Histoire

Facebook Twitter

« L’Impérialisme » d’Hannah Arendt, l’étrange oubli… On est étonné du sort réservé dans l'« Hexagone », et ailleurs en Europe, au livre d'un auteur qui, nous dit-on, a été très apprécié, notamment par « les Nouveaux philosophes » et assimilés (Alain Finkielkraut etc.).

« L’Impérialisme » d’Hannah Arendt, l’étrange oubli…

Auteur qui passe aujourd'hui pour la grande théoricienne du « totalitarisme », thème dont on sait la cote actuellement dans le marché des idées : j’ai nommé Hannah Arendt. En effet, si The Origins of Totalitarisme date de 1951, l'édition française qui ne se passionne que pour la troisième partie du livre, à savoir Le Système totalitaire (Seuil, Paris, 1972), et ensuite pour la première partie (Sur l'antisémitisme, Calmann-Lévy, Paris, 1973). Elle omet la seconde partie L'Impérialisme, qui sera publiée, de manière fort discrète dix ans plus tard (1982). Le Point de vue animal. C'est le titre du dernier ouvrage d'Eric Baratay, publié au Seuil.

Le Point de vue animal

S'inscrivant dans la lignée de "l'histoire des vaincus" (Wachtel) ou "des anonymes" (Corbin), Baratay s'intéresse à la période - du XIXe à la moitié du XXe - où les humains ont utilisé les animaux en grand nombre - chevaux de mine, de batelage et de trait, vaches multi-usages, chèvres baladées en ville avec la montée de la consommation de lait. En partant du "point de vue animal", Baratay cherche à échapper au piège de l'histoire culturelle (les représentations humaines des animaux) et de l'histoire des techniques, pour relever tout ce qui, dans les rapports des ingénieurs des mines, dans les thèses vétérinaires, suggère la façon dont les animaux vivaient le sort qui leur était réservé.

What Makes Countries Rich or Poor? by Jared Diamond. Why Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity, and Poverty by Daron Acemoglu and James A.

What Makes Countries Rich or Poor? by Jared Diamond

Robinson Crown, 529 pp., $30.00 The fence that divides the city of Nogales is part of a natural experiment in organizing human societies. North of the fence lies the American city of Nogales, Arizona; south of it lies the Mexican city of Nogales, Sonora. *Before the Revolution* The author is Daniel K.

*Before the Revolution*

Richter and the subtitle is America’s Ancient Pasts. I admit I am a sucker for books on this topic, but so far it is one of my two or three favorite non-fiction titles of the year. Amazon. History of the Mafia by Salvatore Lupo | afoe | A Fistful of Eur. Seeing that the Italian Mafia has been generating headlines again, this may be a good opportunity to let our readers know about a new book by Columbia University Press: History of the Mafia by Salvatore Lupo.

History of the Mafia by Salvatore Lupo | afoe | A Fistful of Eur

The book was first published in Italian in 1996 and has now been translated into English by Donzelli Editore. Even though I find the book a tad too ‘academic’ at times, it is really useful in understanding just how the Mafia operates, where it comes from and how it continually adapts itself to new circumstances. It soon becomes clear that you cannot understand the whole Mafia phenomenon without a proper understanding of Italian history.

"Histoire secrète du patronat" : un polar avec rien que des méch. Histoire secrète du patronat Hé hé, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne se sont pas précipités au portillon !

"Histoire secrète du patronat" : un polar avec rien que des méch

Vous aurez beau chercher, vous ne trouverez pas grand chose dans les médias du microcosme sur le dernier ouvrage de Benoît Collombat et David Servenay, « Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours » (éditions la Découverte, 25 euros). Rien dans Le Monde, rien dans Le Nouvel Observateur, rien dans Libération.

La grâce de l'histoire, de Philippe Grasset

« Engels : Le gentleman révolutionnaire » par Tristram Hunt. [Présentation de l'éditeur] À la fois complice intellectuel et mécène de Karl Marx, Friedrich Engels (1820-1895), héritier d'une famille prussienne calviniste, endura une carrière dans le « maudit commerce » du coton afin d'assurer à son ami les ressources et la liberté nécessaires pour écrire Le Capital.

« Engels : Le gentleman révolutionnaire » par Tristram Hunt

Membre de la Bourse royale de Manchester, Engels menait la grande vie, buvait sec et s'adonnait à tous les plaisirs de l'existence : le château-margaux, la chasse au renard et la compagnie des femmes. Docteur Jekyll le jour, il était Mister Hyde la nuit, socialiste révolutionnaire en ménage avec Mary Burns, ouvrière irlandaise qui l'introduisit dans les milieux populaires. Cet écheveau de contradictions imprègne les œuvres majeures de Marx, auxquelles Engels insuffla son expérience des rouages du capitalisme mondial, de la vie en usine et de l'insurrection armée. L'enfer, blanc et froid - Critique de Explorations polaires (Bea. Teotihuacan : cité des dieux. Teotihuacán : "La cité où les hommes se transforment en Dieux... Une exposition « Teotihuacán, Cité des Dieux », s’est ouverte samedi à Monterrey, la grande ville du nord du Mexique.

Teotihuacán : "La cité où les hommes se transforment en Dieux...

