background preloader

[Aout 2010] Sondage IFOP/Le Figaro : violence & insécurité

Facebook Twitter

Sécurité : les annonces de la majorité plébiscitées. Roms, déchéance de nationalité, peines planchers, vidéosurveillance : les idées de l'UMP sont approuvées aussi à gauche.

Sécurité : les annonces de la majorité plébiscitées

Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie. Carton plein Nicolas Sarkozy. Que ce soient les mesures annoncées à Grenoble par le président contre ceux qui s'en prennent aux forces de l'ordre, celles présentées par Brice Hortefeux sur les camps de Roms ou suggérées par le député UMP Éric Ciotti contre les parents de mineurs délinquants: les Français les soutiennent, et dans une proportion très large, selon notre sondage Ifop. La plus populaire, le contrôle des délinquants multirécidivistes par bracelet électronique plusieurs années après qu'ils ont purgé leur peine, recueille 89% d'avis favorables.

Dernière du palmarès, la condamnation à deux ans de prison des parents de mineurs délinquants qui ne respecteraient pas les injonctions de la justice est tout de même approuvée par 55% des personnes interrogées. Pas de révolution culturelle au PS. Annonces sécuritaires: IFOP a déconné » Article » OWNI, Digital Journalism. Un sondage IFOP révèle qu'une majorité de Français approuve la récente crispation sécuritaire de Nicolas Sarkozy. Mais est-ce vraiment le cas ? Décryptage et retour sur ces sondages qui nous inquiètent. Crédits : T0ad (unsitesurinternet.fr) La critique de sondages par OWNI, ou lorsque la soucoupe se plante... - Statosphère, les statistiques du web et d'ailleurs. Autant lorsque Jean-François Kahn ou Ségolène Royal décide de "se faire" un institut de sondage, l'effet de surprise est quasi nul : après tout, la discréditation des sondages est un fond de commerce et une pratique outrageusement éprouvée.

La critique de sondages par OWNI, ou lorsque la soucoupe se plante... - Statosphère, les statistiques du web et d'ailleurs

Il faut bien vendre des bouquins, et en faire la promotion chez Ruquier. En revanche, si Owni se prête à son tour à ce jeu simplet, alors j'avoue que la donne n'est plus la même : on ne peut pas se targuer de décrypter l'information tout en s'attaquant à des méthodologies complexes, ne laissant (quoi qu'on en dise et contrairement à la croyance devenue populaire) strictement rien au hasard. Bon nombre de trolleurs qui ont pour passe-temps de s'attaquer aux instituts de sondage s'emploient à les démonter systématiquement, en tirant à boulet rouge sur tout ce qui leur semble, de près ou de loin, "anormal". Owni n'est pas de cette trempe et m'a toujours habitué à des articles brillants, éclairés et à la valeur ajoutée indiscutable.

Yves-Marie Cann, Ifop: “Pourquoi s’en prendre au thermomètre ?” » Article » OWNI, Digital Journalism. Suite à la publication de l'analyse du sondage Ifop/Le Figaro sur les annonces sécuritaires du gouvernement, quelques critiques (constructives) ont été émises.

Yves-Marie Cann, Ifop: “Pourquoi s’en prendre au thermomètre ?” » Article » OWNI, Digital Journalism

La parole à Yves-Marie Cann, directeur d'études au Département Opinion et Stratégies d'entreprise de l'Ifop. Étonnée par les conclusions tirées du sondage Ifop/Le Figaro au sujet des nouvelles annonces sécuritaires de Nicolas Sarkoy, la rédaction d’OWNI a publié un article s’interrogeant sur les méthodes sondagières en général et les méthodes employées par l’IFOP dans ce cas particulier. Yves-Marie Cann, Directeur d’études au Département Opinion et Stratégies d’entreprise de l’Ifop, a souhaité nous répondre.

Comment se passe le processus pour de tels sondages commandés ? Quels sont la place et le rôle du commanditaire ? L’initiative d’un sondage peut revenir soit à l’institut soit au commanditaire de l’étude. L'IFOP invente le sondage à charge par TAIMOIN. L’IFOP vient de publier un sondage qui tend à montrer que les françaises et les français seraient extrêmement favorables aux mesures ultra-sécuritaires réclamées dernièrement par Sarkozy de Nagy-Bocsa, mesures pourtant fortement contestées dans l’ensemble de la presse et une bonne partie de l’opinion.

L'IFOP invente le sondage à charge par TAIMOIN

Les scores d’adhésion aux idées du locataire de l’Elysée atteignent, dans ce sondage à point pour lui, des niveaux dignes d’une république bananière. « 80% des sondés se disent favorables au retrait de la nationalité française pour les personnes d’origine étrangère coupables de polygamie ou d’excision, et 70% pour les délinquants d’origine étrangère en cas d’atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme ». Ce type de sondage relève de la méthode CAWI (Computer-Assisted Web Interviewing). La CAWI, comme les kebabs, est née avec la conjugaison crise/internet. Sans oublier un élément fondamental. Autre possibilité de diverger. Comment le vocabulaire a faussé les réponses. La méthode en question. Ce sondage controversé est-il « populiste » ?

La méthode en question

Technologie, choix des questions : enquête sur les conditions de sa réalisation. On a rarement d’aussi grosses surprises le matin du 6 août : les diverses mesures sécuritaires proposées par Nicolas Sarkozy et l’UMP réaliseraient un « carton plein » chez les Français, même de gauche. Les biais linguistiques du sondage Ifop/Le Figaro. Le sondage Ifop/Le Figaro sur la sécurité (cliquez pour agrandir) Voilà un sondage qui fait « juste son boulot ».

Les biais linguistiques du sondage Ifop/Le Figaro

Il teste l’adhésion de la population française aux annonces sécuritaires du gouvernement. Derrière ce visage lisse et neutre, il est intéressant non tant sous l’angle des questions qu’il pose, que sous celui des évidences informulées sur lesquelles il repose. Sécurité : de l'art de façonner l'opinion publique. Critiques (tardives) du Monde. Sécurité : un sondage plébiscité. En matière de sécurité, «les annonces de la majorité» seraient «plébiscitées».

Sécurité : un sondage plébiscité

Du moins Le Figaro l'affirme-t-il en une le 5 août, en s'appuyant sur un sondage Ifop : « Roms, déchéance de nationalité, peines planchers, vidéosurveillance : les idées de l'UMP sont approuvées aussi à gauche. » L'information est aussitôt reprise par une dépêche AFP, qui dictera le ton des médias dans leur ensemble : « Le consensus semble transcender assez largement les tranches d'âge, appartenances sociales ou préférences politiques affichées. » Clivages Sans doute quelques articles, de Mediapart à Libération, vont-ils mettre en cause la méthodologie.

L’enquête, contrairement aux usages, est menée au cœur de l’été. Les questions s’enchaînent au risque d’entraîner un « biais d’acquiescement » systématique. Un sondage 100% nul. Belle démonstration.

Un sondage 100% nul

Une semaine à peine après le discours de Grenoble, Le Figaro publie un sondage réalisé par l’IFOP, repris par l’AFP et Reuters, qui semble démontrer l’appui massif de la population aux annonces xénophobes de Sarkozy, sous le titre “Sécurité: Les Français plébiscitent les projets du gouvernement”. Selon l’UMP, «Ce sondage prouve, s’il en est encore besoin, que le Président de la République est à l’écoute des Français». Devant ces scores soviétiques, qui paraissent a priori étranges, plusieurs organes chaussent leurs lunettes pour chercher l’erreur.