Observations sociologiques du web & des internautes

Facebook Twitter

La participation en ligne ? 0,075% des lecteurs ! Le site Rue89 joue la vérité des chiffres, et c’est tout à son honneur.

La participation en ligne ? 0,075% des lecteurs !

Il a laissé un étudiant en statistiques analyser en profondeur ses statistiques d’utilisateurs et surtout, ce qui est bien plus rare, celles des commentateurs. On trouve dans les résultats de cette recherche une confirmation, mais aussi une surprise, qui bat en brèche le fantasme du web-agora, expression de la démocratie directe. On savait déjà que moins de 1% des lecteurs d’un site font des commentaires (pour Rue89, c’est 0,75%).

La surprise c’est que 80% des commentaires sont postés par seulement 10% des commentateurs, soit au final : 0,075% des lecteurs ! Au delà de la réalité de l’”enjeu participatif”, qui semble largement fantasmé, la question de la représentativité d’une “commentosphère” à la surface aussi réduite se pose aussi…Les chiffres publiés par VinceDeg sur Rue89 (“Riverains de Rue89, qui êtes-vous?”) - 15.000 inscrits ont laissé un commentaire depuis la création du site, il y a un peu plus d’un an. [France] Internet creuse la fracture civique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Thierry Vedel, politologue Quelles sont les sources privilégiées par les Français pour se tenir au courant de l'actualité politique ?

[France] Internet creuse la fracture civique

L'Internet tend-il à supplanter les médias traditionnels en matière d'information ? Les réseaux sociaux en ligne redonnent-ils une nouvelle jeunesse aux conversations dans la formation des opinions ? Alors qu'il existe de nombreux travaux sur les effets politiques des médias, on connaît beaucoup moins bien les pratiques d'information politique des Français.

Les premiers résultats d'une enquête réalisée par le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po), dans le cadre du projet Mediapolis, permettent d'analyser comment l'Internet modifie nos manières de nous informer. Médias traditionnels face à Internet. Mais en dépit (ou peut-être à cause) de la richesse de l'Internet, c'est toujours à travers les médias traditionnels qu'un grand nombre d'individus s'informent sur la politique. Fracture informationnelle. [2010] [FR] Etude des pratiques internet liées à la mode. Exemples de ce type de photos, classiques, mises en scène ou photoshopées (cliquez sur les images pour les agrandir) : Recherche d'originalité et « Do it yourself » Beaucoup de ces amateurs de mode sont à la recherche de tenues originales, voire si possible unique.

[2010] [FR] Etude des pratiques internet liées à la mode

La possibilité de voir les tenues d'internautes du monde entier crée une sorte d'émulation mondiale. On cherche à ne pas ressembler aux gens que l'on croise dans la rue, mais pas non plus aux autres internautes. Le foisonnement d'internet rend évidemment possible l'achat de marques peu connus, mais aussi la vente de vêtements vintages (occasion, vêtements des années 30, 40, 70, et caetera), grâce à des sites comme Ebay, Etsy et bien d'autres. C'est aussi une réaction à la « fast fashion », expression dérivée du « fast food » qui regroupe les vêtements produits à la chaîne dans des pays en voie de developpement, peu respectueux de ceux qui les produisent, et avec des tissus et coupes laissant à désirer. [2010] How The World Spends Its Time Online. Have you ever wondered how people across the world spend their time online?

[2010] How The World Spends Its Time Online

Global research firm Nielsen periodically releases data from its studies of consumer behavior online. Here are the 2010 findings regarding social networking, branding and world net usage. Total Time Online The average person spends more than 60 hours a month online. This is the equivalent of 30 straight days a year in front of a computer monitor, smart phone or other internet-capable device.

Social networking accounts for 22 percent of the time while 42 percent is spent viewing content, whether watching videos, reading articles or playing online games. Among people who use the Internet, each person visits 2,646 Web pages on 89 domains and logs in 57 times per month. [2010] Influence and Passivity in Social Media - HP Labs Research. HP study finds weak link between online popularity and influence.

Over the past year I've been following the work of Dr.

HP study finds weak link between online popularity and influence

Bernardo Huberman, director of HP Labs’ Social Computing Lab, and his team. HP has been applying rigorous scientific practices to the study of social media and it has a gold mine of research open to the public. It is worth emphasizing that HP's studies are designed to the highest scientific standards; they are not isolated case studies or the musings of a "social media expert. " They typically involve very large numbers of people and thus they reveal some fundamental aspects of our increasingly online culture. The latest study from Dr Huberman and team is on what makes a Tweet or a Twitter user influential. The study found: - Most Twitter users are passive, they do not re-Tweet. - There is a difference between popularity and influence.

. - To become influential, Twitter users must somehow persuade their followers to re-Tweet. How social networkers use news. Social dynamics in online cultural fields.