background preloader

Entreprise

Facebook Twitter

Industrie, Firme, Innovation, Entrepreunariat, Développement, Travail, Emploi, Économie, Marché

Les origines du débat sur l’organisation du travail. Dans plusieurs pays européens, et notamment en France, l’organisation du travail fait aujourd’hui l’objet d’un débat qui met aux prises partis et mouvements politiques, syndicats et organisations professionnelles, citoyens et opinion publique, mais aussi chercheurs relevant de plusieurs disciplines. Mais est-ce si « nouveau » que cela ? Pour répondre à cette question, un détour par l’histoire est indispensable. En 1791, au cœur de la Révolution française, les parlementaires français suppriment les corporations de métiers et interdisent les coalitions d’ouvriers. Cette décision empêche un libre débat sur l’organisation du travail, qui reste longtemps du seul ressort des patrons.

Son livre est divisé en deux parties : la première porte sur cinq concepts de base (le travail, l’argent, la propriété, l’impôt, le commerce), et la seconde sur la concordance à établir entre les théories de l’économie politique et les règles de l’administration publique. CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images. Travail : les enjeux d’une « conversion » de la société française – Mondes Sociaux. Parlant, quarante ans plus tard, de l’Algérie en guerre qu’il a longuement sillonnée, Pierre Bourdieu suggère que « L’observation des conversions forcées, souvent très coûteuses et très douloureuses, que les nouveaux venus à l’économie proprement économique doivent opérer sous la pression de la nécessité permet sans doute de se faire une idée approchée de ce qui s’est passé aux origines du capitalisme, où les dispositions s’inventèrent en même temps que s’instituait peu à peu le champ dans lequel elles s’accomplissaient ».

On peut penser que la société française constitue un terrain particulièrement intéressant pour observer sur le long terme la conversion au capitalisme d’une société restée longtemps rurale. La Révolution française marque une ouverture sur le capitalisme, par la destruction des corporations et la reconnaissance de la liberté du commerce. CC Pixabay Tumisu En quoi l’adoption d’un Code du travail à partir de 1910 transforme-t-elle cette situation ? L’innovation au secours de l’environnement ? – Mondes Sociaux. En 1987, le Rapport Brundtland Notre avenir à tous commandité par l’ONU en vue du Sommet de la Terre définissait le développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Cette définition est importante car elle marque la prise de conscience et l’institutionnalisation des préoccupations environnementales. Pourtant, on a eu tendance trop souvent à opposer impératifs écologiques et économiques, pour soutenir la thèse d’une décroissance inévitable.

Décroissance qui serait la seule solution au réchauffement climatique, à la dégradation de la biodiversité et à l’épuisement des ressources naturelles. Dans cette conception du développement durable, les besoins des générations présentes et futures ne sont donc pas limités par le stock de ressources naturelles, mais par l’état des techniques destinées à en tirer parti. CC PublicdomainPictures.net Karen Arnold L’économie circulaire. Quand un club de foot communique comme une entreprise… – Mondes Sociaux. CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images « Le football est-il une entreprise comme les autres ? », s’interrogeait en 2014 Frédéric Thiriez, alors Président de la Ligue de football professionnel (LFP), dans la Revue Internationale et Stratégique. Définir le club de football professionnel comme une entreprise suppose de le saisir comme une organisation à but lucratif combinant le travail et le capital afin de produire des biens et/ou des services marchands dans le but de réaliser des profits.

On est alors très loin du sport associatif, à but non lucratif et fondé sur des valeurs comme le don de soi, la solidarité, le partage d’une passion. On est par contre de plain pied dans des débats « sans fin », très polémiques, mais aussi très anciens, puisqu’ils remontent pratiquement aux origines de ce sport. Nous n’allons pas, à notre tour, nous demander s’il est bon ou non de comparer le club professionnel et l’entreprise. CC Tibo pour Mondes Sociaux CC Pixabay Maiconfz. Quand le roquefort fait Société – Mondes Sociaux. Affiche publicitaire début XXe siècle. Crédits : Roquefort Société Fromage affiné dans les caves d’un petit village du sud de l’Aveyron qui lui a donné son nom, le roquefort est connu dans le monde entier pour symboliser « un certain art de vivre alimentaire, opposé aux dégâts de la ‘malbouffe’ ». Dans Le sacre du roquefort, Sylvie Vabre s’intéresse à Société, une des entreprises les plus emblématiques de sa fabrication, dont l’histoire est indissociable du produit qu’elle fabrique.

