My new book released on February 25! Order it now! <grin>

danah boyd

danah boyd
danah boyd (born November 24, 1977 as Danah Michele Mattas[3]) is a social media scholar,[4][5][6][7][8] youth researcher, and advocate working at Microsoft Research, New York University Media Culture & Communication and the Harvard Berkman Center for Internet & Society. In 2009 boyd was named one of the most influential women in technology.[9] Early life[edit] Danah Boyd Danah Boyd
Par Hubert Guillaud le 06/01/10 | 25 commentaires | 11,108 lectures | Impression A la Web 2.0 Expo qui se tenait mi-novembre à New York, la sociologue danah boyd a, comme à son habitude, fait une brillante présentation sur les conséquences qu’il y a à vivre dans un monde de flux, notamment en commençant à en dresser la liste des limites. Explorons dans ses pas – partiellement, mais fidèlement -, son “Streams of Content, Limited Attention: The Flow of Information through Social Media” (Flux de contenus, attention limitée : le flot d’information dans les médias sociaux). Image : danah boyd sur scène à la Web 2.0 Expo à New York en novembre 2009, photographiée par James Duncan Davidson. Vivre dans des flux Nous vivons dans des flux, comme l’expliquait Nova Spivack, c’est-à-dire dans un monde où l’information est partout. [2010] Ce qu'’implique de vivre dans un monde de flux « Int

[2010] Ce qu'’implique de vivre dans un monde de flux « Int

[2010] "Streams of Content, Limited Attention: The Flow of Information through Social Media" [2010] "Streams of Content, Limited Attention: The Flow of Information through Social Media" "Streams of Content, Limited Attention: The Flow of Information through Social Media" danah boyd Web2.0 Expo New York, NY 17 November 2009 [This is a rough unedited crib of the actual talk] Citation: boyd, danah. 2009. "Streams of Content, Limited Attention: The Flow of Information through Social Media." Web2.0 Expo.
Vivre avec, dans et autour de l’information

Vivre avec, dans et autour de l’information

La lecture de la semaine il s’agit d’un texte de danah boyd signalé par un auditeur fidèle de l’émission Régis Barondeau que je remercie à cette occasion. Je parle souvent de danah boyd ethnographe américaine spécialisée dans l’étude des réseaux sociaux et particulièrement dans l’usage qu’en font les jeunes Américains. Dans ce texte, qui date de 2009, danah boyd étend son champ d’intérêt. Son objet est ici d’interroger une notion qu’elle appelle le flow qu’on pourrait traduire par le “flux”», et les conséquences de cette injonction à être dans le flux. Mais ce qui est plus intéressant encore dans ce texte, c’est, me semble-t-il, son caractère très critique. Une critique de l’intérieur, qui provient d’une des analystes les plus fines des nouveaux médias.