background preloader

RETRAITE

Facebook Twitter

Macron déclare la guerre aux retraités. Par Thierry Benne.Un article de l’Iref-Europe Souvenez-vous, voici cinq ans, son élection à peine acquise, et alors qu’Emmanuel Macron était déjà secrétaire général adjoint de l’Élysée, le Président Hollande s’en était immédiatement pris aux retraités avec un rapport lourdement à charge, partiellement erroné et particulièrement injuste de la Cour des comptes (comme par hasard !)

Macron déclare la guerre aux retraités

, suivi immédiatement après de la création d’une taxe dépendance de 0,30% sur les pensions, laquelle fut d’ailleurs immédiatement détournée de son objet. En réalité, ce nouvel impôt qui ciblait uniquement les retraités ne faisait que marquer pour ces derniers le début d’un éprouvant chemin de croix fiscal, qui allait s’accentuer tout au long du quinquennat. Déclassement des retraités En clair, il n’échappera pas aux retraités qu’ils sont invités à financer sans broncher les cadeaux électoraux généreusement faits aux actifs sur leur dos ! Une tendance inquiétante Le faux argument de la taxe d’habitation. Hold-up du siècle sur les caisses de retraite (Le Canard Enchaîné) Du jamais-vu ?

Hold-up du siècle sur les caisses de retraite (Le Canard Enchaîné)

En fait, Raffarin avait donné l’exemple dès 2003, en siphonnant les réserves de la Caisse de retraite des collectivités locales. Et puis, en 2011, Fillon avait ponctionné les mutuelles au bénéfice de la Sécu. Pour le début de 2014, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit de soulager la Caisse des industries électriques et gazières de 65 % de ses réserves, soit 170 millions. Simultanément, la tirelire du Fonds d’emploi hospitalier, un organisme censé financer les restructurations dans les établissements publics (soit 233 millions), volera en éclats.

Les petits cochons tremblent sur leurs étagères. Caisses bien roulées Ces 403 millions pourraient n’être qu’un début. Deux dispositions de la réforme des retraites, dont le Parlement entame l’examen, ont en effet alarmé les gestionnaires de ces bas de laine. Celles-ci s’élèvent à plus de 40 milliards, soit environ un an de versements aux retraités. Réforme des retraites : les femmes gagnantes, vraiment ? - Egalité professionnelle.

Le regard de Patrick Viveret : Retraites, changeons le logiciel et repensons le contrat social. Interview de Patrick Viveret réalisée par Pascal Greboval.

Le regard de Patrick Viveret : Retraites, changeons le logiciel et repensons le contrat social

L’Etat français doit trouver 20 milliards d’euros pour financer les retraites en 2020, le gouvernement vient de proposer des mesures à cet effet. Le diagnostic et les remèdes sont-ils à la hauteur des enjeux ? Aborder le problème des retraites par une approche comptable est erroné et réducteur. Les besoins dépendent d’un certain nombre de variables mobiles (niveau de l’emploi, niveau de croissance) et les projections comptables élaborées sont régulièrement démenties ou à retravailler.

C’est la raison pour laquelle depuis 10 ans les reformes successives n’ont jamais été au point. C’est séduisant, mais comment financera-t-on les retraites dans vingt ans ? On ne peut engager des stratégies de transition sans considérer le problème dans de bonnes conditions. Pourquoi aucun gouvernement ne pose le problème en ces termes ?

Est-ce à dire que vous prônez une comptabilisation du bénévolat ? Les inégalités face aux retraites. 5 septembre 2013 - Un cadre reçoit un montant total de pensions de retraite – cumulé tout au long de sa vie - 2,4 fois plus élevé qu’un ouvrier.

Les inégalités face aux retraites

Depuis 20 ans les réformes des retraites ont accru les inégalités en la matière. Les explications de Noam Leandri et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités. Un cadre à la retraite reçoit un montant total de pensions de retraite – cumulé tout au long de sa vie, voir graphique - 2,4 fois plus élevé qu’un ouvrier. Alors que le premier peut compter sur un total de 866 000 euros selon nos calculs, le second ne touchera que 360 000 euros. Le premier aurait 22,7 ans de pensions, contre 20 ans pour le second. Normal ? Retraites et inégalités : les facteurs en jeu Le premier facteur qui alimente les écarts de pension est lié à leur mode de calcul. Mais les mécanismes du système de cotisations permettent aussi aux cadres de toucher plus, car ils cotisent davantage pour la partie dite « complémentaire » de la retraite. Travailler tôt et partir tôt.