Comment cette entreprise a-t-elle réussi « à imposer dans l’imaginaire collectif un fromage moisi, veiné de ridules bleuâtres (ou verdâtres), à l’odeur et au goût très marqués et ce, sur (presque) tous les continents ? Vabre S., 2015, Le sacre du roquefort. CC Flickr Franck Barre Roquefort-sur-Soulzon (Aveyron) CPA Les cabanières CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux Illustration thèse Sylvie Vabre CC Wikimedia Commons Roquefort-sur-Soulzon (Aveyron)

Les recettes du développement économique local par l’innovation – Mondes Sociaux. Les politiques destinées à favoriser le développement économique local sont très nombreuses, portées par des acteurs variés. Toutes visent à peu près la même chose : assurer un développement pérenne permettant le maintien ou la croissance des emplois. Beaucoup misent sur les activités technologiques, censées être moins sensibles aux effets de la concurrence sur les coûts de la main d’œuvre et plus porteuses d’avenir. Certaines sont anciennes. Ainsi, quelques années avant la Révolution Française, les Etats du Languedoc ont créé une chaire d’université en chimie afin de développer une industrie locale. De fait, le chimiste recruté, Jean-Antoine Chaptal, a fondé des usines de soude, d’acide sulfurique, de sulfate de fer et de cuivre, employant plus de 1500 ouvriers.

Au départ, l’aménagement de parcs technologiques reposait sur l’idée qu’il était nécessaire de disposer de locaux pour accueillir des entreprises issues de la recherche académique locale. IncubateurEgg-001 CC Patrick Mignard. Quand un économiste français fascinait les gestionnaires allemands (1868-1914) – Mondes Sociaux. Cocorico© Stéphane Trapier La publication du grand Manuel des affaires de Jean-Gustave Courcelle-Seneuil en janvier 1855 contribue à fonder la gestion moderne en France, plus de cent ans avant que les sciences de gestion ne deviennent une discipline académique. Basé sur les notions de contrat de travail et de prudence dans les affaires, ce livre a un important retentissement, national d’abord, international ensuite.

En 1868 il est traduit en allemand et tous les ouvrages de gestion germaniques ultérieurs s’en inspirent plus ou moins. Et ce n’est que la montée du péril guerrier qui brise en 1914 cette influence sur la pensée des gestionnaires allemands. Courcelle-Seneuil J. Mais qui est donc Courcelle-Seneuil ? Jean-Gustave Courcelle-Seneuil est né le 23 décembre 1813 à Seneuil, hameau de la commune de Vanxains, petit village de la Dordogne. Caricature de Napoléon III© Phahn The Subsidised Mineowner, caricature britannique de 1925. CC Patrick Mignard © spDuchamp © Sean MacEntee. L’activité entrepreneuriale vue par les sociologues – Mondes Sociaux. A l’issue d’une recherche collective financée par l’Agence Nationale de la Recherche, Pierre-Marie Chauvin, Pierre-Paul Zalio et moi avons coordonné un ouvrage collectif présentant la façon dont les sociologues analysent l’entrepreneuriat. Rédigé par une trentaine d’auteurs et publié en 2014 par Les Presses de Science Po, le Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat explore les différentes facettes de cette activité, depuis les figures diverses de l’« entrepreneur » (le créateur d’entreprise, le dirigeant de groupe industriel, l’entrepreneur migrant ou le travailleur indépendant) jusqu’aux dispositifs qui l’encadrent (les « business plans », les lois relatives à la propriété intellectuelle), en passant par les concepts qui leur sont souvent associés (innovation, incertitude, profit) et les réseaux interpersonnels qui la sous-tendent dans les créations d’entreprises comme dans les petits mondes des dirigeants du CAC40.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux. Avions, marchés et usines du futur – Mondes Sociaux. Dans le cadre du séminaire Histoire mondiale de l’aviation, de ses acteurs et de leurs réseaux, une table ronde a été organisée le 4 octobre 2013 afin d’échanger sur les futures problématiques aéronautiques. Réunis autour de Med Kechidi (LEREPS), Marc-Daniel Seiffert (REGARDS) et Jean-Marc Olivier (FRAMESPA), les quatre invités (Renaud Bellais, Économiste, EADS Direction des Affaires Publiques ; Sébastien Rolet, EADS Innovation ; Joseph Huysseune, Thales Avionics ; Philippe Jarry, SNECMA/Airbus/SAFRAN), se sont attachés, dans leurs spécialités professionnelles, à présenter les grandes évolutions en cours et à venir dans ce secteur aux mutations rapides et permanentes. Renaud Bellais prend le premier la parole et s’intéresse aux dynamiques du marché afin de montrer comment cette industrie, très concurrentielle, se transforme et évolue, notamment en matière de besoins.

