background preloader

COMMUNICATION

Facebook Twitter

FRAMASOFT

CNV communication non violente. PETITIONS. COMPLOT. Manipulation. FACEBOOK. REFLECHIR PAR SOI MEME. Les mots et techniques de communication du pouvoir pour imposer les projets inutiles. POUR PREPARER LA RENCONTRE DE REPORTERRE LUNDI 1 DECEMBRE : Projets inutiles : la victoire est possible ! Pour justifier son projet de barrage, le conseil général du Tarn s’est offert divers « publi-communiqués » en pleine page de La Dépêche du Midi. L’un deux, le 1e octobre, portait un titre révélant les enjeux actuels de la lutte de Sivens : « Aménager mais protéger et recréer ». Stratégie des mots La conjonction de coordination « mais » signifie qu’il y a contradiction entre « aménager » et « protéger et recréer ». Les communicants semblent ainsi valider l’argument fondamental des opposants aux « grands projets » d’aménagement du territoire : ils sont trop destructeurs – si destructeurs qu’il faut carrément « recréer » les espaces dévastés, soit réaménager des zones humides ailleurs !

Le communiqué poursuit sans rire : « 19,5 ha de zones humides sont préservées pour compenser les 13 ha de zones humides impactées par la retenue. La compensation environnementale est de 150 % ». Communication non violente avec Marshall Rosenberg en français.2. Communication non violente avec Marshall Rosenberg en français.1. Langues de bois #2 - Les réformes nécessaires. Langues de bois #1 - Faire de la pédagogie. La communication animale | Créatif Culturel. Ricken Patel fondateur d’AVAAZ a fait ses débuts à la Fondation Rockefeller.

18 Juillet 2014 – Tout le monde connait AVAAZ.org qui se décrit comme un mouvement qui permet aux citoyens de peser sur les décisions politiques partout dans le Monde. Tous les jours nous en voyons passer sur Facebook et il nous est même arrivé d’en partager ! A force d’en voir passer nous avons décidé d’essayer d’en savoir un peu plus Avaaz et sur son Fondateur Ricken Patel. Les informations sont relativement faciles à trouver pour peu qu’on sache quoi chercher. Alors voici ce que Wikipedia nous explique d’Avaaz.org « Avaaz.org est une organisation non gouvernementale internationale de cybermilitantisme, fondée en 2007. Alors après quelques recherches il se trouve qu’avaaz est bel et bien un organisation non gouvernementale internationale mais qui est entièrement gérée depuis New York.

Passons ensuite au « Background » de Ricken Patel. Ensuite le combat d’Avaaz contre Monsanto ? Ricken Patel fondateur d'AVAAZ a fait ses débuts à la Rockefeller Fondation...

Collecte de données

Les pétitions KOKOPELLI. MEDIAS ET JOURNALISME. Avaaz: un écran de fumée occultant les bombes libératrices. Révélations sur le Big Brother français. Enquête. La DGSE collecte et stocke l'ensemble des mails, SMS, relevés d'appels téléphoniques, accès à Facebook, Twitter..., en dehors de tout contrôle. Si les révélations sur le programme d'espionnage américain Prism ont provoqué un concert d'indignation en Europe, la France, elle, n'a que faiblement protesté. Pour deux excellentes raisons : Paris était déjà au courant. Et fait la même chose. Le Monde est en mesure de révéler que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, les services spéciaux) collecte systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l'étranger : la totalité de nos communications sont espionnées.

Si cette immense base de données n'était utilisée que par la DGSE qui n'officie que hors des frontières françaises, l'affaire serait déjà illégale. > Lire aussi : "Tous les services de renseignement occidentaux s'espionnent" Un dispositif clandestin Absence de contrôle. "Stellar Wind" : le programme top-secret de surveillance de la NSA.

