Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Andersen[modifier | modifier le code] En 1979, Aldo Cardoso entame sa carrière en tant que consultant auditeur au sein du groupe Andersen. Il y est nommé associé en 1989, puis directeur du Département Audit en France en 1993. Aldo Cardoso Aldo Cardoso
Presse : fin de "l'assistance respiratoire" ? (rapport) Vers la fin du "système d'assistance respiratoire permanente" des journaux français ? Un rapport commandé à la fin des Etats généraux de la presse, organisés fin 2008 à la demande de Nicolas Sarkozy, préconise de transformer le système des aides à la presse. Elles coûtent plus d'un milliard d'euros par an à l'Etat, alors que la France est un des pays développés où la diffusion des quotidiens est la plus faible: 159 quotidiens pour 1000 habitants, contre 305 en Allemagne, et plus de 600 au Japon… Le sujet est hautement sensible dans les journaux, comme nous l'avons déjà souvent signalé. Presse : fin de "l'assistance respiratoire" ? (rapport)
Un rapport remet en question le système d'aides à la presse - Média Un rapport publié jeudi 9 septembre propose de conditionner les aides à la presse versées par l'Etat, évaluées à plus d'un milliard d'euros par an, à une stratégie d'innovation et de maîtrise des coûts des journaux. L'objectif est de sortir le secteur d'un "système d'assistance respiratoire permanente". Commandé à l'issue des Etats généraux de la presse en 2009, le rapport d'Aldo Cardoso a été remis mercredi aux ministres du Budget et de la Communication, François Baroin et Frédéric Mitterrand. Un rapport remet en question le système d'aides à la presse - Média
Joffrin pour un maintien sélectif Joffrin pour un maintien sélectif Vite Dit Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.
Quand Laurent Joffrin sollicite l'Elysée au mauvais moment
"Le patron de Libé a jeté un surprenant pavé dans la mare avec son édito qui plaide pour un renforcement des subventions publiques aux journaux et demande à Nicolas Sarkozy de donner encore plus d'argent à la presse d'opinion. (...) Pour se justifier, il écrit que l'Etat n'utilise jamais son pouvoir sur les journaux, que jamais, au grand jamais, notre bon gouvernement ne fait de chantage financier. Comme on connait Laurent, et qu'on sait qu'il est intelligent, on se sent donc insulté par cet argument : on lui rappelle qu'il y a quelques mois de cela, Nicolas Sarkozy avait reçu Eric Fottorino, directeur du Monde et l'avait menacé de lui couper le robinet à subventions s' il se vendait au trio Niel Bergé Pigasse. Nouvel Obs contre Joffrin Nouvel Obs contre Joffrin
[2010] Les états généreux de la presse écrite Deux ans après les états généraux de la presse écrite, des députés constatent que les éditeurs de journaux se sont, le plus souvent, contentés d'aller à la pêche aux subventions sans remettre en question leur fonctionnement. Le rapport et les avis qu'ils vont examiner dans le cadre de l'élaboration du budget 2011 parle de «fiasco», d'«effet d'aubaine» et parfois de «scandale». Le député socialiste Michel Françaix, rapporteur pour avis de la commission des affaires culturelles sur le ciblage des aides, accumule ainsi les exemple: «Au titre de l’aide au transport postal, huit magazines de télévision obtiennent 53 millions d’euros, c’est-à-dire plus que toutes les aides à la modernisation de la presse quotidienne, et quatre titres de presse de télévision obtiennent même une aide au transport postal supérieure à toute la presse quotidienne nationale.» «L’aide au portage est passée de 8 millions à 70 millions sans que les ventes aient augmenté d’un seul numéro.» [2010] Les états généreux de la presse écrite