L’autre mutation majeure du marché est son organisation. Les chaînes de valeurs s’internationalisent de plus en plus. La création d’entreprise : un processus collectif et incertain – Mondes Sociaux. Comment se créent les entreprises innovantes, ces startups qui font l’objet de toutes les sollicitudes des pouvoirs publics ? Comment leurs fondateurs s’engagent-ils dans ces projets ? Quelle place prennent les relations interpersonnelles dans les processus de création ? Telles sont quelques-unes des questions qui ont conduit des chercheurs du Labex Structurations des Mondes Sociaux (SMS) – Michel Grossetti, en collaboration avec Jean-François Barthe, Christophe Beslay et Nathalie Chauvac – à mener depuis 2005 une enquête, qui a permis à ce jour de constituer un corpus d’une centaine d’histoires d’entreprises, suivies par l’équipe depuis leur création.

Grossetti M., 2011, « Les narrations quantifiées. Une méthode mixte pour étudier des processus sociaux », Terrains et Travaux, n°19, 161-182.Grossetti M., Barthe J. CC Pixabay Geralt Une méthode innovante a été mise en œuvre et développée à cette occasion. CC Flickr Eric Constantineau Ressources mobilisées. Trois mondes de cadres en entreprise – Mondes Sociaux. CC Ars Electronica La littérature en sciences sociales sur les cadres en France a mis en évidence l’hétérogénéité de la catégorie sociale en insistant sur les différenciations internes entre statuts, professions, positions de classe, genre, etc.

Les chercheurs discutent actuellement la thèse d’un éclatement de la catégorie des cadres. La recherche présentée ici (Projet CTE, financement ANR 2008-2010, Programme : Entreprises) propose d’aller plus loin en explorant, par une série d’entretiens, les mondes possibles des cadres. Les résultats de cette démarche, issue d’une analyse factorielle des discours (100 entretiens dans 7 entreprises et administrations), révèlent trois mondes distincts. Boltanski L., 1982, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris : Éditions de Minuit.Bouffartigue P., Gadéa C., Pochic S., éds., 2011, Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ? , Paris : Armand Colin.Courpasson D., Thoenig J.

Le premier est celui du cadre « serein ». CC Valérie CC Marion Klein. Toulouse, des avions et des hommes – Mondes Sociaux. Affiche du film Le petit Prince Dix-sept articles de contributeurs venus d’horizons complémentaires sont rassemblés dans Toulouse, des avions et des hommes, numéro hors-série de Midi-Pyrénées Patrimoine. Sous la direction de Bernard Seiden, les auteurs livrent une « synthèse des recherches récentes sur l’histoire de l’aéronautique toulousaine » agrémentée de nombreuses photographies. Cette publication est une étape importante pour le développement des recherches sur le patrimoine industriel local et régional. Seiden B., dir., 2010, Toulouse, des avions et des hommes : un siècle de succès aéronautiques, Midi-Pyrénées Patrimoine, Toulouse : Éd.

Dans la première partie, les pionniers de l’industrie aéronautique toulousaine sont mis à l’honneur. Pascal Gaste (Archives départementales de la Haute-Garonne) s’intéresse à un « concepteur d’avions aux idées novatrices », « l’un des plus grands créateurs d’avions » de l’entre-deux-guerres : Émile Dewoitine (1892-1979). Entrepreneuriat et tourisme sportif – Mondes Sociaux. Cette thèse se propose d’appréhender les processus de création et de développement des entreprises spécialisées dans l’encadrement de loisirs sportifs dans les espaces naturels.

Partant du constat que l’engagement professionnel dans ce domaine très particulier est lié avant tout à un engagement amateur dans la pratique de ces activités, une perspective dynamique a été adoptée car elle permet de mieux appréhender des ressources nécessaires à la création et au développement des entreprises en lien avec les parcours individuels et les différentes formes de l’engagement amateur.

Dubois F., La dynamique des formes sociales et des savoirs entrepreneuriaux : le cas du tourisme sportif, Thèse de STAPS, PRISSMH/SOI, Université Paul Sabatier – Toulouse 3. Situations de création – avant/après la création Le recueil des données a été réalisé dans le Département de l’Aveyron. Au total, plus de CC Jean Pierre. AZF : la sécurité en questions – Mondes Sociaux. Dans cet ouvrage « le cas AZF » n’est pas synonyme de catastrophe.

L’usine est analysée comme toute autre usine développant des règles de sécurité, mettant en place un service dédié et disposant d’un Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT). L’analyse se fonde sur les récits d’anciens salariés de l’usine. Ouvriers, cadres, syndicalistes racontent le fonctionnement quotidien, l’arrivée des dispositifs de sécurité, les étapes de son développement, la gestion des caillebotis, des soupapes et des jets de vapeur. Mais aussi leur vie et leur attachement cet environnement industriel. Bref, Les paradoxes de la sécurité – Le cas AZF est un livre qui traite d’une usine qui fonctionne, qui construit sa sécurité. Terssac G. de, Mignard J., 2011, Les paradoxes de la sécurité – Le cas d’AZF, Paris, PUF, coll.

L’ouvrage remonte dans le temps. L’usine AZF avant l’explosion Gilbert De Terssac Crédit image en bandeau : CC Freepik.