Prism: l'embarras hypocrite des Européens sur l'affaire Snowden. En un week-end, la position des dirigeants européens a changé de ton. Du silence gêné et des tentatives pour minimiser les faits, ils sont devenus un peu plus fermes, suite à la révélation des écoutes de la NSA dans les bureaux même de la Commission européenne. Un point reste constant cependant, le fait de nier avoir été au courant. Toute l’Union Européenne se retrouve bien embêtée suite aux révélations du Spiegel, soit depuis qu’il a été révélé que ses bureaux, à Bruxelles, Washington comme à l’ONU, étaient directement sur écoute de la NSA. Un passionnant article du Gardian dé-publié cette nuit, pourrait bien expliquer ces profondes gênes des pays de l’Union à sortir de leur silence poliment indigné. Il est à prendre avec des pincettes, ne connaissant pas les raisons de cette mise hors ligne. Il reste accessible sur ce Pastebin (merci Reflets.info). Explications Le "concours européen du plus indigné par l'espionnage américain est un peu pathétique.

L'exemple de Fleur Pellerin. L’UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet. Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d’euros environ pour lancer une armée de "trolls" sur Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour lutter contre l’euroscepticisme en vue des élections de 2014, qui auront lieu entre le 5 et le 8 juin 2014. C’est le Daily Telegraph qui a révélé l’information le 3 Février 2013. Le journal a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d’une campagne sans précédent de réorientation de l’opinion publique, avant et pendant les élections de juin 2014.

Au cœur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique. Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. Like this: J'aime chargement… Affaire Snowden : l'Equateur tape du poing sur la table. L’Equateur a haussé le ton jeudi face aux Etats-Unis en renonçant à un accord douanier qualifié «d’instrument de chantage», un geste spectaculaire au moment où Quito examine la demande d’asile de l’ex-consultant Edward Snowden, recherché pour espionnage par Washington.

Dans une déclaration aux allures martiales, le gouvernement de Quito a renoncé «de manière unilatérale et irrévocable» à cet accord qui octroyait des tarifs préférentiels en contrepartie de ses efforts pour lutter contre le trafic de drogue, assurant n’accepter «ni des pressions ni des menaces de personne». «L’Equateur ne marchande pas avec les principes, il ne les soumet pas à des intérêts mercantiles, aussi importants qu’ils soient», selon ce message lu par le ministre de la Communication Fernando Alvarado.

De son côté, Washington a averti qu’un éventuel octroi de l’asile par Quito «créerait de graves difficultés» pour les relations bilatérales. La France veut acheter 12 drones américains pour 670 millions d’€ Le ministre de la défense français, Jean-Yves Le Drian, a annoncé mardi 11 juin son intention d’acheter 12 drones d’observation Reaper aux Etats-Unis, acquisition évaluée par ses services à 670 millions d’euros. M. Le Drian a précisé qu’il comptait avant la fin de l’année acheter deux Reaper, le drone américain de moyenne altitude et de longue endurance (MALE) de General Atomics, pour les besoins urgents des forces armées françaises au Mali et dans la région du Sahel.

Cet accord reste cependant soumis à l’approbation du Congrès américain. C’est cet appareil de surveillance que les Etats-Unis ont armé en 2003, l’utilisant en Afghanistan dans une campagne d’assassinats ciblés. La France a également besoin de dix autres drones Reaper qui puissent opérer dans l’espace aérien français et européen, ce qui suppose que leurs moyens de transmission soient adaptés par des industriels européens. Officiellement, il s’agit à la France de rattraper son retard dans les avions espions sans pilote.

ARGUS : 1,8 milliards de pixels pour vous espionner à 6 km d’altitude. Surveillance : l'administration Obama poursuivie par l'Union américaine pour les libertés civiles. L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) et l'Union des libertés civiles de New York ont porté plainte mardi contre l'administration Obama, remettant en question la constitutionnalité du programme de surveillance téléphonique révélé par The Guardian. Selon la plainte, le programme viole le Premier et le Quatrième amendements. La plainte vise la requête de la Foreign Intelligence Surveillance Court, laquelle avait exigé de Verizon Wireless qu'il fournisse ses données à l'Agence de Sécurité Nationale (NSA), en vertu de la section 215 du Patriot Act.

LIRE AUSSI:» Le gouvernement américain surveillerait des milliers de comptes internet» Les réseaux sociaux qui protègent vos données... et les autres» BLOG. Quand le gouvernement américain piétine le Premier amendement "Cette pratique s'apparente à voler le carnet d'adresse de chaque Américain - avec des annotations précisant à qui nous avons parlé, quand, combien de temps, et d'où", indique dans sa plainte l'ACLU. Comprendre le programme "Prism" Disparition du technicien auteur des fuites sur la NSA.

