background preloader

Prostitution

Facebook Twitter

Magazine: Going undercover as a sex worker. Sometimes I wonder if I would do it again. That's the funny thing about life. Experience comes in random, sporadic servings. It's only years later that the story takes shape. I didn't intend to spend more than a year covering human trafficking. It ended up taking a decade. I didn't intend on reporting in more than two countries. So, how did I end up in nine? Before my trips, my mum used to ask: "It took us so many years to get out of poverty, why do you keep returning there?

" I can say the same about the Balkans. But there is one thing I couldn't understand. At first, I was a photojournalist. I knew about the shame and stigma in our culture. The 'break down' It took time to find women who had survived. I assumed that she was afraid of being photographed and recognised by those whom she had escaped. The camera reminded many of the young women of their experience of being trafficked. It was an effective method of control. I understood that the camera had become my foe. 'The banality of evil' Img/ManifesteEspaceP2013.pdf. Se prostituer, ce n'est pas seulement écarter les cuisses | Manon. Manon a 26 ans, elle se prostitue depuis cinq ans à Toulouse et dans sa région. Désormais porte-parole du Strass (Syndicat du travail sexuel), elle s'oppose à la proposition de loi débattue à l'Assemblée nationale à partir du mercredi 27 novembre qui entend pénaliser le client des prostitué(e)s.

Je n'ai jamais eu une vision misérabiliste de la prostitution et c'est pendant mes études d'infirmière que j'ai commencé à m'y intéresser. Parce que, à un moment, vous vous dites: je suis obligée de travailler pour gagner ma vie et il n'y a pas de raison de s'interdire de le faire de cette manière. Au début, j'ai regardé ça de loin puis finalement, à 21 ans, je me suis décidée à poster une annonce sur un site d'escort. C'était avant la fin de l'année scolaire. J'ai eu des réponses assez rapidement mais je voulais me laisser le temps de choisir mon premier client. Quand vous débutez, comme dans n'importe quel métier, vous vous dites que la prochaine fois sera mieux.

La Pénalisation des Clients. Prostitution : Pourquoi et comment j'ai viré anti-abolitionnisme. _ Les commentaires de ce blog sont toujours fermés. Blogger ne permet pas de les fermer, mais seulement de restreindre leur accès à une seule personne (soit moi même en fait), c'est donc pourquoi si vous essayez de poster, un message vous indiquera que "seuls les membres autorisés peuvent poster". Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez le faire via Twitter,Facebook, par mail... _ Cet article n'a pas vocation à présenter une critique GLOBALE des différents courants idéologiques relatifs à la prostitution, il se centre sur l'abolitionnisme. Le fait que je critique et mette en perspective diverses choses problématiques à son sujet ne signifie pas que les autres courants soient absolument épargnés de toute critique ou de toute chose problématique.

Lorsque j'ai commencé à me prostituer il y a maintenant trois ans, je ne me suis pas du tout impliquée dans le versant politique de mon activité. A présent, du temps est passé. Alors quoi? _ Les fameux 80% _ La foire aux amalgames. Paroles de Clients. « 343 salauds » emmenés par Beigbeder insultent le combat pour les droits des femmes | Ladies & gentlemen. Le 5 avril 1971, 343 femmes célèbres ou moins célèbres marquaient à jamais l'opinion française en co-signant une tribune à l'initiative de Simone de Beauvoir pour défendre le droit à la contraception et à l'avortement.

Vu sous l'angle du marketing politique, c'était un coup de génie : faire appel à plusieurs centaines d' "égéries" (des actrices, des écrivaines, des philosophes...) pour porter un message fort et incarné, suscitant l'adhésion et l'identification, ça n'avait encore jamais été fait. Et ça a eu son poids. Comme toute action efficace en direction de l'opinion publique, le "Manifeste des 343" a eu ses imitateurs et ses imitatrices. Parfois pour le meilleur : en se plaçant dans la lignée des femmes emmenées par Beauvoir en 1971, Clémentine Autain lançait il y a un an son "Manifeste des 313" femmes déclarant avoir été victimes de viol, pour dénoncer tous les tabous associés à la violence sexuelle.

Qu'il y ait débat sur la prostitution est un fait. Prostitution : le PNUD condamne sans appel le modèle suédois. Pourquoi la pénalisation du client de prostituées est une mauvaise idée. La députée Maud Olivier vient de présenter un rapport où elle préconise la pénalisation du client de prostituées.

Je n'entends pas ici qu'on débatte pour la 1250eme fois de l'abolitionnisme ou du non abolitionnisme mais juste de cette proposition de loi. Je vais néanmoins essayer pour celles et ceux qui ne connaissent pas le débat féministe d'expliquer ce que sont les deux positions majoritairement entendues chez les féministe françaises : - La position abolitionniste considère que la prostitution est forcément liée au sexisme, au racisme, à la lutte des classes de manière générale ; elle pose donc un problème en tant que telle et n'est pas qu'une conséquence ou un symptôme. Elle doit donc être abolie. Avant toute chose, ayant lu beaucoup d'âneries autour de la prostitution, je crois qu'il est encore une fois nécessaire de préciser une chose. Mais imaginons un peu la scène : Machin a soudain une soudaine pulsion sexuelle.

Qu'est ce que cela va entraîner à terme ?