background preloader

Bien-vu !....

Facebook Twitter

Le navigateur ultime pour iPad et iPhone: iCab 8. Le na­vi­ga­teur ul­time pour iPad et iPhone: iCab 8 Bien sûr, Sa­fari pour iPad et Sa­fari pour iPhone sont des bons na­vi­ga­teurs.

Le navigateur ultime pour iPad et iPhone: iCab 8

Cela dit, lorsque vous aurez dé­cou­vert iCab 8 (lien iTunes), vous com­pren­drez à quel point la no­tion même de na­vi­ga­teur pour mo­bile prend une di­men­sion su­pé­rieure. J'uti­lise iCab de­puis ses dé­buts sur iPad. Je l'ai même uti­lisé à l'époque sur Mac. J'ap­pré­cie de­puis des an­nées ses nom­breuses fonc­tion­na­li­tés sur Mo­bile, je connais donc la force de son dé­ve­lop­peur, Alexan­der Clauss, mais je ne m'at­ten­dais pas à une telle évo­lu­tion avec l'ar­ri­vée de la V8.

C'est pour­tant un lo­gi­ciel re­pensé de A à Z et dans ses pro­fon­deurs que nous pro­pose son dé­ve­lop­peur. Parce qu'iCab est dé­sor­mais en­core plus in­croyable, voici pour­quoi. Cuk sur iCab, avec barre d'ou­tils Une in­ter­face iOS 7. Anglais. 125 millions d'heures de travail perdues par an pour gérer les mots de passe. Selon Symantec, spécialiste américain de la sécurité et de l'authentification, la création et la gestion des mots de passe sont devenues de véritables casses-têtes pour les salariés. Et une perte de temps et d'argent pour les entreprises françaises, qui y consacreraient des millions d'heures de travail tous les ans.

Etait-ce le deuxième prénom de votre grand-mère ? Le code postal du lieu où vous préférez passer vos vacances ? Le petit nom du chien ? Inventaire des emmerdements estivaux. D’abord, il y a l’escroquerie bénigne, qui serait plutôt une faute de style : la « taxe de séjour », qui avait disparu des notes d’hôtel et de camping, a, depuis quelques années, refait son apparition.

Inventaire des emmerdements estivaux.

Quelques centimes qui, chaque jour, s’ajoutent à la facture, oh, pas grand chose, mais c’est énervant au possible : quand on pense à l’ardoise que l’on va régler à l’hôtelier, on se dit qu’il pourrait au moins prendre en charge cette somme minime et considérer que le prix de la chambre ou de la pension l’inclut. Le despotisme des éclairés, par Pierre Rimbert (Le Monde diploma. « Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel »- E.

Francais: + Productive People In The World. Burqa : j’ai changé d’avis ! - Causeur. Me serais-je emballé trop vite en proposant ici même qu’on légifère fissa contre la burqa ?

Burqa : j’ai changé d’avis ! - Causeur

Je m’interroge. On me l’a répété tout l’été : pourquoi stigmatiser ces femmes qui, si on ne les montrait pas du doigt, passeraient totalement inaperçues? Cet argument, qu’il soit rabâché par Eric Besson ou par Marie-George Buffet, n’est pas dénué de logique formelle : après tout, rendre les femmes invisibles est bel et bien l’objet social de ladite burqa. Michael Jackson, triste pantin des années fric. Digitaljukebox.fr - Beaucoup plus mordu dans les années 80 d’Hendrix, Zappa, Van Der Graaf Generator, Jeff Beck, Aerosmith, Alice Cooper, Pink Floyd ou des Stones, je n’ai jamais été fan de Michael Jackson.

Michael Jackson, triste pantin des années fric

Il faisait partie de ces artistes qui me faisaient jeter un regard noir vers le juke-box du café quand une midinette du coin balançait son dernier tube du moment pour la dixième fois de la journée. Et comme on passait nos journées au café, qui constituait, avec son baby-foot, ses flippers et son juke-box, le point d’encrage de la jeunesse locale, Michael Jackson me saoulait à proportion de ses rotations incessantes, ici comme à la radio, à l’instar de tous les fabricants de tubes de variétoche disco, ska, new wave ou française de ces années fric, qui virent tout le milieu artistique – et aussi le monde des médias, de la mode, et jusqu’aux yuppies de Wall Street – se mettre à rouler des billets de banque pour sniffer de la coke.

Un symbole des années fric. Moogaloop.swf (Objet application/x-shockwave-flash) Les coûts de l’accès à la profession de journaliste - Acrimed. Un rapport du Cabinet Office britannique [1] publié cet été atteste de manière saisissante de la disparition des classes populaires [working class] de la profession de journaliste ; l’étude formule plusieurs observations qui sont également pertinentes pour les médias américains.

Les coûts de l’accès à la profession de journaliste - Acrimed

Le rapport, intitulé « Libérer les aspirations », relève notamment que les journalistes nés depuis 1970 sont pour la plupart issus des classes moyennes aisées [middle class], voire de la grande bourgeoisie [upper middle class]. Et la profession de journaliste se classe au troisième rang des professions les plus fermées socialement, juste derrière les médecins et les avocats.

Parmi les conclusions de l’étude : « Entre les cohortes générationnelles nées en 1958 et en 1970, la plus forte baisse de mobilité sociale s’est produite dans les métiers du journalisme et de la comptabilité.