Par John Whitesides WASHINGTON (Reuters) - L'ancien technicien de la CIA Edward Snowden, qui a révélé dimanche être à l'origine de fuites ayant permis à la presse de dévoiler l'existence d'un vaste programme de surveillance des communications aux Etats-Unis, était introuvable lundi. Le personnel du luxueux hôtel de Hong Kong dans lequel l'informaticien de 29 ans s'était réfugié a indiqué que ce dernier avait rendu sa clé à midi. Ewen MacAskill, journaliste du Guardian, l'un des deux journaux qui ont bénéficié des fuites organisées par l'informaticien, a déclaré que Snowden se trouvait toujours à Hong Kong. "Il n'avait pas de projet. Il avait réfléchi dans le détail à la manière d'organiser la fuite des documents, puis il a décidé de sortir de son anonymat. Mais la suite de son plan est toujours demeurée vague", a dit MacAskill. Les deux quotidiens ont publié la semaine passée ces informations ultra-confidentielles provenant de la NSA.

Obama s’attribue le contrôle de tous les systèmes de communication. Après la NDAA 2012, le président américain Barack Obama a mis son nom sur un décret vendredi, qui permet à la Maison Blanche de contrôler toutes les communications privées dans le pays au nom de la sécurité nationale. Le président Obama a publié son dernier ordre exécutif, ce vendredi 6 Juillet 2012; une déclaration de 2205 mots nommée "Délégation de la sécurité nationale et aux préparatifs d’urgence aux fonctions de communication". Et bien que le président a choisi de ne pas commémorer cette signature en grande pompe, les pouvoirs qu’il s’attribue à lui-même ainsi qu’au gouvernement fédéral comptent parmi les plus importants de tous les ordres exécutifs. "Le gouvernement fédéral doit avoir la capacité de communiquer en tout temps et en toutes circonstances pour mener à bien ses moments les plus critiques et ses missions sensibles". Source : White House / Russia Today Like this: J'aime chargement… Tags:barack obama, Etats-Unis, Internet, ndaa, Obama, USA.

Ed Snowden, le "lanceur d'alerte" qui défie Barack Obama. NSA : Edward Snowden, l'auteur des révélations fuit les Etats-Unis. C'est un nom qui pourrait devenir plus célèbre encore que celui de Bradley Manning, le soldat à l'origine de la publication des câbles diplomatiques dans Wikileaks. Edward Snowden, un ancien assistant technique de la CIA et analyste pour la NSA, a décidé de se montrer à visage découvert dans une interview accordée au Guardian. C'est lui qui a révélé à la presse la semaine dernière l'existence du programme PRISM et l'ampleur de la surveillance opérée par la NSA, à ses risques et périls. Edward Snowden, qui a travaillé pendant quatre ans pour l'agence de renseignement en tant qu'employé détaché du groupe de défense Booz Allen Hamilton, a décidé de fuir les Etats-Unis par peur des représailles suites à ses révélations.

Il résiderait actuellement dans un hôtel de Honk Kong, avant d'obtenir, espère-t-il, un asile diplomatique vers un état respectueux des libertés. "Ma famille ne sait pas ce qui se passe.

INTERNET

"Stellar Wind" : le programme top-secret de surveillance de la NSA. On connaissait déjà Echelon, le système de surveillance des télécommunications de la NSA. L’agence américaine s’apprête maintenant à passer au stade supérieur, en mettant en place Stellar Wind (Vent Stellaire), un programme d’espionnage qui ne laissera rien passer … Echelon est déjà un programme de renseignement particulièrement intrusif : piloté par la National Security Agency (NSA) américaine, et soutenu par le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, Echelon peut librement espionner les télécommunications et les courriers électroniques du monde entier : dès qu’un mot-clé, présent dans la liste noire de l’agence (ex : attentat, bombe, etc.), est repéré dans une communication électronique (flag), son auteur est surveillé dans le moindre détail. Pourtant, Echelon apparaît aujourd’hui comme un outil artisanal, comparé à ce que nos voisins outre-atlantique s’apprêtent à mettre en marche : Stellar Wind, ou Vent Stellaire.

Les différences entre Echelon et Stellar Wind.