futiles et dérisoires, sinon sanglants et dégradants (…) Le sport qui est de nos jours la principale marchandise de l’industrie de l’amusement est une véritable économie politique de la crétinisation des masses.

“On a gagné” hurlent les cerveaux reptiliens en brandissant banderoles ultras, calicots débiles et canettes de bière ». Cette déclaration doit réjouir ceux qui observent de loin le spectacle sportif avec un mélange de supériorité et de mépris. Mais que disent aujourd’hui les recherches -encore trop rares- en sciences humaines et sociales consacrées au dit spectacle, et plus précisément à ceux qui contribuent à l’animer, les supporters ? Lestrelin L. Basson J. Ensuite sur les collectifs de supporters : Réseaux sociaux contre réseaux sociaux ? – Mondes Sociaux. Au début des années 1990, la diffusion assez large d’Internet dans les milieux scientifiques a suscité des questions chez les chercheurs en sciences sociales qui étudiaient les réseaux sociaux, c’est-à-dire des ensembles de relations sociales entre des personnes, des organisations ou d’autres formes collectives.

L’une d’elles mérite que l’on s’y attarde : les structures relationnelles (taille, densité et composition des réseaux personnels…) évoluent-elles sous l’effet de la diversification et de la sophistication des moyens de communication ? Cette question est revenue de façon plus aigüe dans les années 2000, à la faveur de l’émergence des dispositifs de sociabilité comme Facebook ou Twitter qu’il est d’usage courant de nommer « réseaux sociaux ». Ces dispositifs offrent la possibilité de gérer de façon plus réflexive des relations sociales diverses, généralement regroupées sous le terme « amis ».

Grossetti M., 2014, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? Certainement. Le tuning, pratique populaire stigmatisée. CC Pixabay OpenClipart-Vectors Auteur d’un article sur le tuning publié en 2012 par la revue Sociologie de l’Art, Eric Darras, Professeur de Science politique, a accepté de répondre aux questions de Mondes Sociaux (MS) posées par Pierre Biet (Master 2 Expertise culturelle, IEP de Toulouse) et Elizabeth Cabrol (Master 2 Sociologie politique, IEP de Toulouse). Mondes Sociaux (MS) : Qui sont les adeptes du tuning ? Les tuners répondent que changer son auto-radio c’est faire du tuning. Le tuning est l’art de personnaliser son véhicule (vélo, moto, tracteur, automobile, camion…).

L’idée reste de fabriquer un véhicule unique, le sien. Quoi qu’il en soit le tuning comme hobby régulier semble majoritairement pratiqué par des hommes de moins de 25 ans qui comptent parmi ces « gars du coin » étudiés par Nicolas Renahy, cette jeunesse des bourgs ruraux confrontés à la désindustrialisation. Affiche de Fast and Furious: Tokyo Drift de Justin Lin, 2006 MS : Comment peut-on expliquer ces stéréotypes ? L’écologie dans les médias. #EP2014 ou les élections européennes depuis Twitter – Mondes Sociaux. Ladépêche.fr, un succès en trompe l’œil – Mondes Sociaux. Crise de la représentation ? – Mondes Sociaux. Politiques et presse people – Mondes Sociaux. Genre et médias – Mondes Sociaux.