Elle présente des pièces inédites de la capitale du plus grand empire précolombien édifiée par les Aztèques. Des trésors qui quitteront le Mexique en octobre pour être accueillis à Paris en 2009, au musée des Arts et civilisations du Quai Branly. Teotihuacán, Cité des Dieux » fait remonter à 150 ans avant notre ère, et jusqu’à l’apogée de la capitale aztèque, vers 650. En tout, 426 pièces inédites, jamais sorties des laboratoires de recherche, sont actuellement présentées au Musée national d’anthropologie et d’Histoire de Monterrey au Mexique. En octobre, l’exposition déménagera au musée des Arts et civilisations du Quai Branly. Teotihuacán. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Teotihuacán

Teotihuacan (qui s’orthographie également Teotihuacán[1], avec un accent sur la dernière syllabe, même si cela ne correspond pas à la prononciation en nahuatl[2]), est un important site archéologique de la vallée de Mexico, contenant certaines des plus grandes pyramides méso-américaines jamais construites en Amérique précolombienne. Outre ses structures pyramidales, Teotihuacan est également connue pour ses grands complexes résidentiels, sa chaussée des Morts, et ses nombreuses peintures murales aux couleurs bien conservées. La ville a sans doute été construite aux environs de 200 avant notre ère, et habitée jusqu'à sa chute entre les VIe et VIIe siècles. À son apogée dans la première moitié du Ier millénaire, à l'Époque classique, Teotihuacan était la plus grande ville de toute l’Amérique précolombienne.

À ce moment, elle pourrait avoir compté plus de 200 000 habitants, ce qui la plaçait à l’époque parmi les plus grandes villes du monde. Kessel, génial chroniqueur judiciaire. Vous vous délectez des chroniques judiciaires de Pascale Robert-Diard ?

Kessel, génial chroniqueur judiciaire

Vous avez dévoré les grands procès racontés par les journalistes du Monde ? Alors ne manquez pas ce livre : Jugements derniers, Les procès Petain, de Nuremberg et Eichmann. L’auteur ? Joseph Kessel. Le journaliste a chroniqué ces procès pour France Soir. Reinventing Collapse. J'ai souvent ri en lisant le livre de Dmitry Orlov (son écriture n'a rien de triste), que j'ai découvert plusieurs années après sa sortie, et dont j'ai déjà parlé à la fin du billet précédent (on en trouve une version abrégée en français ici, traduction d'une conférence donnée par Orlov deux ans avant la sortie du livre, où les principaux thèmes se trouvent déjà). Contrairement à lui, je n'ai aucune origine russe, mais, comme lui, j'ai beaucoup séjourné et voyagé en Russie au début des années 1990, immédiatement après l'effondrement de l'URSS.

J'ai souvent partagé la vie des « Russes d'en bas » et pu observer la façon dont ils s'adaptaient et parvenaient à vivre et à survivre dans un environnement « post-effondrement », marqué notamment par l'hyperinflation. C'est avec une certaine tendresse que je lis les descriptions que donne Orlov de ces adaptations, qui me rappellent de nombreux souvenirs. Jacques Le Goff.

« Troisieme nuit de Walpurgis » de Karl Kraus 1933. Notes sur le Troisième Reich (J. Evola) Détails Catégorie parente: Notes sur oeuvres Catégorie : Histoire. Barack Obama doit-il s'inspirer du clan Corleone ? | Rue89. Les adhérents de l’organisation caritative Oxfam portent les masques des chefs d’Etats du G8, à Rome (Max Rossi/Reuters) On se rappelle que dans le film « Le Parrain », Don Vito Corleone (joué par Marlon Brando), à la tête de la plus puissante organisation de la ville, est abattu par cinq balles alors qu’il se promène paisiblement dans les rues de New York. Comment réagir, se demandent ses trois fils ?

Book Review - 'Red Cloud at Dawn - Truman, Stalin, and the End o. Estimating when the Soviets could produce a. Following up on Alex's post on Soviet economic growth forecasts, I was intrigued to read the 1940s estimates, emanating from the United States, about when the Soviets would obtain a nuclear weapon. Leslie Groves — who knew something about building a bomb — testified in front of Congress that it would take them twenty years. In 1948 many Kremlinologists were saying "five to ten years," when in fact the Soviets had a usable bomb in 1949. In 1948 an engineer in Look magazine predicted the Soviets would get the bomb in 1954. Many scientists predicted 1952 and some thought 1970. The Joint Chiefs of Staff were predicted the mid- to late 1950s.


  1. reversus Dec 14 2010
    Oui je vais m'y employer ;-) Je te tiendrais au courant.
  2. moktarama Dec 14 2010
    Exact, fais-en une série d'interviews sur ton blog une fois l'article publié, le matériau devrait logiquement largement valoir cela. Ce serait dommage que ça reste dans tes archives, un sujet comme ça mérite mieux ;-)
  3. reversus Dec 14 2010
    Non seulement un article malheureusement, je vais obliger de réduire les interviews à des citations. Mais je pense que je publierai sur mon blog quelques itw en intégralité pour compenser.
  4. moktarama Dec 14 2010
    C'est pour un article seulement ? On te donne la place nécessaire ? Parce que va y avoir quelques pages à chaque fois vu les gens que tu interviewes...
  5. moktarama Dec 14 2010
    Pas du tout mais je viens d'aller voir : en somme, tu vas faire le tour des grands hommes de ce domaine ;-)
  6. reversus Dec 13 2010
    Oui c'est sûr. J'interview Antoine Prost mercredi. Je ne sais pas si tu connais ? Un autre très grand historien.
  7. moktarama Dec 13 2010
    effectivement... mais les entretiens devraient être passionnants en tout cas !
  8. reversus Dec 13 2010
    J'ai commencé ma series d'entretiens avec les historiens. Je vais essayer d'interviewer Le Goff mais c'est pas gagné...
  9. reversus Dec 13 2010
    Hello Moktarama, en parlant d'Histoire, je suis en train de préparer un article sur le rapport de N. Sarkozy à cette discipline et plus largement sur le rôle des historiens face au pouvoir central...